Aide à la gestion des symptômes

Vivre avec la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse implique souvent de composer avec la douleur, la perte de poids, la fatigue, l’anémie ou la diarrhée.

Grâce au soutien de Crohn et Colite Canada, fourni sous forme de subventions, les chercheurs ci dessous mènent des projets de recherche visant à mieux comprendre ces symptômes et ayant comme objectif la découverte de nouveaux traitements qui réduiront, voire élimineront ces symptômes.

2018 récipiendaires

Dr. Charles Bernstein
Dr Charles Bernstein | Université du Manitoba
Montant : 375 000 $
La date : 2018-2021
Recherche : L’imagerie cérébrale de la dépression, de l’anxiété et de la fatigue chez les patients atteints d’une MII
Les recherches du docteur Charles Bernstein cherchent à élargir notre compréhension de la relation et de l’interaction entre le cerveau et les intestins. Les chercheurs savent que les personnes atteintes d’une MII présentent des taux de troubles anxieux et de dépression plus élevés par rapport à la population générale. Cependant, ils ne comprennent pas entièrement comment ces problèmes de santé mentale impactent les symptômes du patient. En utilisant de nouvelles techniques de balayage du cerveau, le docteur Bernstein espère utiliser ces nouvelles informations pour améliorer la manière dont sont traitées les MII.

 
Dr Prevost Jantchou
Dr Prévost Jantchou | CHU Sainte-Justine
Montant : 375 000 $
La date : 2018-2021
Recherche : La vitamine D pour prévenir les récidives de la maladie de Crohn chez les enfants
Le docteur Prévost Jantchou estime que sa recherche peut aider à diminuer les éventuelles rechutes, améliorer les soins et finalement renforcer la qualité de vie générale des enfants atteints de la maladie de Crohn. Étant donnée la prévalence plus élevée de la maladie de Crohn dans les pays du Nord, l’étude du Dr Jantchou se penchera sur les facteurs environnementaux qui pourraient jouer un rôle chez les patients atteints de la maladie de Crohn. Le docteur Jantchou comparera les effets d’une dose élevée de vitamine D avec ceux d’une dose standard utilisée comme traitement d’appoint contre la maladie de Crohn.

2017 récipiendaires

Dr. Deanna Gibson
Dre Deanna Gibson | Université de la Colombie Britannique 
Co-chercheurs : Dr Sundeep Singh, Dr Kevan Jacobson et Dre Natasha Haskey
Montant : 375 000 $
Période : 2017-2020
Sujet de recherche : Les régimes alimentaires méditerranéens réduisent les effets de la colite 
Plusieurs patients atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) croient que leur régime alimentaire a une incidence sur leurs symptômes et leur maladie. Toutefois, on manque de directives en matière d’alimentation fondées sur des données probantes. Bien que les patients parlent dans leur blogue des effets de leur régime alimentaire et que plusieurs sources d’information en ligne indiquent que certains régimes peuvent atténuer ou exacerber les symptômes de la maladie, peu de travaux de recherche ont permis de déterminer qu’un facteur lié au régime alimentaire d’une personne avait un effet protecteur ou dommageable par rapport aux MII. Il faut à tout prix de nouvelles approches en matière d’alimentation pour la prévention et la gestion des MII, afin que les professionnels de la santé puissent fournir à leurs patients des conseils éclairés en la matière.

Les graisses sont des nutriments essentiels à la santé et il faut en consommer pour se développer normalement et survivre. Différents types de gras ont différents effets sur l’organisme. Le gras alimentaire peut avoir une incidence sur l’inflammation de l’intestin; toutefois, le rôle des différents types de gras et leur impact sur les MII sont encore mal saisis. La compréhension des effets des matières grasses dans le contexte des MII présente une grande importance, car la restriction des matières grasses chez un patient atteint d’une MII peut nuire à sa santé et à son état nutritionnel.

Les travaux de recherche faisant l’objet de cette proposition visent à examiner les effets des gras alimentaires sur la colite tant lorsqu’ils sont isolés les uns des autres que lorsqu’ils sont combinés, comme on le voit dans le régime alimentaire méditerranéen. Ce dernier est largement suggéré comme régime « anti inflammatoire »; on croit que ses propriétés bénéfiques tiennent à sa teneur en gras. Les travaux de recherche de la Dre Gibson montrent que les gras monoinsaturés et saturés, combinés avec de l’huile de poisson, sont bénéfiques chez les souris atteintes de colite expérimentale. Elle examinera les effets de ce régime chez les patients souffrant de colite ulcéreuse.

2016 récipiendaires

Dr. Stephen Vanner
Dr Stephen Vanner | Université Queen’s
Cochercheurs: Dre Katrina Gee, Dr David Reed, Dr Alan Lomax
Montant : $355,000
La date: 2016-2019
Recherche : « Fermer l’interrupteur » : préserver les effets analgésiques des opioïdes endogènes dans le cadre du traitement des MII
La douleur constitue un symptôme invalidant pour plusieurs personnes aux prises avec une MII. Le Dr Vanner cherche à comprendre ce qui cause les douleurs abdominales et à établir s’il n’y a pas de façons plus efficaces de les traiter. Les résultats de ses recherches pourraient éventuellement mener à une utilisation plus judicieuse des médicaments contre la douleur.

RÉCIPIENDAIRES PASSÉS DES SUBVENTIONS

Pour en savoir plus sur les projets de recherche terminés que nous avons soutenus, cliquez ici.
 

 

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt