Vaccins

Dernière mise à jour : 27 mai 2021

LES PERSONNES ATTEINTES  D’UNE MALADIE INFLAMMATOIRE DE L'INTESTIN NE DEVRAIENT PAS ÊTRE EXCLUES DE LA VACCINATION CONTRE LA COVID-19 ET BESOIN D’UN ACCÈS RAPIDE À LA DEUXIÈME DOSE DU VACCIN CONTRE LA COVID ‐ 19

En décembre 2020, Santé Canada a autorisé l'utilisation et la distribution de deux vaccins à base d’ARNm (fabriqués par Pfizer / BioNTech et Moderna) contre le SRAS-CoV-2, le virus responsable de la nouvelle maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Depuis, deux autres vaccins ont été approuvés, tous deux basés sur un vecteur viral non réplicatif (fabriqués par AstraZeneca et Johnson & Johnson). Aucun des vaccins approuvés contre la COVID-19 au Canada sont des vaccins «vivants». Les personnes atteintes d'une maladie inflammatoire de l'intestin (MII), ainsi que ceux utilisant des médicaments immunosuppresseurs, ont été exclus des essais cliniques. Par conséquent, il existe une incertitude quant à l'efficacité et à l'innocuité de ces vaccins chez les personnes vivant avec une MII. Cependant, le Groupe de travail COVID-19 et les MII de Crohn et Colite Canada recommande que tous ces vaccins contre la COVID-19 puissent être administrés aux patients souffrant d’une MII dès que possible.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande que les personnes atteintes de maladies auto-immunes ou à médiation immunitaire et les personnes immunosupprimées puissent recevoir le vaccin contre la COVID-19 selon un processus décisionnel partagé où les risques et les avantages associés à la vaccination seront discutés avec leur médecin ou prestataires de services de santé. Le COVID-19 et MII Le groupe de travail a développé une fiche d'information (PDF) qui peut être téléchargée et imprimée. Il résume les éléments clés des recommandations de cette page. Veuillez cliquer ici pour télécharger une copie de notre la COVID-19 Fiche d'information sur la vaccination.

La recherche soulève des questions sur l’innocuité du report de la deuxième dose de vaccin. Le Groupe de travail sur les MII & la COVID-19 demande au Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) d'inclure les patients atteints de MII sous traitement immunosuppresseur sur la liste des exceptions pour les intervalles de dosage prolongés. Veuillez cliquer ici pour lire la déclaration complète du la COVID-19 & MII Task Force et Crohn et Colite Canada.

Recommandations

NOUS RECOMMANDONS QUE LES PERSONNES ATTEINTES D’UNE MALADIE INFLAMMATOIRE DE L'INTESTIN RECOIVENT LES VACCINS CONTRE LA COVID-19.

Nos recommandations reposent sur les principes fondamentaux suivants:

  1. Les vaccins contre la COVID-19 sont de nouveaux vaccins, et n'ont pas été officiellement étudiés auprès des personnes atteintes de MII.

  2. L’exclusion des personnes atteintes de MII de la vaccination contre la COVID-19 ne respecte pas les principes d'équité inhérents à notre système de soins de santé et à la société canadienne.

  3. Les avantages de recevoir les vaccins contre le SRAS-CoV-2 surpassent probablement les risques connus et inconnus chez la majorité des personnes atteintes de MII.

  4. Une réponse immunitaire théoriquement diminuée à la vaccination ne devrait pas être le seul facteur pris en compte dans la décision de vacciner des personnes à risque autrement admissible au vaccin contre la COVID-19.

  5. L’exclusion de la vaccination pourrait aggraver davantage les difficultés émotionnelles et psychologiques que les personnes atteintes de MII rencontrent, et pourrait nuire à la capacité de ces personnes de participer activement à la société. 

Nos recommandations sont les suivantes:

  1. Un diagnostic de MII ne devrait pas être une raison pour exclure quiconque de recevoir l'un des vaccins contre le SRAS-CoV-2.

  2. Les gens vivant avec une MII qui, autrement, seraient prioritaires pour un accès précoce aux vaccins contre le SRAS-CoV-2 actuellement disponibles (comme les travailleurs de la santé de première ligne, les personnes âgées et les personnes vivant / travaillant dans un environnement à haut risque de contracter la COVID-19) ne devraient pas être pénalisés en raison de leur diagnostic de MII ou d’un traitement immunosuppresseur.

