La compassion professionnelle d’une infirmière spécialisée en MII

Par Rasheed Clarke

Dès le début de son adolescence, Usha Chauhan cherchait déjà à aider les autres. Il n’est donc pas surprenant qu’à l’âge de 16 ans, elle se soit inscrite au programme Nurse Cadet, formation d’apprenti en soins infirmiers au Royaume‑Uni, et qu’elle ait amorcé sa formation officielle dans ce domaine deux ans plus tard. Cela a marqué le début d’une carrière ponctuée d’innombrables réalisations professionnelles et relations de confiance. Actuellement, Usha occupe le poste d’infirmière praticienne à la clinique des maladies digestives d’Hamilton Health Sciences.
 
Le personnel infirmier constitue un élément vital de l’équipe de soins d’une personne. Cela est vrai, peu importe le problème de santé auquel un patient est confronté, mais pour les gens atteints de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse, le fait de recevoir des soins de personnel infirmier spécialisé en maladies inflammatoires de l’intestin les met en contact avec un(e) allié(e) possédant une compréhension unique de la situation.
 
Après s’être spécialisée en gastroentérologie pendant plus de 15 ans, Usha s’est vu présenter l’occasion de faire partie d’un projet pilote visant à offrir des soins spécialisés aux personnes souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin.
 
« Le projet visait à procurer aux patients non seulement des services de santé, mais aussi des renseignements sur la gestion de la maladie et la promotion de la santé, explique Usha. Après avoir œuvré pendant toutes ces années en gastroentérologie, j’avais l’impression qu’il existait au sein de la population de patients atteints d’une MII un besoin pour ce type de service. »
 
Comme elle est spécialisée dans les maladies chroniques comme la maladie de Crohn et la colite, Usha a la possibilité de suivre le progrès de son patient au fil du temps et de nouer avec lui un lien plus tangible ce faisant.
 
« Il est important d’établir un bon rapport avec les gens durant leur parcours avec la maladie, et d’être disponible tant lorsque le patient est souffrant que lorsqu’il se porte bien grâce à son traitement médical. J’ai vu de jeunes adultes traverser plusieurs étapes de leur vie : l’école, la carrière, le mariage, les enfants et tout », explique‑t‑elle.
 
Une de ces personnes est Shelby Hemingway, qui a reçu un diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 15 ans et qui a rencontré Usha trois ans plus tard lorsqu’elle est passée des soins pédiatriques aux soins pour adultes. Depuis ce temps, Shelby a vécu une autre transition, en passant des études à un emploi à temps plein.
 
« J’ai une relation très positive avec Usha, déclare Shelby. Elle valide mes opinions et mes sentiments, et elle s’est toujours souciée de mon horaire, que ce soit pour l’école ou, maintenant, pour le travail. Elle me fait sentir que j’ai vraiment mon mot à dire dans le cadre de mes soins médicaux, même si je n’ai pas de connaissances en médecine. Et cela m’aide à affronter la maladie de Crohn avec une plus grande confiance. »
 
C’est en raison de cette prévenance et de cette compassion qu’Usha s’est fait baptiser du surnom de « IBD Mom » (maman des MII).
 
« Un des gastroentérologues de la clinique avait l’impression que j’étais une figure maternelle pour certains des jeunes patients, plus particulièrement lorsque ces derniers n’observaient pas leur plan de traitement et que je réussissais à les remettre sur la bonne voie. J’ai tenté de passer du temps avec eux pour comprendre ce qu’ils vivaient. Peu importe l’âge d’un patient, il doit pouvoir raconter son histoire et avoir quelqu’un qui l’écoute », déclare Usha.
 
Lorsque la charge de travail devient lourde, ce qui est souvent le cas, Usha puise sa motivation dans les commentaires positifs de ses patients. « Je reçois des messages me remerciant d’avoir pris le temps supplémentaire pour bien expliquer la situation, et cela me rappelle d’être constamment à l’écoute de mes patients et de faire en tout temps montre d’honnêteté avec eux », dit-elle.
 
Quel conseil Usha aurait-elle à offrir à la nouvelle génération d’infirmières et d’infirmiers?
 
« Respectez chaque patient, écoutez attentivement ce qu’il a à dire et attardez-vous à son langage corporel. Traitez chaque personne comme un individu, et non comme quelqu’un souffrant d’une maladie. »

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 150 VIT AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.