COVID-19 et les MII

MIS À JOUR LE  16 AVRIL 2020

Compte tenu de l’épidémie de COVID-19 (maladie à coronavirus 2019) qui sévit, nous fournissons des recommandations fondées sur ce que nous savons des maladies inflammatoires de l’intestin (MII) et du COVID-19. Vous trouverez ici des renseignements généraux sur le COVID-19 ainsi que des renseignements sur la façon dont il peut toucher de façon unique les personnes atteintes de MII. Grâce à cette information, nous espérons que nous pourrons tous contribuer à la bonne santé de notre communauté.
 
Sachez que ce que nous savons du COVID-19 et de ses effets sur les personnes atteintes de MII évolue rapidement si bien que ces recommandations peuvent changer en conséquence. Nous ferons de notre mieux pour les mettre à jour à mesure que de nouvelles données deviennent disponibles, et nous informerons les Canadiennes et les Canadiens atteints de MII de ces changements par l’entremise de notre liste de diffusion, des médias sociaux et d’autres moyens. Nous vous suggérons également d’ajouter un signet à cette page sur votre navigateur et de surveiller les mises à jour éventuelles.
 
Veuillez noter que ces recommandations devraient compléter les recommandations émises par votre médecin ou par l’autorité de santé publique de votre région, mais pas les remplacer. Si vous avez d’autres questions, veuillez vous adresser à votre prestataire de soins de santé.

QU’EST-CE QUE LE COVID-19?

Le COVID-19 est un nouveau type de coronavirus qui infecte les gens aux quatre coins du monde. Les maladies à coronavirus sont très courantes et provoquent généralement de la toux et des rhumes. La forme actuelle de coronavirus est apparue à la fin 2019. Chez 80 % des personnes infectées, les symptômes comprennent un léger rhume ou des symptômes semblables à ceux de la grippe (fièvre, toux). Chez 20 % des personnes infectées, des symptômes respiratoires plus graves (pneumonie) se développent et peuvent, dans certains cas, nécessiter une hospitalisation, une ventilation artificielle voire entraîner la mort. Environ 2 à 3 % des personnes atteintes du COVID-19 meurent, mais le risque est plus élevé chez les personnes vulnérables (voir ci-dessous). Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès du gouvernement du Canada.
 
Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a évalué que le COVID-19 a atteint le stade de pandémie. Cela signifie que la maladie infecte les gens partout au monde d’une façon difficilement contrôlable.

LIGNES DIRECTRICES DE CROHN ET COLITE CANADA

Le 12 mars 2020, le Conseil consultatif scientifique et médical de Crohn et Colite Canada s’est réuni par téléconférence pour discuter de la manière dont les personnes ayant une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), y compris la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, ainsi que leurs soignants devraient gérer la maladie dans le cadre de la pandémie de COVID-19.
 
Crohn et Colite Canada a émis les recommandations qui suivent pour deux raisons :
 
  1. Limiter la propagation de COVID-19 parmi la population générale;
  2. Protéger directement les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Les patients atteints de MII qui prennent des médicaments visant à supprimer le système immunitaire (immunosuppresseurs) peuvent être exposés à un risque d’infection plus grave.

COMMENT LE COVID-19 TOUCHE-T-IL LES PERSONNES AYANT UNE MALADIE INFLAMMATOIRE DE L’INTESTIN (MII)?

On estime actuellement que les personnes atteintes de MII qui ne prennent pas de médicaments immunosuppresseurs et qui ne souffrent pas de malnutrition courent le même risque d’infection et de complications liées au COVID-19 que la population générale.
 