  3. Les gens souffrant d’une MII devraient avoir la possibilité de discuter des risques et des avantages de la vaccination avec leurs prestataires de soins de santé, et de prendre une décision sur la vaccination en fonction de leurs facteurs de risque individuels, ainsi que de leur risque de contracter la COVID-19. Le consentement éclairé devrait tenir compte du manque de preuves concernant l'innocuité et l'efficacité des vaccins contre la COVID-19 auprès de la population atteinte d’une MII, mais aussi des risques sous-jacents de contracter COVID-19, des facteurs de risque professionnels et personnels, et de la prévalence des cas de COVID-19 dans la population locale. 

Ces recommandations sont basées sur les meilleures informations actuellement disponibles et sont conformes à celles d’autres organisations professionnelles, dont l’Association canadienne de gastroentérologie et l’Organisation internationale pour l’étude des maladies inflammatoires de l’intestin (IOIBD).

Ces recommandations s'appliquent uniquement aux vaccins à base d’ARNm et aux vaccins à vecteur viral non réplicatif actuellement disponibles, et pas nécessairement pour les vaccins qui pourraient être approuvés dans l’avenir. La distribution des vaccins est sous le contrôle des gouvernements provinciaux et des autorités sanitaires locales. Votre fournisseur de soins de santé n'a pas d'accès direct au vaccin et n'est pas responsable de l'établissement des priorités lorsque le vaccin est disponible pour différentes populations.

Ces recommandations sont susceptibles d'être modifiées à mesure que de nouvelles données et informations sont générées. À mesure que de nouvelles preuves scientifiques deviennent disponibles, ces recommandations peuvent être révisées par Crohn et Colite Canada.

LES PERSONNES SOUS TRAITEMENT IMMUNOSUPPRESSEUR ONT BESOIN D'UN ACCÈS RAPIDE À LA DEUXIÈME DOSE DU VACCIN CONTRE LA COVID‑19

Le Groupe de travail sur les MII & la COVID-19 demande au Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) d'inclure les patients atteints de MII sous traitement immunosuppresseur sur la liste des exceptions pour les intervalles de dosage prolongés. Les ministères provinciaux de la Santé devraient permettre aux patients atteints de MII de recevoir la deuxième dose de leur vaccin au moment indiqué sur les étiquettes des vaccins (comme indiqué par les fabricants). Cliquez ici pour voir une copie de la lettre.

Le groupe de travail cite les résultats de l’ étude CLARITY IBD du Royaume-Uni pour les personnes vivant avec les MII. L'étude fournit une plausibilité biologique substantielle que les individus atteints d’une MII sous traitement immunosuppresseur (comme l'azathioprine, le méthotrexate et des produits biologiques comme l'infliximab) doivent recevoir leur deuxième dose du vaccin comme indiqué dans les essais cliniques randomisés du fabricant (3 semaines après la première dose du vaccin à ARN messager Pfizer et 4 semaines après la première dose du vaccin à ARN messager Moderna et le vaccin à vecteur adénovirus Oxford-AstraZeneca).Le Groupe de travail sur les MII & la COVID-19 de Crohn et Colite Canada recommande :

  • Les personnes atteintes d’une MII doivent être vacciné contre la COVID-19

  • Les personnes atteintes d’une MII qui utilisent un traitement immunosuppresseur ne doivent pas retarder la deuxième dose de leur vaccin contre la COVID‑19 au-delà du délai recommandé par les fabricants

  • Les personnes atteintes d’une MII qui ont reçu une dose du vaccin contre la COVID‑19 (Pfizer, Moderna ou AstraZeneca) doivent se considérer comme sensibles au COVID-19, et 

  • Tandis que les vaccins contre la COVID‑19 continuent à être étudiés, les personnes atteintes d’une MII, quelle que soit la vaccination, doivent pratiquer l'éloignement physique, porter un masque, adopter une bonne hygiène des mains et suivre les recommandations du Groupe de travail sur les MII & la COVID-19 et les autorités locales de santé publique.

COVID-19 RESSOURCES EN VACCINS

Lettre de recommandation de vaccin

Le groupe de travail de Crohn et Colite Canada a rédigé une lettre générique que les personnes atteintes de MII peuvent fournir aux pharmacies et autres sites de distribution des vaccins contre la COVID-19. La lettre peut être signée par votre principal fournisseur de soins de santé ou spécialiste des MII. Les codes QR sur la lettre peuvent être scannés pour accéder aux recommandations de vaccination et accéder à la liste des membres du Groupe de travail sur la COVID-19 de Crohn et Colite Canada. Veuillez cliquer ici pour télécharger une copie PDF de la lettre.

COVID-19 Vaccins et MII Fiche d'information

Le groupe de travail de Crohn et Colite Canada a développé une fiche d'information (PDF) qui peut être téléchargée et imprimée. Il résume les éléments clés des recommandations de cette page. Veuillez cliquer ici pour télécharger une copie de notre la COVID-19 Fiche d'information sur la vaccination.

Lettre d'intervalle de vaccination 

Le groupe de travail de Crohn et Colite Canada a rédigé une lettre d'intervalle entre les vaccins au Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) qui indique MII les patients sous traitement immunosuppresseur doivent figurer sur la liste des exceptions pour des intervalles de dosage prolongés. La lettre peut être utilisée comme référence lorsque vous parlez à votre fournisseur de soins de santé, pharmacien, ou MII spécialiste. Veuillez cliquer ici pour télécharger une copie PDF de la lettre. Veuillez cliquez ici pour voir une copie de la lettre.

Questions fréquemment posées sur les vaccins et les maladies inflammatoires de l’intestin (MII

Quels sont les vaccins contre la COVID-19

Actuellement, Santé Canada a approuvé quatre vaccins : le vaccin à ARNm de Pfizer / BioNTech, le vaccin à ARNm de Moderna, le vaccin à vecteur viral non réplicatif de l'Université d'Oxford / AstraZeneca et le vaccin à vecteur viral non réplicatif de Johnson & Johnson.

Les vaccins à base d’ARNm présentent un nouveau « mécanisme d’action » par rapport aux vaccins traditionnels qui injectent soit un virus affaibli ou les protéines d'un virus. Les deux vaccins à base D’ARNm ciblent la protéine de spicule qui se trouve à la surface du virus (SRAS-CoV-2),et qui lui permet de se fixer aux cellules humaines et de se reproduire.

Les vaccins à base de vecteur viral non réplicatif utilisent l'adénovirus comme un « squelette » pour porter le matériel génétique spicule du COVID-19 .  Le vecteur d’adénovirus ne peut pas se reproduire et ne peut donc pas provoquer la maladie. Le vecteur du virus utilise le mécanisme de nos cellules pour reproduire la protéine du virus de la COVID-19.

Dans les deux cas, notre système immunitaire reconnaît naturellement la protéine comme étrangère et incite notre corps à développer des anticorps contre celle-ci. Cela permet au corps de combattre rapidement et efficacement les futures infections des virus de la COVID-19 intacts. 

Aucun des vaccins actuels ne sont considérés comme des « vaccins vivants ». Par conséquent, ils ne peuvent provoquer la maladie, y compris chez les individus immunodéprimés. Bien que les essais cliniques n’aient pas été menés auprès de patients immunodéprimés, l'expérience sur le terrain chez des patients atteints de cancer ou qui utilisent des médicaments qui affectent le système immunitaire n'a pas démontré que le vaccin contre la COVID-19 augmente le risque de réactions indésirables dans cette population.

Quelle est l'efficacité des vaccins à SRAS-CoV-2 qui sont approuvés par Santé Canada? 

Les vaccins à ARNm de Pfizer et BioNTech et de Moderna ont montrés, lors de grands essais contrôlés randomisés, une efficacité d’environ 95%. Que signifie un vaccin efficace à 95 %? Lors des essais, le vaccin à ARNm a été administré à environ 15 000 personnes et seulement cinq d’entre elles ont développé la COVID-19, mais aucun n'a été gravement malade. Environ 15 000 autres personnes ont reçu une injection placebo parmi lesquelles 90 ont développé la COVID-19, dont plusieurs atteints gravement. En comparant le groupe vacciné et le groupe placebo, il a été démontré que ces vaccins diminuent les probabilités de développer la COVID-19 ou diminuent la gravité de la maladie si une personne vaccinée contracte la COVID-19.