Les médicaments immunosuppresseurs et biologiques incluent :

  • Les stéroïdes : prednisone (Deltasone), méthylprednisolone, hydrocortisone (Hydrocort, Cortate)
  • Les immunomodulateurs : azathioprine (Imuran), 6-mercaptopurine (Purinethol), méthotrexate
  • Les produits biologiques anti-TNF : infliximab (Remicade®, Inflectra®, RenflexisTM), adalimumab (Humira®), golimumab (Simponi®)
  • Les produits biologiques anti-IL-12/23 : ustekinumab (Stelara®)
  • Les produits biologiques anti-migration leucocytaire : vedolizumab (Entyvio®)
  • Les petites molécules inhibitrices de JAK : tofacitinib (Xeljanz®)

Les traitements des MII suivants ne suppriment pas votre système immunitaire :

  • Les acides 5-aminosalicyliques : mésalamine, mésalazine (Asacol®, Mezavant®, Pentasa®, Salofalk®), sulfasalazine (Salazopyrin®)
  • Les stéroïdes à action locale : budésonide (Entocort®), budésonide MMX (Cortiment®), lavements aux stéroïdes
  • L’alimentation entérale (lait maternisé) ou les thérapies alimentaires
  • Les probiotiques

Si vous ne prenez pas de médicaments immunosuppresseurs et que votre MII est bien contrôlée, le risque d’infection par le COVID-19 devrait être le même que celui encouru par la population générale. Nous recommandons de suivre les lignes directrices de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).
 
Si vous prenez des médicaments immunosuppresseurs, vous pouvez être exposé à un risque accru d’infection et de complications graves liées au COVID-19. Les personnes exposées à un risque accru incluent également les personnes âgées, les personnes souffrant d’une maladie sous-jacente (p. ex. une maladie cardiaque, de l’hypertension, du diabète, une maladie respiratoire chronique, un cancer), ou ayant un système immunitaire affaibli à la suite d’une maladie ou d’un traitement médical (médicaments immunosuppresseurs). Les lignes directrices ci-dessous s’adressent aux personnes de ce groupe. Vous pouvez obtenir de plus amples informations sur les populations vulnérables sur le site Web de l’ASPC.

POUR LES PATIENTS ATTEINTS DE MII, NOUS RECOMMANDONS CE QUI SUIT :

NE VOYAGE PAS

Ne quittez pas le Canada. En outre, veuillez consulter les conseils aux voyageurs fournis par l’ASPC.

DISTANCIATION PHYSIQUE

Se reporter aux lignes directrices du tableau suivant :
Risk-Slide-Apr-2_FR-10-8.jpg

[1] La distance physique signifie:

  • Gardez une distance de 2 mètres par rapport à la personne la plus proche
  • Si possible, annulez les événements de groupe et organisez des réunions virtuelles plutôt qu'en personne
  • Évitez les personnes malades
  • Ne serrez pas la main, n'embrassez pas et n'ayez pas de contact physique avec d'autres personnes, surtout si elles sont malades
  • Pratiquez une bonne hygiène des mains. Lavez-vous régulièrement les mains à l'eau et au savon après un contact social, avant les repas et souvent entre les repas, ou utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d'alcool lorsque vous n'avez pas d'eau et de savon à votre disposition. Évitez de toucher votre visage. Toussez dans votre manche.

[2] Veuillez noter que tout le monde n'est pas exposé au même risque de maladie grave COVID-19. Par exemple, les enfants et les adolescents sont plus susceptibles d'avoir des symptômes légers de COVID-19. Nous ne savons pas si les enfants et les adolescents qui prennent des médicaments immunosuppresseurs ont un risque plus élevé de complications liées à la COVID-19. Par conséquent, nous avons considéré que toute personne sous traitement immunosuppresseur est vulnérable à une grave maladie COVID-19.

[3] Les personnes travaillant dans les services essentiels du groupe à risque moyen (tels que les prestataires de soins de santé) devraient envisager de trouver un équilibre entre le besoin public de ces services essentiels et le risque plus élevé de contracter la COVID-19. Des conseils supplémentaires peuvent être fournis par votre autorité locale de santé publique.