Dans des essais cliniques randomisés de grande envergure similaires, le vaccin AstraZeneca s’est avéré efficace à environ 62 %, tandis que le vaccin de Johnson & Johnson s’est avéré efficace à 66 %. Cependant, ces essais ont été menés plus tard en 2020 et dans des régions du monde où les « variantes génétiques préoccupantes » étaient plus répandues (par exemple en Afrique du Sud et au Brésil). Par conséquent, les taux d'efficacité ne doivent pas être comparés aux essais antérieurs. De plus, tous ces vaccins sont pratiquement efficaces à 100% pour prévenir les complications de la COVID-19 (hospitalisation et décès).

Est-ce que les vaccins contre la COVID-19 ont été étudiés auprès des personnes atteintes de MII?

Les vaccins contre le SRAS-CoV-2 -le virus qui cause la COVID-19 - devraient protéger les personnes immunodéprimées, comme les personnes qui prennent des médicaments immunosuppresseurs pour leur MII. Cependant, l'efficacité et la sécurité des vaccins contre la COVID-19 chez les personnes atteintes de maladies à médiation immunitaire ou les populations immunosupprimées sont actuellement inconnues.

Les vaccins actuels approuvés par Santé Canada n'ont pas été étudiés chez les personnes atteintes de MII. Les premiers essais randomisés contrôlés de vaccins excluaient les personnes atteintes de maladies à médiation immunitaire, de maladies auto-immunes et celles sous traitement immunosuppresseur. Actuellement, des vaccins sont administrés à des personnes atteintes de MII au Canada, en Europe et aux États-Unis. Les données sur l'innocuité et l'efficacité des vaccins dans cette population seront donc mises à jour bientôt.

Quel est l'impact des MII sur l'efficacité des vaccins

De nombreuses personnes atteintes de MII se voient prescrire des médicaments susceptibles de réduire la réponse immunitaire (en raison de la baisse des titres d'anticorps et d'autres modifications du système immunitaire) après la vaccination par rapport à la population générale. Cela signifie que les personnes atteintes de MII pourraient être moins protégées contre la COVID-19 après le vaccin que d'autres, ou ils pourraient nécessiter des doses de rappel du vaccins en raison de la diminution des anticorps au fil du temps. Cependant, une réponse immunitaire réduite à un vaccin ne signifie pas qu’un vaccin est inefficace.

Dans l'ensemble, les vaccins non-vivants (p. ex., grippe, zona, hépatite B) sont largement recommandés pour les individus immunodéprimés, y compris les personnes atteintes de MII sous traitements immunosuppresseurs. Une efficacité réduite due à la suppression immunitaire n'est PAS une raison pour éviter ces vaccins contre la COVID-19. Une protection même partielle contre la COVID-19 est préférable à aucune protection

Les vaccins contre la COVID-19 sont-ils sans danger pour les personnes atteintes de MII?

Des études antérieures sur les vaccins (c.-à-d. des vaccins contre d’autres maladies que la COVID-19) n'ont pas montré que le risque d'effets secondaires est différent pour les personnes atteintes de MII par rapport à la population générale. Les nouveaux vaccins à ARNm n'ont pas été étudiés chez les patients atteints de MII. Contrairement à d’autres types de vaccins, il y a aussi peu d’informations dans la population générale, car il s’agit d’un nouveau type de vaccin. Cependant, cela change rapidement car un grand nombre de vaccins sont administrés dans le monde. D’autre part, l’utilisation de vecteurs d’adénovirus a été bien étudiée par les scientifiques.

Il existe actuellement plusieurs essais cliniques utilisant les vecteurs d’adénovirus pour la protection contre les infections telles que le virus de l'Ebola, le VIH et la tuberculose. Cependant, les patients atteints de MII n'ont pas été inclus dans les essais du vaccin à vecteur viral de la COVID-19, et par conséquent aucune donnée n'est disponible en ce qui a trait à la sécurité des patients atteint de MII.

Il n'y a aucune raison de croire que les vaccins contre le COVID-19 seraient plus risqués ou dangereux pour les personnes atteintes de MII. Il n'y a aucune preuve à ce jour que les vaccins non-vivants peuvent causer la maladie ou des poussées de MII lorsqu'ils sont administrés à des personnes ayant un diagnostic de MII, mais nous ne disposons pas de ces données pour ces vaccins encore.

Un vaccin peut-il déclencher une crise de la maladie inflammatoire de l’intestin

Quoi que les vaccins à l'ARNm et ceux à vecteur viral non réplicatif n'aient pas été étudiés chez les patients atteints de MII, il n'y a aucune preuve à ce jour selon laquelle d'autres vaccins non-vivants pourraient provoquer une poussée de MII. Nous n'avons pas de données sur l'utilisation des vaccins à l'ARNm et à vecteur viral chez les personnes avec des MII à ce stade, mais le risque est probablement faible. Nous savons cependant que des personnes atteintes de MII qui contractent la COVID-19 interrompent souvent leur traitement immunosuppresseur pendant la convalescence d'une infection, ce qui à son tour peut provoquer une poussée de leur MII.

Quelles sont les recommandations canadiennes pour les vaccins contre la COVID-19 pour les personnes vivant avec une MII?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a émis la recommandation suivante à l’Agence de la santé publique du Canada :

« Le CCNI recommande de proposer la série complète de vaccins contre la COVID-19 aux personnes immunodéprimées en raison d'une maladie ou d'un traitement dans le groupe d'âge autorisé dans cette population, si une évaluation des risques révèle que les avantages de la vaccination l'emportent sur les risques potentiels pour l'individu, et si le consentement éclairé inclut une discussion sur l'absence de preuves sur l'utilisation de vaccins dans cette population. »

L’Association canadienne de gastroentérologie a fourni les lignes directrices suivantes :

« Plus précisément, chez les patients atteints de MII qui ne sont pas sous traitement immunosuppresseur, nous recommandons l’administration du vaccin contre la COVID-19 (forte recommandation, certitude modérée des preuves). Chez les patients atteints de MII sous traitement immunosuppresseur, nous suggérons l’administration du vaccin contre la COVID-19 (recommandation conditionnelle, faible certitude des preuves). »

Quelles sont les recommandations de Crohn et Colite Canada en ce qui concerne les vaccins contre la COVID-19 pour les personnes vivant avec une MII?

Les gens vivant avec une MII, sous traitement immunosuppresseurs ou non, devraient se voir offrir le vaccins contre la COVID-19 après consentement éclairé. Le consentement éclairé doit être basé sur une discussion entre le patient et son fournisseur de soins de santé, et devrait tenir compte de la sécurité du vaccin, du manque de preuves pour les patients atteints d’une MII, des facteurs de risque pouvant entraîner des complications sévères si le patient atteint de MII attrape la COVID-19, et de la prévalence sous-jacente de la COVID-19 dans la communauté du patient. Si le patient souhaite recevoir le vaccin après avoir discuté de ces facteurs avec son médecin, on devrait lui administrer.

Ces recommandations sont alignées sur celles émises par l'Association canadienne de gastroentérologie et l'Organisation internationale pour l'étude de MII (IOIBD).

Quand devrais-je recevoir le vaccin contre la COVID-19?

Les personnes atteintes de MII devraient recevoir le vaccin contre la COVID-19 le plus tôt possible, selon les règles de chaque province. Il n'y a pas recherche indiquant le meilleur moment pour recevoir le vaccin au cours du cycle des perfusions / injections de médicaments biologiques. Les personnes atteintes de MII qui prennent des stéroïdes devraient discuter avec leur médecin de la pertinence de se faire vacciner pendant qu'ils prennent des stéroïdes ou d'attendre que les stéroïdes diminuent progressivement.

Si je dois retarder le vaccin de quelques mois, cela signifie-t-il que je ne devrais jamais recevoir de vaccin contre la COVID-19 vaccin

Non! De nouvelles informations sont publiées régulièrement. Si vous et votre fournisseur de soins de santé pensez que votre risque d’infection à la COVID-19 est faible et vous voulez attendre d'avoir plus d'informations sur les vaccins contre la COVID-19 administrés aux personnes atteintes de MII, c'est une option. Lorsque vous aurez plus d’informations, vous pourrez à nouveau évaluer vos risques et vos avantages dans quelques mois et reconsidérer le vaccin à ce moment-là. Dire que vous voulez retarder jusqu'à ce qu'il y ait plus d'informations ne signifie PAS que vous ne devriez jamais vous faire vacciner.

Depuis l'ARNm vaccins semblent avoir une efficacité supérieure à celle du vecteur adénovirus non réplicatif vaccins, devrais-je essayer d'obtenir le vaccin à ARNm?

Vous devriez prendre le premier vaccin qui vous est offert, peu importe la marque ou le type. Les vaccins à vecteur viral non réplicatif sont tout aussi efficaces dans la prévention de l'hospitalisation et de la mort que d'autres vaccins, et contribueront à l'immunité collective. Les essais sur les vaccins à vecteur viral non réplicatif dirigés par Oxford / AstraZeneca et Johnson & Johnson ont eu lieu plus tard en 2020 et dans des régions du monde où les « variants génétiques préoccupants » étaient plus répandus (Afrique du Sud et Brésil).

En outre, les critères nécessaires pour tester les personnes dans les essais sur les vaccins à vecteur viral étaient moins stricts, de sorte que des cas plus bénins ont probablement été diagnostiqués dans les essais d'Oxford / AstraZeneca et Johnson & Johnson. Tout cela se traduirait par l’apparition d’une plus faible efficacité du vaccin lors de ces essais. Par conséquent, les taux d’efficacité ne doivent pas être comparés aux essais antérieurs. De plus, tous ces vaccins sont presque efficaces à 100% et préviennent la forme sévère de la COVID-19 (hospitalisation et décès). Par conséquent, tous ces vaccins vous protégeront contre l'hospitalisation et la mort, qui sont les effets les plus importants à prévenir.

Il semble que le vaccin AstraZeneca pourrait provoquer des caillots sanguins. Dois-je éviter le vaccin AstraZeneca?

Certains pays d’Europe ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca en raison de rares cas de caillots sanguins (thromboembolie veineuse) rapportés chez les personnes recevant le vaccin AstraZeneca. Les responsables de la santé publique ont noté que le vaccin AstraZeneca utilisé au Canada est fabriqué dans une installation différente de celle utilisée en Europe. La surveillance de la sécurité des vaccins se poursuit dans le monde entier et de nouvelles recommandations suivront à mesure que davantage de données seront disponibles. L’Agence de la santé publique du Canada continue de recommander l’utilisation du vaccin AstraZeneca chez les Canadiens. Le 17 mars 2021, le L'Organisation mondiale de la santé a également publié une déclaration selon laquelle il n'y avait pas de risque accru de caillots sanguins chez les personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca .

Où puis-je recevoir plus d'informations sur les vaccins contre la COVID-19 pour les personnes atteintes d’une MII?

L'Agence de la santé publique du Canada possède de nombreuses informations sur le vaccins contre la COVID-19 disponibles, leur sécurité et efficacité.

En mars 2020, Crohn et Colite Canada a créé le  Groupe de travail national sur la COVID-19 et les MII. Le groupe de travail s'est réuni régulièrement depuis le 12 mars 2020, établissant des recommandations pour les personnes atteintes de MII pendant la pandémie. Les recommandations du groupe de travail sont communiquées directement à la communauté des personnes atteintes de MII par l'intermédiaire de Crohn et Colite Canada lors de webinaires sur la  COVID-19 et MII  qui ont commencé le 19 mars 2020.

Le webinaires (~ 1,5 heure) sont co-animés par Dr. Gil Kaplan et Dr. Eric Benchimol, qui fournissent des mises à jour régulières et dirigent un segment de questions-réponses avec des panélistes invités. Un enregistrement de chaque webinaire est disponible sur le site Web de Crohn et Colite Canada et sur la chaîne YouTube. Les différents vaccins ont été discutés dans la série de webinaires. Ces webinaires continueront tout au long la pandémie afin de maintenir la communication avec la communauté des personnes touchées par les MII.

Regardez notre dernier webinaire ci-dessous pour écouter directement les membres du groupe de travail sur la COVID-19 et les MII:



Dernière mise à jour : 8 avril 2021

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.