[4] L'auto-isolement signifie:

  • Restez à la maison et surveillez vos symptômes, même s'ils sont légers, pendant 14 jours
  • Évitez le contact avec les autres

Si vous n'avez pas de symptômes de COVID-19, vous pouvez toujours sortir pour:

  • l'air frais
  • la course à pied
  • une balade à vélo
  • promener le chien

[5] Considérations pour les membres de la famille des personnes à haut risque atteintes de MII. En général, évitez d'être à proximité d'autres personnes qui pourraient donner à votre proche le COVID-19, ce qui entraînerait sa transmission à vous. Les membres de votre famille devraient:

  • Essayez d'éviter les réunions en personne.
  • Essayez de travailler à domicile. Si ce n'est pas possible, parlez à votre employeur de l'éloignement physique au travail.
  • Utilisez des services pour les personnes vulnérables (p. ex. horaires spéciaux des épiceries, livraison des pharmacies, etc.)
  • Nettoyez votre résidence le mieux possible pour éviter la transmission du virus. Les instructions pour la désinfection de votre résidence sont disponibles auprès des Centers for Disease Control and Prevention (offerts en anglais seulement).

Lors de ces activités, gardez toujours une distance d'au moins 2 bras (environ 2 mètres) par rapport aux autres. Reportez-vous à nos conseils pour plus d'informations sur la manière de vous isoler chez vous lorsque vous avez été exposé et que vous ne présentez aucun symptôme.

NE CESSEZ PAS DE PRENDRE VOS MÉDICAMENTS CONTRE LA MII

Ne cessez pas de prendre vos médicaments contre les MII, sauf si votre médecin vous le recommande. Si vous présentez des symptômes de COVID-19 (tels que toux sèche, essoufflement, fièvre, diarrhée et perte de la capacité à goûter ou à sentir), contactez immédiatement votre médecin pour discuter de l'arrêt ou de la suspension de vos médicaments. N'arrêtez jamais de prendre des stéroïdes de façon soudaine, sauf sur instruction de votre médecin. 

Si votre perfusion ou injection biologique doit être retardée parce que vous êtes atteint de COVID-19, ou parce que vous êtes isolé, contactez votre médecin pour reporter votre traitement.

ÉVITER L'IBUPROFÈNE ET LES DROGUES ANTI-INFLAMMATOIRES NON-STÉROÏDALES (AINS)

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont souvent utilisés pour soulager la douleur, les états inflammatoires et pour réduire la fièvre, notamment l'ibuprofène (Advil®, Motrin®) et le naproxène (Aleve®). L'association de ces médicaments avec l'infection et les complications de la COVID est controversée, et Santé Canada a déclaré qu'il n'y a pas d'association entre les AINS et les complications de la COVID.

LES STÉROÏDES

Bien que les stéroïdes puissent également être un facteur de risque de complications graves de la COVID-19, les données actuelles sont préliminaires. Si vous prenez des stéroïdes pour le traitement d'une MII, ne les arrêtez jamais brusquement, sauf sur instruction de votre médecin. De même, ne commencez pas à prendre des stéroïdes tout seul si vous pensez avoir une poussée de votre MII. Si des stéroïdes vous sont prescrits pour votre MII et que vous n'êtes pas gastro-entérologue ou spécialiste des MII, la nécessité de ces médicaments doit être confirmée si possible avec votre gastro-entérologue ou spécialiste des MII.

VISITES ET ESSAIS CLINIQUES

Afin de réduire la propagation du COVID-19, si vous êtes en rémission et que vous vous sentez bien, retardez toute visite en personne chez votre médecin. Consultez votre médecin traitant ou vos gastroentérologues, ou les deux, pour décider s’ils peuvent vous évaluer par télémédecine par vidéo ou par téléphone au lieu d’une visite en personne.
 
Si votre MII est active, veuillez parler de vos symptômes à votre médecin et vous rendre à tout rendez-vous prévu. Votre médecin pourrait toujours souhaiter vous voir en personne ou par vidéo, ou s’entretenir avec vous par téléphone.
 
Les tests de diagnostic (y compris les endoscopies, les coloscopies, les tomodensitométries, les IRM et les ultrasons) pourraient devoir être retardés en raison des pressions auxquelles le système de santé est actuellement soumis. Veuillez discuter de la nécessité de les reporter avec votre médecin.

TEST DE DÉPISTAGE DU COVID-19

Si vous craignez d’être atteint du COVID-19, isolez-vous le plus rapidement possible chez vous et consultez votre prestataire de soins ou l’autorité de santé publique de votre région.

Veuillez à informer l’autorité de santé publique que vous êtes atteint d’une MII et que vous prenez des médicaments immunosuppressifs, le cas échéant. N’allez pas chez votre médecin ou au service des urgences (sauf en cas d’urgence). En cas d’urgence, appelez le 911 et informez le conseiller de vos symptômes, de vos antécédents de voyage, de votre MII et du fait que vous prenez des médicaments immunosuppressifs.

CLINIQUES D'INFUSION

Vous pouvez vous rendre en toute sécurité dans les cliniques de perfusion pour vos médicaments. Les cliniques de perfusion travaillent très dur pour vous protéger en s'assurant que les règles d'éloignement physique sont respectées et que le personnel de la clinique et les infirmières utilisent des équipements de protection pour réduire la transmission de COVID-19. En raison des règles d'éloignement physique, les cliniques peuvent réduire le nombre de patients qui peuvent être perfusés à un moment donné. Soyez patient si votre rendez-vous pour une perfusion est modifié, retardé ou déplacé à un moment moins propice. Si vous utilisez une seule dose de médicaments de prétraitement par voie intraveineuse avant votre perfusion biologique, votre médecin peut vous demander de passer à une version orale de ces médicaments.

Si vous n'avez pas eu de réaction lors des trois dernières perfusions, vous pouvez obtenir des perfusions plus rapides d'infliximab afin de réduire la durée de votre séjour dans une clinique de perfusion. Parlez à votre médecin si vous avez des inquiétudes. Le taux de perfusion ne sera pas modifié sans votre consentement.

Si votre perfusion ou injection biologique doit être retardée parce que vous êtes atteint de COVID-19, ou parce que vous êtes isolé, contactez votre médecin pour reporter votre traitement.

MEMBRES DE LA FAMILLE DE PATIENTS MII

Si vous êtes un membre de la famille vivant dans le même ménage qu'une personne à haut risque souffrant d'une MII, vous devez éviter d'être à proximité d'autres personnes qui pourraient donner à votre membre de famille le COVID-19, ce qui entraînerait sa transmission à vous. Les membres de la famille devraient:

  • Essayez d'éviter les réunions en personne.
  • Essayez de travailler à domicile. Si ce n'est pas possible, parlez à votre employeur de l'éloignement physique au travail.
  • Utilisez des services pour les personnes vulnérables (p. ex. horaires spéciaux des épiceries, livraison des pharmacies, etc.)
  • Nettoyez votre résidence le mieux possible pour éviter la transmission du virus. Les instructions pour la désinfection de votre résidence sont disponibles auprès des Centers for Disease Control and Prevention (offerts en anglais seulement).

Si vous êtes un membre de la famille vivant dans le même ménage qu'une personne à haut risque ou à risque moyen souffrant d'une MII et que vous êtes diagnostiqué avec COVID-19, vous devriez envisager de vous isoler dans une partie de la maison où vous avez un contact minimal avec les patients atteints de MII. Contactez votre autorité locale de santé publique pour de plus amples instructions.

MISES À JOUR

Comme nos connaissances sur COVID-19 et les MICI évoluent rapidement, nous mettrons régulièrement à jour les informations de cette page. Nous organiserons également des webinaires toutes les deux semaines avec des experts de l'IBD qui seront là pour répondre à vos questions. Si vous ne pouvez pas assister à la ou aux sessions en direct, vous pouvez toujours vous inscrire et recevoir un lien vers le ou les enregistrements dès qu'ils sont disponibles.

Cliquez ici pour vous inscrire au prochain(s) webinaire(s) et visionner nos vidéos passées.

Cet événement de webinaire est offert uniquement en anglais. Nous espérons offrir un webinaire similaire en français dans un proche avenir, et nous nous excusons pour le dérangement. Les sous-titres en français seront prêts la semaine suivante après le webinaire.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt