Récipiendaires

  •  
    Adrian Bulfon - École de médecine et de dentisterie Schulich, Université Western Ontario
    Adrian-Bulfon.jpg
    Adrian Bulfon a toujours eu une passion pour les sciences. Lorsqu’il a été diagnostiqué de la maladie de Crohn à l’âge de 16 ans, il s’est d’abord senti désemparé. Mais au lieu de se laisser accabler par la maladie, Adrian a décidé de se concentrer sur ses ambitions scientifiques dans le but de devenir gastroentérologue et chercheur sur les MII. Il espère faire une différence dans la vie des gens vivant avec la maladie de Crohn et la colite. Adrian étudie présentement à l’École de médecine et de dentisterie Schulich et il est à un pas d’atteindre son objectif. Lorsqu’il n’est pas en classe, Adrian se tient occupé en faisant du sport et en s’impliquant dans la communauté d’intervenants en MII par le biais de la participation à diverses activités et groupes de soutien. Adrian est aussi un ardent défenseur de la cause des personnes vivant avec la maladie de Crohn et la colite et a il a même été invité à prendre part à la consultation nationale sur la législation fédérale en matière d’accessibilité à Ottawa, en Ontario.
     
     
    Alexandra Cohen - Université McGill
    2017-Reciepients-Alexandra-200x200.jpgÀ l’âge d’à peine huit ans, la vie de Alexandra Cohen a basculé lorsqu’elle a été diagnostiquée de la colite ulcéreuse. Alexandra a été inspirée à devenir pédiatre dans le but d’améliorer la vie des enfants vivant avec une maladie chronique, surtout après avoir observé la souffrance des autres autour d’elle et d’être elle-même une patiente. Elle a passé la dernière année à faire ses études au programme de pré-médecine de McGill, durant laquelle elle a été v.-p. académique de sa cohorte et a aussi participé à l’organisation d’un défilé de mode de bienfaisance qui a permis d’amasser 7 000 $ pour ANEB Québec. Elle a maintenant été acceptée à l’école de médecine à l’âge de 19 ans. En tant que membre actif de la communauté d’intervenants de Crohn et colite Canada, Alexandra est bénévole chaque année au Gale de Montréal et a aidé à plusieurs événements éducatifs et de collecte de fonds. L’année dernière, Alexandra a reçu le Prix humanitaire Terry Fox après avoir consacré plus de 400 heures auprès de diverses populations, notamment des patients atteints de démence avancée et des enfants handicapés.
     
     
    Shira Gertsman - Université d'Ottawa
    2017-Reciepients-Shira-200x200-3.jpgAprès avoir été diagnostiquée de MII, Shira a réalisé que cela ne signifiait pas qu’elle avait perdu sa force, mais plutôt qu’elle devait apprendre à l’appliquer différemment. En s’en apercevant, Shira a été en mesure d’exceller et de s’épanouir tout en s’efforçant de faire une différence dans la vie d’autres personnes. L’empathie a amené Shira à faire du bénévolat pour divers organismes, incluant des refuges locaux où elle offre ses services à titre de tuteur, elle aide à préparer les repas et enseigne la musique à de jeunes enfants et handicapés. En tant qu’étudiante en sciences biomédicales, Shira cherche aussi à aider les gens en concevant des équipements de diagnostic. Même si Shira reconnaît qu’elle n’est pas en mesure de faire tout ce qu’elle veut, elle s’assure d’avoir sincèrement à cœur tout ce qu’elle fait.
     
     
    Hjordis Hentschel - Université de Lethbridge
    2017-Reciepients-Hjordis-200x200-1.jpgQuand Hjordis Hentschel pense au succès académique, elle voit au-delà de l’obtention de bonnes notes. Pour elle, le succès académique représente son travail acharné et son dévouement à ses études qui renforcent son sentiment de fierté. Avec un diagnostic de maladie inflammatoire de l’intestin, Hjordis doit travailler d’arrache-pied afin de réussir ses études. À l’extérieur de la classe, Hjordis a fondé le « Gutsy Club » de l’université de Lethbridge afin d’aider les personnes vivant avec la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le syndrome du côlon irritable. Hjordis espère qu’en créant ce club, ses camarades vivant avec ces problèmes de santé chercheront le soutien dont ils ont besoin. Hjordis a aussi pris part à la randonnée Gutsy en marche de cette année et participe à divers groupes de soutien en ligne se déroulant en anglais et en allemand.
     
     
    Leslie Hernandez - École nationale de théâtre
    2017-Reciepients-Lesile-Hernandez-200x200-1.jpgMême si Leslie Hernandez voit son diagnostic de colite ulcéreuse comme l’un de ses moments les plus difficiles, elle le voit aussi comme l’un des plus enrichissants. Après avoir enduré des symptômes douloureux et embarrassants pendant des mois, Leslie a finalement été diagnostiquée alors qu’elle rendait visite à sa mère durant les vacances de Noël. Bien qu’au départ cela s’est avéré difficile, Leslie a réalisé que sa seule option était d’aller de l’avant et d’être forte. Avec un diplôme en chimie et un certificat en gestion des arts, Leslie est maintenant en train de poursuivre ses études à l’École nationale de théâtre où elle espère devenir metteuse en scène. Leslie attribue ce saut à la force que la colite lui a donné et se sent prête à réaliser ses rêves les plus fous.
     
     
    Timothy Ireland - Université de Winnipeg
    2017-Reciepients-Tim-Ireland-200x200.jpgTimothy Ireland a dû apprendre à trouver un juste milieu entre sa vie d’étudiant et celle d’athlète. En classe, il doit se concentrer et travailler fort pour maintenir un bon rendement académique. Sur le terrain de basketball, il doit maintenir sa force physique et son endurance. En plus de tout ça, Timothy doit viser et atteindre cet équilibre tout en vivant avec la colite ulcéreuse. Ne voulant pas être importuné par celle-ci, Timothy comprend l’importance de redonner à la collectivité et prend part à plusieurs initiatives de bénévolat. Timothy agit à titre d’ambassadeur de l’université, entraîne de jeunes basketteurs en Angleterre et en Italie et a aidé à organiser un événement TEDx à l’Université de Winnipeg. Timothy a également pris part à la randonnée Gutsy en marche 2017 avec des amis afin de sensibiliser le public à la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse au Canada.
     
     
    Aleksandra Kacinska - Université Ryerson​
    2017-Reciepients-Aleksandra-200x200.jpgAleksandra Kacinska croit que la narration personnelle peut apporter des changements tant au niveau de la communauté d’intervenants en MII qu’au niveau national. Aleksandra souhaite changer le dialogue autour de la maladie de Crohn et de la colite et faire que les gens atteints n’aient pas honte de leur maladie. Cette passion d’inspirer les autres a mené Aleksandra à poursuivre des études en narration, création de médias numériques et relations publiques. Elle espère que son expérience personnelle avec la maladie de Crohn de concert avec sa formation professionnelle lui permettra de continuer à sensibiliser le public pour aider les personnes qui vivent également avec ces maladies. En tant que dirigeante du programme de sensibilisation numérique de Crohn et colite Canada, section de Peel, Aleksandra s’efforce d’aider les autres en partageant des récits et des messages inspirants sur les médias sociaux.
     
     
    Najla Kanaan - Université Wilfrid-Laurier​
    2017-Reciepients-Najla-200x200.jpgNajla Kanaan a une grande passion d’aider les gens. En tant que fille de parents immigrants vivant avec la colite ulcéreuse, elle comprend que malgré les meilleures intentions, un manque de connaissances autour de cette maladie peut entraîner la peur et la honte. Voilà la raison pour laquelle Najla s’efforce d’aider d’autres jeunes immigrants vivant avec la maladie de Crohn et la colite afin qu’ils ne se sentient pas seuls ou faibles. Inspirée de sa propre expérience, elle a initié un programme de soutien visant à aider les gens à avec leur famille et leur collectivité au sujet de la maladie de Crohn et la colite. Par le biais de ce programme, Najla a été en mesure de forger un solide réseau de soutien formé de jeunes vivant avec la maladie de Crohn et la colite. En tant qu’étudiante de maîtrise en travail social à l’Université Wilfrid-Laurier, Najla continuera d’aider les autres dans le besoin.
     
     
    Gillian McKirdy - City University au Canada​
    2017-Reciepients-Gillian-Mckirdy-200x200.jpgGillian McKirdy sait comment gérer un horaire chargé. Étudiante, mère de trois enfants et instructrice de yoga, Gillian garde l’équilibre entre tous ces aspects en plus de vivre avec la maladie de Crohn. Après des années de lutte, Gillian vit maintenant avec iléostomie permanente qui a grandement amélioré sa santé. Gillian a aussi consacré beaucoup de son temps au bénévolat auprès de divers organismes tels que le Calgary Distress Centre et le Chinook Hospice. Gillian complète actuellement une maîtrise en counselling et souhaite devenir psychologue agréée. Son but est de travailler avec des personnes aux prises avec un handicap ou une maladie chronique comme la maladie de Crohn et la colite. Avec son équipe de la randonnée Gutsy en marche, The Down Dogs, Gillian a amassé près de 800 $ pour Crohn et colite Canada.
     
     
    Emma Neary - Université Queen's
    2017-Reciepients-Emma-200x200.jpgEmma Neary a un grand nombre de réalisations à son actif pour quelqu’un qui vient de terminer ses études secondaires. Emma est récipiendaire du prix Duke of Edinburgh Gold Award, a complété un semestre à l’école d’été de l’Université Harvard, est dirigeante de la coalition pour la paix et la justice et a agi à titre de coordinatrice du secondaire pour la Memorial University World Health Organization Society. Emma a été en mesure d’accomplir tout cela tout en vivant avec la maladie de Crohn. Lorsque Emma a reçu son diagnostic, elle a dû manqué de nombreux jours d’école mais a pu se rattraper et exceller dans tous ses cours. Emma se prépare maintenant à entrer à l’Université Queen’s où elle prendra part au programme QuARMS dans le cadre duquel elle entrera à l’école de médicine au cours de sa troisième année d’études.
     
     
    Elliot Pitter - Université Dalhousie​
    2017-Reciepients-Elliot-200x200.jpgMême si Elliot Pitter a reçu un diagnostic de maladie de Crohn alors qu’il avait 13 ans, il a toujours voulu redonner à la collectivité. Il a été covedette d’une vidéo éducationnelle créée par l’Hôpital IWK pour enfants, s’est adressé à des enfants récemment diagnostiqués et a participé à plusieurs études. Son raisonnement : il peut aider à rendre les choses plus faciles pour le prochain enfant. Ayant débuté comme campeur au Camp Guts and Glory de Brigadoon Village, Elliot est devenu moniteur pendant quatre étés. À titre de moniteur, Elliot a pu enseigner et apprendre d’autres campeurs vivant avec la maladie de Crohn et la colite ainsi que d’autres maladies chroniques. Elliot étudie présentement en génie mécanique et à cause de sa propre expérience avec la maladie de Crohn, il s’intéresse à poursuivre des études en génie biomédical.
     
    Brandon Schupp - Université de Toronto​
    2017-Reciepients-Brandon-200x200.jpgQuand Brandon Schupp été âgé d’à peine 12 ans, il a lancé la campagne Mountain of Hope afin d’amasser des fonds en Colombie-Britannique, amassant plus de 140 000 $. L’année suivante, il a reçu un diagnostic de colite ulcéreuse juste avant d’entreprendre une nouvelle escalade : le mont Elbrouz en Russie. La période qui a suivi a été extrêmement difficile pour Brandon qui a dû composé avec sa maladie et sa vie familiale. Malgré toute ces difficultés, Brandon a beaucoup appris sur la persévérance, l’indépendance et l’équilibre. Brandon entame maintenant sa deuxième année à la faculté de droit de l’Université de Toronto et travaille auprès de jeunes recevant des soins résidentiels au Youthdale Treatment Centre.
     
    Joseph Shaw - Université Dalhousie
    2017-Reciepients-Joe-Shaw-200x200.jpgJoseph Shaw est un jeune diplômé en commerce âgé de 28 ans qui a travaillé en ventes et marketing au cours des dernières années. À l’automne, il entrera à l’Université Dalhousie, à Halifax, pour y étudier les soins infirmiers. Diagnostiqué de la maladie de Crohn à l’âge de 11 ans, Joseph comprend très bien les défis auxquels font face les gens atteints de cette maladie. Il aide aussi les autres en tant que bénévole à la Ostomy Halifax Society. Étant donné sa propre expérience à la suite d’une chirurgie pour stomie, Joseph travaille auprès d’enfants et de familles qui doivent passer par la même intervention chirurgicale, à titre de visiteur certifié (National Certified Ostomy Visitor). Joseph travaille également au camp d’été du Brigadoon Village pour enfants vivant avec la maladie de Crohn, la colite et les stomies. Joseph espère que son attitude positive face à la vie avec la maladie de Crohn lui permettra d’exceller en tant qu’infirmier et de continuer à aider les autres.
     
    Veronica Slade - Université de Regina​
    2017-Reciepients-Veronica-200x200.jpgDiagnostiquée durant sa dernière année du secondaire, Veronica Slade comprend les hauts et les bas de la vie avec une maladie inflammatoire de l’intestin. Peu de temps après avoir commencé ses études en travail social, Veronica a vécu l’un de ses pires poussées inflammatoires et s’est retrouvée à l’hôpital. Malgré cela, Veronica a pu maintenir ses bonnes notes à partir de sa chambre d’hôpital. Même si elle a dû subir une chirurgie pour stomie étant donné que les médicaments ont échoué, Veronica a tout de même pu poursuivre ses études. Son expérience de vie avec une MII et sa récente stomie l’ont inspiré à redonner à ces communautés. Elle travaille avec l’organisme local axé sur les stomies et collabore à la réorganisation de son programme destiné aux personnes vivant une expérience semblable à la sienne. Veronica participe également à la randonnée Gutsy en marche et a été capable de la compléter seulement 12 semaines après sa chirurgie.
     
    Aaron Slobodin - Université Quest Canada​
    2017-Reciepients-Aaron-200x200.jpgAaron Slobodin est passionné de mathématiques. En tant qu’étudiant à l’Université Quest Canada, majeur en mathématiques, Aaron a été en mesure de mener des recherches en mathématiques pures et appliquées. Étant une personne vivant avec la colite ulcéreuse et une infection à C. difficile récurrente, il connaît l’importance de la gestion du temps et d’avoir une bonne éthique de travail. Ces aptitudes lui ont permis d’exceller sur le plan académique même durant des périodes difficiles et poussées inflammatoires. Aaron espère parfaire son apprentissage et poursuivre des études supérieures en mathématiques pures. S’étant récemment vu attribué une place au programme Budapest Semesters in Mathematics, Aaron a très hâte de représenter son université, le Canada et la communauté d’intervenants en MII.
     



     
  •  
    Antoine Lapointe - Université du Québec à Montréal
    Antoine.jpgLes épreuves de la vie, Antoine connaît. Dès un jeune âge, il avait déjà de la difficulté à suivre le rythme de l’école; il s’est donc senti rapidement distancé par les autres enfants de sa classe. Malgré cela, Antoine a décidé de ne pas abandonner. Il a été aidé par un tuteur et il est devenu la première personne de sa famille à être acceptée à l’université.

    Antoine a vécu un autre revers important dans le cadre de son parcours académique lorsqu’il a reçu un diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 21 ans. Il a d’ailleurs dû être hospitalisé à ce moment. Compte tenu de l’effet conjugué du stress relié à ses cours et de la lourde charge de travail qu’il avait à assumer, Antoine a vu sa santé se détériorer. Il a alors décidé de se concentrer uniquement sur l’école pour que son corps reprenne le dessus. 

    Antoine a retrouvé la santé, mais il continue de mettre l’accent sur ses études en urbanisme. Il espère aider les gens à avoir une meilleure qualité de vie en créant des espaces urbains qui répondent davantage à leurs besoins. À son avis, le développement durable contribuera à rallier les générations futures.
     
    Azalech Boyana - Université Ryerson 
    Azlaech.jpgAzalech a vécu sa première expérience de vie marquante lorsqu’elle est arrivée au Canada comme réfugiée de l’Éthiopie. En tant que nouvelle arrivante au pays, Azalech a dû s’adapter à de nouvelles coutumes, à une nouvelle culture et à un nouvel environnement. Après de nombreux hauts et bas, Azalech a réussi à devenir résidente permanente du Canada, à décrocher un emploi dans son domaine et à faire du bénévolat auprès des nouveaux arrivants qui cherchaient eux aussi à s’établir au Canada.
    Azalech a vécu sa deuxième expérience de vie marquante lorsqu’elle a reçu un diagnostic de colite ulcéreuse. Après avoir éprouvé de nombreux symptômes, Azalech a pu trouver les médicaments qui lui convenaient et finalement reprendre les rênes de sa santé et mieux comprendre sa maladie.

    Actuellement étudiante au programme de maîtrise en éducation de la petite enfance à l’Université Ryerson, Azalech espère pouvoir mettre à profit son expérience et son éducation pour être en mesure de continuer à encadrer, à outiller et à soutenir les enfants. Elle souhaite également redonner à sa communauté, continuer de l’informer sur la maladie de Crohn et la colite et contribuer à éliminer les préjugés associés à ces dernières.
     
     
    Caroline Evans - Université Dalhousie
    Caroline.jpgCaroline Evans met à profit son expérience personnelle avec la maladie de Crohn dans ses interactions avec les patients. Grâce à cette expérience, Caroline comprend bien les différents aspects reliés au fait de vivre avec une maladie chronique, par exemple les problèmes reliés à l’assurance, la couverture des médicaments, les complications reliées à une telle maladie, la planification des rendez‑vous et des tests nécessaires et les symptômes éprouvés au quotidien. Bien que la route ait été parsemée d’embûches depuis le jour du diagnostic, Caroline pense qu’elle vit mieux grâce à sa maladie de Crohn et non malgré elle.

    Lorsqu’elle n’est pas accaparée par ses travaux, cette étudiante en médecine aime demeurer active et s’occuper de son bien‑être physique et mental. Elle aime courir, skier et aller au gym. En outre, elle veille à s’alimenter sainement. De plus, Caroline fait du bénévolat pour des organismes tels que Grands Frères Grandes Sœurs et elle a mené, avec ses confrères et consœurs de classe, des activités de financement visant à répondre aux besoins de santé des réfugiés syriens.
     
    Darrah Horobetz - Université de Winnipeg
    Darrah.jpgDarrah a commencé son parcours avec la maladie de Crohn alors qu’elle n’était âgée que de 13 ans. Après avoir souffert des différents symptômes de la maladie pendant sept mois, Darrah a finalement reçu son diagnostic. Elle était furieuse au départ, mais elle a appris à accepter sa maladie et à accueillir la force qu’elle lui a donnée.
    Depuis son diagnostic, Darrah s’est inscrite à l’Université de Winnipeg. Elle y est étudiante à temps plein, mais elle réussit quand même à occuper un emploi qui lui prend de 30 à 40 heures par semaine et à redonner à la communauté en faisant du bénévolat pour Crohn et Colite Canada. En tant que coordonnatrice des activités de collecte de fonds, Darrah a organisé l’événement Bud, Spud, and Steak à Winnipeg, qui a été couronné de succès. Les fonds recueillis à cette occasion se chiffrent à plus de 4 000 $.
    Bien que Darrah ait vécu des moments difficiles depuis son diagnostic, elle ne s’est pas découragée et elle n’a pas perdu de vue ses objectifs. Darrah croit que sa maladie n’est qu’une composante de sa personne et qu’elle ne la définit pas.
     
    Jack Kerr - Université Queen's
    Jack.jpgJack comprend bien les hauts et les bas reliés au fait de vivre avec la maladie de Crohn ou la colite. Une poussée active de l’une ou l’autre de ces maladies peut épuiser émotionnellement et physiquement le patient, et la perspective d’une rechute est toujours présente dans son esprit, même en période de rémission. Il s’agit là des difficultés auxquelles Jack a eu à faire face après avoir reçu son diagnostic de colite ulcéreuse à l’âge de 17 ans.
    Maintenant étudiant en sciences de la vie, Jack aspire à devenir gastroentérologue afin de pouvoir aider les autres personnes aux prises avec les mêmes difficultés et obstacles que lui. Son objectif ultime est de prouver que l’on peut réussir même lorsque l’on est atteint de la colite ulcéreuse, et d’inciter les autres à suivre ses traces.
    Par son travail de bénévolat, Jack a déjà commencé à inspirer les autres. Il a œuvré au sein d’organismes tels que Boys & Girls Club, Horizon Health Network et Don Connolly Golf Academy. Jack est également membre du Comité de la maladie de Crohn et de la colite de l’Université Queen’s et il a recueilli presque 2 000 $ dans le cadre de la randonnée Gutsy en marche. De plus, il participe aux activités de la section de Kingston pendant qu’il est à l’école et à celles de la communauté de l’organisme à Saint John, au Nouveau‑Brunswick, lorsqu’il retourne à la maison pour les vacances. Certes, vivre avec ces maladies présente son lot de difficultés, mais Jack désire montrer aux autres qu’il est possible malgré elles d’avoir une vie normale et épanouie.
     
    Lacy Brandt - Collège Pacific Rim
    Lacy.jpgLacy Brandt doit jongler avec pas mal de choses : elle est étudiante à temps plein en acupuncture et médecine chinoise, elle travaille à temps partiel, elle fait du bénévolat et elle a des activités parascolaires à son agenda. Bref, elle n’a pas le temps de s’ennuyer!
    Après avoir reçu son diagnostic de maladie de Crohn et avoir subi une importante opération, Lacy a vu sa vie se transformer considérablement, mais elle était déterminée à prendre en main sa santé. Elle a commencé à faire du bénévolat pour Crohn et Colite Canada et à donner à ses confrères et consœurs de classe de l’information sur ces maladies. Lacy participe aux activités de la section de Calgary, elle était de la randonnée Gutsy en marche et on a pu la voir dans une vidéo présentée à l’occasion du Gala de Calgary dans laquelle elle parlait de son expérience avec la maladie de Crohn. En outre, dans le cadre de ses activités de bénévolat, elle obtient un soutien inestimable de la part des gens qui travaillent à ses côtés, ce qui lui a donné la confiance nécessaire pour continuer d’aider d’autres personnes.
    Bien que le stress puisse encore affecter sa santé, Lacy réussit à prendre soin d’elle‑même en faisant de la randonnée et du yoga ainsi qu’en allant à la plage.

     
     
    Luke Knock - Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse
    Luke.jpg « Hé, ça pourrait être pire! »
    C’est l’attitude qu’affiche Luke par rapport à sa maladie de Crohn. Luke a reçu un diagnostic de maladie de Crohn alors qu’il était en sixième année. Lui et les autres membres de sa famille ont également vécu d’autres problèmes de santé. Son frère a obtenu le même diagnostic que lui peu de temps après, sa mère a lutté contre le cancer et son oncle a perdu son combat contre ce dernier. Le parcours de Luke n’a donc pas été des plus faciles.

    Malgré ces années difficiles, Luke était déterminé à demeurer concentré sur son travail scolaire afin de ne pas prendre de retard. Il est également parvenu à poursuivre les activités qu’il aimait faire, comme le soccer, le basketball et les percussions. Il a même réussi à relever de nouveaux défis, par exemple apprendre à jouer au hockey et au baseball.

    Luke a également a réussi à redonner à sa communauté. Lui et les membres de sa famille participent à la randonnée annuelle Gutsy en marche et ils encouragent les autres membres de la communauté à contribuer à la cause. Chaque été, Luke est également conseiller de camp par l’intermédiaire de son église. À cette occasion, il aide les autres à poursuivre leurs passions malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés.
     
     
    Michaelis Hurst - Université de Victoria au Collège Aurora
    Michaelis.jpgLorsqu’elle a reçu son diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 19 ans, Michaelis croyait que sa vie était finie et qu’elle ne retrouverait plus jamais le bonheur. Bien que les six dernières années aient été difficiles pour Michaelis, elle déclare que son expérience l’a rendue plus forte et qu’elle est plus heureuse que jamais.

    Michaelis déclare que c’est sa participation aux activités de la communauté de la maladie de Crohn et de la colite qui lui ont donné toute la force nécessaire pour poursuivre son parcours. En participant à la Journée du barbecue de bienfaisance Les aliments M&M de sa localité, en prêtant main‑forte au gala annuel et en assistant à des réunions. Michaelis a réussi à obtenir le soutien dont elle avait besoin et elle est même devenue la présidente de son groupe de soutien local.

    Maintenant établie à Yellowknife, dans les T.N.‑ O., Michaelis travaille également avec des gastroentérologues, des infirmières, des diététiciennes, des médecins et d’autres membres de sa communauté en vue d’améliorer le soutien offert aux patients de sa région. En tant qu’étudiante en soins infirmiers, Michaelis espère demeurer une source d’inspiration pour les autres et les aider à parvenir au bien‑être.

     
     
    Rachel Meehan - Université de Guelph
    Rachel.jpgMalgré le fait qu’elle a reçu un diagnostic de maladie de Crohn il y a plus de 10 ans, Rachel s’est fait la promesse de ne pas laisser la maladie entraver sa route. Depuis ce temps, Rachel a obtenu un grade de premier cycle ainsi qu’un certificat d’études supérieures, elle a visité trois continents, elle a progressé dans sa carrière et elle a déménagé deux fois. Actuellement, elle termine sa maîtrise.

    Rachel a également trouvé le temps de redonner à sa communauté. En tant que membre de la section de Crohn et Colite Canada à Sudbury, elle a pu faire du bénévolat à l’occasion de divers événements. Elle a notamment tenu le programme « Let’s Do Brunch » (Brunch à la maison) à Toronto, elle a rempli le rôle de responsable des relations avec les médias à l’occasion de la randonnée Gutsy en marche de Sudbury (dans le cadre de laquelle elle a été, en plus, Meilleur cueilleur de dons!) et elle a pris la parole à l’occasion du lancement de PACE à l’Hôpital Mount Sinai à Toronto, en Ontario.

    Grâce à son travail acharné et à ses efforts de défense des droits, elle continue d’inspirer les autres. L’objectif ultime de Rachel est de montrer aux autres qu’ils peuvent réaliser leurs rêves même en souffrant d’une maladie chronique.
     
    Shantz Bennett - Université Memorial de Terre-Neuve
    Shantz.jpgLorsque Shantz a reçu son diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 14 ans, il avait plusieurs craintes. Sa maladie était‑elle contagieuse? Pouvait‑il la transmettre à ses amis et aux membres de sa famille? Serait‑il capable de continuer à jouer au hockey avec les autres jeunes de son école secondaire? Prendrait‑il du retard à l’école? Pour Shantz, il s’agissait de déterminer s’il fallait fuir ou se battre.

    Il a décidé qu’il allait se battre! Grâce à l’aide de sa famille, de ses amis, de ses professeurs et de ses médecins, Shantz a pu se concentrer sur sa santé et, en même temps, continuer de faire les choses qu’il aimait. Shantz est devenu maître nageur, a joué au sein de la troupe de théâtre de son école, s’est joint aux cadets de la marine et a même pu assister à la Journée mondiale de la jeunesse à Madrid, en Espagne
    En décidant de se battre, Shantz a été capable d’accomplir beaucoup de choses et de redonner à sa communauté. Shantz croit que son expérience avec la maladie de Crohn a donné un nouveau sens à sa vie et lui a permis d’envisager l’avenir de manière positive.
     
     



     
  • Bernadette Woodman - Université Saint-Francis-Xavier
    Bernadette_cropped.jpgAprès de longs séjours à l’hôpital ainsi que d’innombrables tests et procédures, Bernadette a finalement reçu un diagnostic de colite ulcéreuse à l’âge de onze ans. La plupart des enfants de son âge souhaiteraient simplement ne plus avoir à entrer dans un hôpital de leur vie, mais pas Bernadette. Elle aimait l’environnement de l’Hôpital IWK à Halifax, en N. É. : les membres de l’équipe de santé qui allaient et venaient, toute cette activité autour d’elle et le fait que les gens à cet endroit sauvaient des vies. Cette expérience a finalement fait en sorte que son désir d’aider les autres a grandi.

    Alors que Bernadette se prépare à entamer son prochain périple à l’Université Saint Francis Xavier, où elle compte étudier en soins infirmiers, elle continue de s’accrocher aux sentiments de courage que son équipe de santé lui a inspirés lorsqu’elle était petite. Son nouvel objectif est d’insuffler de ce courage aux autres personnes qui vivent une situation semblable à la sienne.

    L’expérience qu’a vécue Bernadette plus jeune l’a également incitée à redonner à sa communauté. Elle a ainsi pu faire connaître aux gens son histoire durant l’IWK Telethon, événement télévisé destiné à recueillir des fonds pour l’hôpital pour enfants à Halifax, en N. É., pour ensuite aller faire du bénévolat au IWK durant l’été. Bernadette a également participé à la randonnée Gutsy en marche de Crohn et Colite Canada, dans le cadre de laquelle elle s’est illustrée en tant que Meilleure cueilleuse de dons en recueillant plus de 4 600 $.
    Gabriel Tobias - Université de Colombie-Britannique
    Gabriel.jpgAu moment où il a reçu son diagnostic de maladie de Crohn, Gabriel était pompier forestier à l’emploi du gouvernement de la C. B. et entraîneur national. La nouvelle lui a donc causé un choc. En tant que pompier, il était souvent appelé à passer jusqu’à 21 jours de suite dans des lieux éloignés où il est difficile de trouver des installations médicales. Compte tenu du diagnostic qu’il venait d’avoir, Gabriel savait qu’il devait se réorienter. Après être retourné sur les bancs d’école pour décrocher des crédits prérequis supplémentaires qu’il a ajoutés  à son diplôme de premier cycle en sciences de l’activité physique, Gabriel a décidé qu’il mettait le cap sur la médecine.

    À ce jour, le cheminement de Gabriel n’a pas été sans complications. Après s’être déchiré le ligament croisé antérieur en jouant au rugby à l’université, il a dû subir de nombreuses interventions chirurgicales pour que le problème soit corrigé. C’est durant cette période de récupération que lui est venue initialement l’idée d’aider les personnes aux prises avec des limitations physiques. Il a amorcé le programme AccessABILITY, dans le cadre duquel il fournit des abonnements au gymnase et des services d’entraînement personnel gratuits aux étudiants handicapés de son école, l’UBC Okanagan.

    Alors qu’il se prépare à devenir médecin, Gabriel espère demeurer une source d’inspiration pour les gens autour de lui. Il maintient un mode de vie sain et il apporte son aide aux autres, notamment dans le cadre d’AccessABILITY, mais aussi d’autres manières.
    Jordan Faier - Université McGill
    Jordan.jpgJordan est sur le point de vivre sa prochaine grande aventure.
    D’ici quelques mois, Jordan fera ses bagages pour se rendre à Melbourne, en Australie, afin de participer à un programme d’échanges internationaux. Bien qu’il ait vécu de nombreuses complications au cours des 15 dernières années après avoir reçu un diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de six ans, un avenir brillant se dessine désormais devant lui.

    Dès un jeune âge, Jordan a consacré son temps et ses efforts à redonner à sa communauté. Il a recueilli plus de 1 500 $ pour Crohn et Colite Canada et il espère continuer de sensibiliser davantage les gens à ces maladies tant dans sa ville natale, Montréal, qu’en Australie.

    Jordan a reçu son diagnostic très tôt dans sa vie; c’est ce qui l’a incité à entamer des études en sciences de la santé à l’Université McGill. Par la suite, il désire étudier l’optométrie à l’Université de Montréal. Grâce à ses études, Jordan souhaite continuer à aider les autres.

    Maintenant qu’il est sur le point de mettre le cap sur l’Australie, Jordan est inspiré à sensibiliser un plus vaste public à la gravité de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse et au fait que rien ne peut vous empêcher de réaliser vos rêves!
    Joseph D’Addario - Université York
    Joseph.jpgL’inspiration peut se présenter sous différentes formes et envergures. C’est ce qu’a appris Joseph après sa visite à L’Arche, organisme international qui a pour mission d’aider les personnes aux prises avec des déficiences intellectuelles.

    L’inspiration peut également être mise à l’épreuve durant des périodes particulièrement difficiles. Joseph en a aussi fait l’expérience lorsqu’on lui a annoncé qu’il souffrait de la maladie de Crohn, alors qu’il étudiait en vue d’obtenir un grade de premier cycle. Plus tôt cette année là, il avait reçu un diagnostic de leucémie myéloblastique aiguë (LMA).

    Bien que Joseph ait eu à faire face à deux problèmes de santé graves, il a persévéré en continuant son chemin. En tant qu’enseignant et étudiant à la maîtrise ès arts en histoire du handicap, Joseph espère mettre à profit l’expérience personnelle qu’il a de la maladie de Crohn et de la LMA dans le cadre du curriculum ainsi que contribuer à promouvoir l’accès aux toilettes et à éliminer la stigmatisation dont sont victimes les personnes atteintes de MII.

    Joseph a eu la possibilité d’être une source d’inspiration pour les autres lorsqu’il s’est rendu au Kenya pour participer à la construction d’une école à l’intention des enfants d’une zone défavorisée et enseigner à ces derniers. Il a également contribué à sensibiliser davantage les gens à la maladie de Crohn et à la colite ulcéreuse  en recueillant des fonds dans le cadre de la randonnée Gutsy en marche avec son équipe, Game of Crohn’s. Il a d’ailleurs mérité le titre convoité de Meilleur cueilleur de dons à cette occasion. De plus, il a participé à la campagne Brunch à la maison à Toronto.
    Keara Maguire - Université Thompson-Rivers
    Keara.jpgÀ l’âge de 17 ans, Keara avait un objectif en tête : les Jeux Olympiques.
    Alors qu’elle s’entraînait au sein de l’équipe nationale de patinage de vitesse, Keara a appris à s’armer de motivation pour réaliser ses rêves. À l’âge de 20 ans, elle a reçu un diagnostic de colite, ce qui remettait en question son rêve de se rendre aux Jeux Olympiques. Bien qu’elle ait poursuivi le patinage malgré ses symptômes et qu’elle ait été sélectionnée pour faire partie de l’Équipe Talent 2014, Keara a dû mettre tout cela de côté pour se concentrer sur sa santé.

    Keara a entrepris des études en soins de santé. Elle espère représenter une source d’inspiration pour les autres personnes qui sont aux prises avec des difficultés semblables. Son objectif, en étudiant l’inhalothérapie, est de devenir perfusionniste cardio-vasculaire.

    Bien que sa progression ait été à plusieurs reprises entravée par la maladie, Keara est déterminée à persévérer. Pour bien continuer, elle gère adéquatement son alimentation ainsi que sa santé mentale et elle demeure active sur le plan physique.

    Keara a été chef d’équipe à l’occasion de la Journée du barbecue de bienfaisance Les aliments M&M, elle a participé à la randonnée Gutsy en marche annuelle de Crohn et Colite Canada et elle est cofondatrice de l’événement de financement Canoeing for Crohn’s and Colitis. En tout et partout, elle a contribué à recueillir plus de 8 000 $ pour appuyer la recherche sur la maladie de Crohn et la colite. Keara est également active au sein de la communauté de la maladie de Crohn et de la colite; elle prend la parole en public pour parler de la cause et elle recherche toujours de nouvelles manières de toucher la collectivité.
    Pénélope Houle - Université du Québec à Montréal
    Penelope.jpgAprès que sa maladie de Crohn lui ait fait manquer une année d’école, Pénélope s’est dit que plus jamais elle ne sacrifierait ses études en raison de sa maladie.

    Pénélope est déterminée à obtenir son diplôme en suivant ses cours à la maison. Bien que la maladie de Crohn ait ralenti le processus, elle est plus que jamais déterminée à atteindre son objectif. Après avoir obtenu son diplôme, Pénélope compte enseigner le français et l’anglais à l’étranger.

    Le rêve de Pénélope a commencé à se concrétiser rapidement lorsqu’elle a planifié d’aller en Asie enseigner aux enfants. Elle espère que le fait de transmettre son savoir aux enfants l’aidera à élargir ses horizons. Pénélope a consacré beaucoup de temps et d’efforts à planifier des activités pour les enfants et elle a contribué à recueillir des fonds pour l’école avant de partir. Bien qu’elle ait eu à interrompre rapidement son voyage en raison de sa maladie, elle a continué à apporter son aide après son retour au Canada. Par exemple, Pénélope a organisé des appels Skype avec les enfants pour les aider à pratiquer leur français.

    Le désir de Pénélope d’aider les autres est également connu à l’échelle locale. Elle a aidé à recueillir des fonds pour la randonnée Gutsy en marche annuelle de Crohn et Colite Canada et elle est toujours disposée à partager son histoire avec les autres. L’espoir de Pénélope est qu’en parlant plus ouvertement à propos de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse, on réussisse à faire en sorte que disparaisse la stigmatisation dont sont victimes les personnes atteintes de ces maladies.
    Rebecca Marsh - Université de l'Alberta
    Rebecca.jpg« Maman, c’est juste une maladie, et je vais m’en occuper. »
    Ce sont les propos qu’a tenus Rebecca lorsqu’elle a appris qu’elle souffrait de la maladie de Crohn. Certes, cela a été difficile par moments. Toutefois, ces mots ont servi plus tard à rappeler à Rebecca la force et la persévérance dont elle devait faire preuve dans ces passages éprouvants.

    Comme Rebecca pratiquait le patinage artistique de compétition, elle voyait comme une entrave à sa carrière d’athlète le fait de recevoir un diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 15 ans seulement. Rebecca a cependant continué malgré le fait qu’elle devait vivre avec une maladie chronique. Maintenant qu’elle vient d’obtenir un baccalauréat en éducation physique de l’Université de l’Alberta, elle poursuivra ses études à l’automne en commençant le programme de maîtrise en activité physique adaptée.

    L’athlétisme de Rebecca et sa passion pour l’activité physique se manifestent non seulement dans ses études, mais également dans sa participation aux activités de sa communauté. Elle donne des classes d’exercices de groupe, elle fait du bénévolat dans le cadre des Jeux Olympiques spéciaux et au Steadward Centre, et elle effectue du travail de relève auprès des enfants souffrant du syndrome de Down. Par son travail de bénévolat et ses futures études, Rebecca espère représenter une source d’inspiration pour les autres, les outiller et les appuyer dans le cadre d’une démarche visant à les inciter à devenir plus actifs sur le plan physique et à les aider à faire tomber les barrières auxquelles se butent les personnes aux prises avec la maladie.

    Rebecca est également membre active de la communauté de la maladie de Crohn et de la colite. Avec son équipe, The Royal Flush, Rebecca a recueilli des fonds dans le cadre de la randonnée Gutsy en marche de Crohn et Colite Canada et elle assiste à des événements informatifs et éducatifs dans sa communauté.
    Richelle Wagner - Université de l'Alberta
    Richelle.jpg
    Richelle connaît le sens du travail acharné. En tant que membre de l’équipe de basketball féminin Augustana de l’Université de l’Alberta, elle a constamment été appelée à s’armer de motivation, plus particulièrement lorsque se manifestaient les symptômes de la colite ulcéreuse.

    Richelle a reçu son diagnostic lorsqu’elle était plus jeune. Elle gère ses symptômes grâce à une bonne santé physique, à de saines habitudes alimentaires et à un plus grand nombre d’heures de sommeil. Cela peut représenter un réel défi pour elle, car elle est prise entre, d’une part, un horaire scolaire chargé et, d’autre part, tout le temps qu’elle consacre chaque semaine au basketball, soit plus de 25 heures.

    La passion de Richelle transparaît également à l’extérieur du terrain de basketball; en effet, elle fait du bénévolat au refuge pour femmes battues, où elle aide à l’organisation de jeux pour les enfants. Elle consacre également du temps de bénévolat dans le cadre du camp de basketball s’adressant aux jeunes de sa localité, lequel a lieu à son école, où elle a l’occasion de transmettre son savoir aux enfants et de les encadrer. Richelle est également active au sein de la communauté de la maladie de Crohn et de la colite. Elle a notamment participé à la randonnée Gutsy en marche de Crohn et Colite Canada ainsi qu’à la Journée du barbecue de  bienfaisance Les aliments M&M.

    Alors que Richelle s’apprête à terminer son diplôme en psychologie clinique, elle se prépare à poursuivre ses études au degré maîtrise et, éventuellement, au doctorat.
     
    Ryan Nesbitt  - Université Ryerson
    Ryan.jpgRyan a reçu son diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de quatre ans. Ainsi, il a de la difficulté à se rappeler une période de sa vie où il ne souffrait pas de la maladie. Bien qu’il ait été atteint de la maladie de Crohn pendant presque toute sa vie, il a persévéré pour atteindre ses objectifs.

    Depuis plusieurs années maintenant, Ryan est actif au sein de la communauté de Crohn et Colite Canada. Il a participé à la randonnée Gutsy en marche annuelle et a rempli le rôle de porte parole de la randonnée de la région de Peel au cours de sa dernière année de secondaire. De plus, il a été ambassadeur de la randonnée Gutsy en marche l’année suivante. La participation de Ryan à ces événements lui a permis de devenir davantage à l’aise de parler de sa maladie et il a été en mesure d’encourager d’autres personnes à partager leur expérience. 

    Sa détermination à faire connaître son histoire a suivi Ryan à l’université. Comme il fait une majeure en études cinématographiques à l’Université Ryerson, il a l’occasion d’explorer la maladie de Crohn par le film. Ryan a créé un court documentaire ayant comme sujet la maladie de Crohn chez les jeunes. Il espère que ce film incitera d’autres personnes à se renseigner sur cette maladie et qu’il servira de ressource aux personnes qui viennent de recevoir un diagnostic.

    Outre ses cours et ses projets de film, Ryan demeure actif sur le campus. Il joue le rôle de coordonnateur de la production au sein de la Ryerson Communications and Design Society et travaille à la fois à Image Arts Cage et au Ryerson Image Centre. Ryan souhaite continuer d’œuvrer au sein de la communauté de la maladie de Crohn et de la colite et de sensibiliser davantage le public par son travail.
    Sarah Bouchard  - Université Queen's​
    Sarah.jpgAlors que Sarah terminait sa dernière année de secondaire, une nouvelle importante concernant sa santé lui est arrivée. Après des mois de douleur et de fatigue, Sarah a reçu un diagnostic de maladie de Crohn quelques mois à peine avant d’obtenir son diplôme.

    Bien que Sarah soit parvenue à reprendre les rênes de sa santé, elle a eu à faire face à certaines difficultés. Après avoir obtenu son baccalauréat en éducation et un diplôme d’enseignement supérieur, elle a décroché un emploi d’enseignante. Après quatre années d’enseignement, Sarah a réalisé rapidement les défis que présentaient une maladie au caractère imprévisible et le fait de ne pas pouvoir accéder facilement à des toilettes lorsque cela était nécessaire.

    Sarah s’est ainsi trouvé un nouvel objectif de carrière : travailler avec les étudiants dans un rôle autre que celui d’enseignante. Elle amorce maintenant la maîtrise professionnelle du programme d’éducation de l’Université Queen’s et elle espère que ce changement de carrière lui permettra de consacrer davantage de temps au bénévolat.

    En tant que bénévole active au sein de la section de Sudbury de Crohn et Colite Canada, Sarah a été en mesure d’aider d’autres membres dans les médias sociaux, elle a participé à de nombreuses randonnées Gutsy en marche de Crohn et Colite Canada et elle a contribué à l’organisation d’un événement éducatif local.
  • Ben Nowrouzi - Université McMaster                           
    Ben.jpg Ben a reçu un diagnostic de colite ulcéreuse à l’âge de 14 ans. Toutefois, son état s’est détérioré durant ses études universitaires. Il a dû s’absenter fréquemment de l’école et il a fini par devoir subir une intervention chirurgicale, pour laquelle il lui a fallu prendre congé  pendant un certain temps. Ben voyait du bon et du mauvais dans sa situation, cet événement déterminant l’ayant incité à changer ses habitudes de santé, ses liens avec la communauté et ses objectifs de carrière.

    Désireux de partager ses expériences avec les gens autour de lui, Ben a créé à l’Université de Toronto un groupe ayant pour mission d’améliorer les communications entre les étudiants atteints de la maladie de Crohn ou de la colite, de susciter la création d’un lien entre eux et de les inciter à se soutenir mutuellement. Grâce à la contribution de ce groupe, les étudiants sont arrivés à avoir une meilleure d’image d’eux-mêmes. En effet, les membres du  groupe ont mené des activités de sensibilisation sur le campus et ont fait entendre leurs voix dans le cadre d’initiatives de défense des droits. 
    Ellen Kuenzig - Université de​ Calgary
    Ellen_cropped.pngDurant un colloque éducatif destiné aux personnes souffrant de la maladie de Crohn, Ellen Kuenzig a eu l’occasion d’entendre une présentation éloquente donnée par un médecin qui étudie la vie des jeunes atteints d’une MII. Cette présentation lui a appris qu’elle pouvait accomplir beaucoup plus qu’elle ne le pensait malgré sa maladie et l’a incitée à chercher à réaliser son rêve, soit fréquenter une école de médecine. 

    À l’occasion du colloque, elle a eu la possibilité de rencontrer d’autres personnes qui étaient confrontées aux mêmes difficultés qu’elle. Pour Ellen, qui vivait avec la maladie de Crohn depuis l’âge de 16 ans, c’était un réel soulagement que de ne plus se sentir stigmatisée et de pouvoir enfin sortir de sa coquille. 

    Ellen est actuellement étudiante de doctorat à l’Université de Calgary. Dès le début de son programme, elle s’est mise à souffrir d’occlusions intestinales récurrentes qui ont nécessité des interventions chirurgicales, mais cela ne l’a pas empêchée d’avancer! Ses travaux de recherche portent sur les interactions entre les gènes et le tabagisme et leur effet sur la maladie de Crohn. Son plan, lorsqu’elle aura terminé, est de présenter une demande d’admission dans une école de médecine et de chercher à faire carrière comme clinicien-scientifique dans le secteur de la maladie de Crohn et de la colite. 
    Emily Heffernan -  Université Queen's
    Emily.jpgLa saison estivale précédant l’entrée des étudiants de première année à l’université est habituellement pour eux une période emballante. Toutefois, il en été autrement pour Emily Heffernan, qui a reçu de manière inattendue une difficile nouvelle. Deux semaines avant de déménager pour aller étudier à l’Université Queen’s, Emily a obtenu un diagnostic de maladie de Crohn. Durant son premier semestre à l’Université Queen’s, Emily a lutté contre des nausées, des douleurs à l’estomac et des effets secondaires causés par les médicaments qu’elle prenait. Jamais elle n’aurait pu imaginer l’impact positif que son état allait avoir sur son avenir.

    Désireuse d’adopter une approche proactive à l’égard de la gestion de sa maladie et de ses symptômes, Emily s’est jointe au Comité de la maladie de Crohn et de la colite de l’Université Queen’s et a contribué à la mise en œuvre de l’Initiative en santé mentale à l’intention des étudiants en génie de l’Université Queen’s. Emily a participé à la planification des événements de collecte de fonds, a apporté son aide aux autres étudiants vivant avec la maladie de Crohn ou la colite et a formulé des idées ayant pour objet d’améliorer la santé mentale des étudiants en génie. Emily a puisé sa force dans l’aide qu’elle a apportée aux autres personnes qui vivaient des expériences semblables à la sienne. 
    Freda Sakebow - Université de Regina
    Freda.pngAprès une enfance difficile, un diagnostic de maladie de Crohn semble être un fardeau supplémentaire injuste. Même si elle ne le pensait pas au départ, Freda croit maintenant que son diagnostic de maladie de Crohn était une « certaine forme de bénédiction ». Depuis qu’elle a appris qu’elle souffrait de la maladie en février 2007, Freda a dû surmonter une énorme douleur physique, émotionnelle et mentale pour arriver à sa vision d’un foyer équilibré, sain et heureux et d’une carrière productive.

    Freda a changé son mode de vie et sa manière d’entrevoir le quotidien afin d’améliorer son état de santé et de composer avec sa maladie. Grâce à son expérience, Freda est en mesure d’aider d’autres personnes qui sont dans sa situation en leur procurant des conseils en matière d’entraînement et de saine alimentation.
     
    Michael Guglielmi-Wheeler - Université Brock
    Michael.jpgLorsqu’il était petit garçon, Michael s’est fait enseigner par sa mère l’importance de la gratitude, de l’empathie et du partage avec les moins fortunés. Ce sont ces valeurs qui ont aidé Michael à surmonter les difficultés  associées au fait d’avoir reçu un diagnostic de maladie de Crohn à l’âge de 14 ans. 

    Michael a réalisé qu’un mode de vie sain contribuait considérablement à la maîtrise de sa maladie. Toutefois, c’est sa détermination à faire du bénévolat pour tout un éventail de causes qui l’aide à maintenir une attitude positive à l’égard de la vie malgré le fait d’avoir à composer avec une maladie chronique. 

    Michael donne de son temps à différents organismes, notamment Habitat pour l’humanité et La Nourriture du Canada pour les Enfants, et il participe en outre de manière active aux activités de la section de Peel de Crohn et Colite Canada. Son équipe de la randonnée Gutsy en marche, nommée « Game of Crohn’s », a recueilli plus de 25 000 $. Lorsque cela est possible, il allie sa passion pour l’aide à autrui à son amour des voyages. Par exemple, il est allé enseigner l’anglais dans des régions pauvres du Costa Rica et il a fait un portage avec des campeurs du YMCA à Muskoka. 
    Michelle Louis -  Université de​ Manitoba
    Michelle.pngLorsqu’elle touchait son ventre, de plus en plus rond, Michelle Louis savait qu’il se passait autre chose à l’intérieur de son corps. Après d’innombrables visites à l’hôpital, et malgré ce que pouvaient lui dire les médecins, elle était convaincue que les douleurs qu’elle éprouvait n’étaient pas uniquement liées à sa grossesse. Au bout de cinq mois de grossesse, Michelle a appris qu’elle souffrait de la maladie de Crohn, une difficile réalité qui l’a incitée à apprendre beaucoup sur elle-même et à puiser dans ses forces intérieures. 

    Michelle incarne le parfait exemple d’une personne qui nourrit une attitude positive, fait preuve d’ardeur au travail et est toujours disposée à aider les autres, avec tous les bienfaits que cela apporte. Bien qu’elle considérait initialement sa maladie de Crohn comme un fardeau, elle a persévéré et a mis l’accent sur sa santé. Elle s’est notamment tournée l’acupuncture pour la gestion de la douleur et a entretenu maintenu un lien étroit avec son gastroentérologue, son omnipraticien, sa diététiste et le personnel infirmier de sa clinique de traitement.
    Rachel LePage - Université Thompson-Rivers
    Rachel.jpgRachel LePage a grandi en côtoyant la maladie. En effet, elle a assisté, durant la plus grande partie de sa jeune existence, au combat que menait son père contre une maladie chronique, soit la maladie de Crohn. Comme les MII sont héréditaires, elle savait qu’elle risquait elle aussi de contracter la maladie de Crohn ou la colite dans l’avenir. Ce sont ces expériences et son désir d’aider les autres qui l’ont fortement incitée à vouloir faire carrière dans le secteur des soins de santé.

    Durant sa troisième année à l’école de sciences infirmières de la Thompson Rivers University, Rachel est passée du rôle d’infirmière à celui de patiente, lorsqu’elle a reçu un diagnostic erroné de pancréatite. Elle a fini par éventuellement obtenir un diagnostic de maladie de Crohn, après s’être faite vraiment insistante  auprès de ses médecins. Malgré son nouveau diagnostic, de nombreux traitements médicaux,  un cocktail de nouveaux médicaments et un horaire bien occupé par l’éducation de sa fille de trois ans, Rachel a terminé sa troisième année à l’école de sciences infirmières avec des « A »! 
    Sarah Carrigan - Université Saint-Francis-Xavier
    Sarah.jpgSarah Carrigan croit fermement que la santé du corps est directement liée à celle de l’esprit. 

    Lorsque Sarah a appris, à l’âge de 11 ans, qu’elle était atteinte de la maladie de Crohn, elle a décidé de tirer le meilleur de son nouveau diagnostic. Elle avait besoin d’une sonde d’alimentation, ce qui signifiait qu’elle ne pouvait pas cacher sa maladie aux autres. Au lieu de s’isoler, Sarah a profité de l’occasion pour expliquer à ses camarades de classe ce qu’est la maladie de Crohn et les aider à mieux comprendre cette maladie. Grâce à l’excellent réseau de soutien dont elle disposait, composé des membres de sa famille, de ses amis et de ses professeurs, Sarah a continué de vivre sa vie au maximum. Dans ses temps libres, elle jouait au basketball, elle donnait des cours à l’école le dimanche, elle suivait des cours de guitare et elle allait au camp d’été, en tout temps armée de sa sonde d’alimentation! 

    Bénévole active, Sarah met ses talents en chant et en guitare au service de différents organismes de bienfaisance et elle contribue aux activités de collecte de fonds de Crohn et Colite Canada.
     
    Ariane Leroux-Boudreault -  Université du Québec à Montréal
    Ariane.jpgAriane a toujours rêvé d’aider les enfants malades, soit par la recherche ou par la thérapie. C’est avec ce rêve en tête qu’elle s’est inscrite au doctorat en psychologie à l’UQAM en 2011, malgré qu’elle ait reçu un diagnostic de colite ulcéreuse six ans auparavant. Si faire un doctorat est éprouvant pour les gens en bonne santé, pour une personne à la santé fragile, c’est tout un défi! 

    Ariane encourage les gens atteints de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse à ne pas tenter de combattre la maladie. Selon elle, il faut d’abord accepter sa condition puis apprendre à vivre avec. Pour elle, les seules limitent que la maladie entraîne sont celles que l’on s’impose soit même. Avec le temps, Ariane a appris à écouter son corps, tant sur le plan physique que psychologique. Elle s’est aussi entourée de gens positifs qui la soutiennent. Avec cette approche, Ariane réussit aujourd’hui, malgré tout, à réaliser le rêve qu’elle a toujours eu. 
    Élyse Potvin - Université de Montréal
    Elyse.jpgÉlyse Potvin a commencé à ressentir les premiers symptômes de la maladie de Crohn alors qu’elle n’avait que six ans. Provoquant des états fluctuants, la maladie a évolué, obligeant éventuellement les médecins à opérer Élyse durant son adolescence. 

    Alors qu’elle fait un doctorat en médecine au campus Mauricie de l’Université de Montréal, Élyse s’engage et optimise sa formation médicale par tous les moyens possibles. Préoccupée par la préservation de l’environnement, elle se joint aux étudiants en médecine du groupe MEDVERT. Attentionnée, motivée et humaine, portée par son sens de la communication et de la collaboration et inspirée par son vécu avec la maladie, elle a décidé de mieux prendre soin des autres. Élève assidue et proactive, Élyse se consacre également aux droits humains et à la paix en Mauricie en tant que membre du groupe SCORP. Son diagnostic l’a non seulement poussée à vouloir offrir la santé aux autres, mais il l’a également encouragée à adopter elle-même des habitudes de vie plus saines. 
  • Sarah Allen - Université du Nouveau-Brunswick
    SarahAllen.jpg Il a fallu plusieurs mois avant que Sarah, pliée en deux de douleur et en proie à des hallucinations causées par la fièvre, reçoive un diagnostic de la maladie de Crohn à l’âge de 14 ans. Passant davantage de temps à l’hôpital qu’à l’école, Sarah a bientôt voué une grande admiration aux infirmières qui ont toujours cherché à atténuer sa douleur et son sentiment de gêne. Caressant le rêve d’exercer le même métier qu’elles depuis de nombreuses années, Sarah s’est finalement inscrite à l’université à l’âge de 30 ans dans le but d’obtenir un diplôme en sciences infirmières.

    Toujours assise près de la porte pendant les cours et se nourrissant seulement de boissons protéinées pendant les heures d’intervention clinique, Sarah a su gérer sa maladie tout en continuant à figurer au tableau d’honneur du doyen. Forte de nombreuses réalisations, Sarah a agi comme mentor auprès de pairs, a occupé le poste de trésorière au sein de l’association des infirmières de l’université et a été choisie pour représenter son école dans le cadre de deux conférences sur les soins infirmiers. Possiblement plus impressionnant encore, Sarah a accompli tous ces exploits alors qu’elle élevait seule sa fille.
       
    Callie Carkner -  Université Brock
    CallieCarkner.jpgEn utilisant le diagnostic de la maladie de Crohn comme moyen de donner un sens à sa vie, Callie a pu tirer parti d’une situation que d’autres auraient considérée comme désastreuse. Callie a reçu son diagnostic après avoir composé avec des symptômes douloureux pendant trois ans, puis s’est rapidement forgé une nouvelle vision de l’existence et la nouvelle passion de venir en aide aux personnes atteintes de MII. Moins de 24 heures plus tard, Callie se faisait la porte-parole de l’Hôpital pour enfants de Toronto dans le cadre d’un événement caritatif de premier plan au profit du programme Dreams Delivery qui vise à promouvoir l’hôpital et à sensibiliser la population aux MII. 

    L’objectif de Callie consiste à sensibiliser les gens à la maladie qui a décidé de son avenir. Sa mission continue de prendre de l’ampleur tandis qu’elle poursuit des études en gestion du sport à l’Université Brock. Elle a contribué au lancement de l’organisme InvisAbilities qui vient en appui aux étudiants aux prises avec des maladies chroniques non apparentes. Que ce soit en tant qu’ambassadrice de l’Hôpital pour enfants ou comme porte-parole de la communauté MII, Callie demeure une source d’inspiration pour tous ceux qui la côtoient.
    Ashley Poffenroth - Université Queen's
    AshleyPoffenroth.jpgMaintenant étudiante de quatrième année à l’Université Queen’s, Ashley n’avait que 15 ans lorsqu’elle a contracté une infection bactérienne. L’année suivante a été ponctuée d’incessants va-et-vient à l’hôpital, une période que toute adolescente aurait trouvée difficile, mais qu’Ashley a affrontée sans sourciller, profitant de l’occasion pour cultiver les plaisirs mondains. En effet, sa participation en tant que patiente à une multitude d’« événements exclusifs » l’ont tenue fort occupée tandis que se sont succédé diagnostics d’appendicite, de pancréatite, d’abcès septique et enfin, de maladie de Crohn.

    La vie parascolaire d’Ashley s’est également épanouie à l’université, où elle a participé à des compétitions intra-universitaires, a évolué en tant que danseuse et chorégraphe au sein d’un club de danse et a exercé les fonctions de directrice de projet dans le cadre du projet RED de l’Université Queen’s qui visait à recueillir des fonds pour la Fondation des maladies du cœur du Canada. Les démarches entreprises par Ashley ont toujours été empreintes d’un indéniable esprit d’entraide, dont découle sa décision de poursuivre une carrière d’infirmière sur le terrain. 
    Gil Yerushalmi - Université York
    GilYerushalmi.jpgGil avait tout juste sept ans lorsqu’il a reçu son diagnostic de la maladie de Crohn, à une période particulièrement difficile pour la famille en raison du décès subit de son frère aîné l’année précédente. Les médecins croient que le stress associé à cette situation a contribué aux premières manifestations de la maladie. Le parcours de Gil, marqué par l’installation de la famille au Canada et l’obligation d’apprendre une nouvelle langue, n’a pas été des plus faciles par la suite. Toutefois, le jeune Gil a persévéré et terminé ses études secondaires en figurant au tableau d’honneur. 

    Poursuivant maintenant des études en sciences biomédicales à l’Université York, Gil est sur la bonne voie de devenir médecin, ce qui, il l’espère, lui permettra d’aider les patients devant composer avec ce type de problème de santé. Il passe ses étés dans les laboratoires de l’Université de Toronto où il effectue des recherches sur la physiologie cardiaque et emploie ses temps libres à aider ceux qui l’entourent. 
    Kevin Ram - Université de Victoria
    KevinKumar.jpgLes graves problèmes causés par les MII n’ont pas freiné la progression de Kevin. Ils lui ont plutôt ouvert de nouvelles voies. C’est grâce à sa participation au camp Easter Seals Camp Horizon, un camp consacré aux enfants présentant des incapacités et des maladies chroniques, que ce natif de Vancouver a découvert un lieu où il pourrait apporter une contribution positive à la collectivité. Grâce à son travail bénévole et rémunéré au camp, Kevin a noué des amitiés pour toute la vie et a pu transmettre sa vision positive à de jeunes enfants aux prises avec la maladie.

    C’est au cours de cette période que Kevin a découvert sa véritable passion : aider ces enfants, les encadrer et les guider vers un avenir brillant, tout comme d’autres l’ont fait pour lui à son arrivée au camp la première fois. Kevin agit maintenant à titre de défenseur et de porte-parole des enfants atteints de MII, en prenant la parole lors d’événements locaux et en aidant les familles à composer avec les remous qui accompagnent le diagnostic. Kevin travaille en collaboration avec l’organisme IDEAS et l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique, rendant régulièrement visite à de nouveaux et d’anciens patients dans le but d’offrir du soutien et des conseils personnels. 

     

    Marie-Michelle Blouin - Université de Montréal
    MarieBlouin.jpgMarie-Michelle a reçu son diagnostic de la maladie de Crohn à l’âge de 16 ans, ce qui l’a orientée bien malgré elle vers un nouveau choix de carrière. En effet, les innombrables journées passées à l’hôpital lui ont valu de rechercher elle aussi une profession dans le domaine de la santé. Consacrant tout son temps à ses études, Marie-Michelle a obtenu son deuxième diplôme collégial en seulement huit mois au lieu des deux ans habituels. Déterminée à ne pas laisser sa maladie faire entrave à son succès, Marie-Michelle a déployé tous les efforts qu’il fallait, y compris enregistrer ses cours et les écouter à la maison, afin d’obtenir des notes parfaites. 

    Après mûre réflexion, Marie-Michelle s’est rendue compte que les seules choses qui lui importaient étaient de bien réussir ses études et de demeurer en bonne santé. Elle a donc décidé de quitter son emploi afin de consacrer davantage de temps à l’activité physique. Excellente décision qui a mené à des résultats stupéfiants. En effet, Marie-Michelle a été en mesure de complètement éliminer ses douleurs articulaires et de réduire sa fatigue quotidienne. 
    Jenna Rines - Université de Toronto
    Depuis qu’elle a reçu son diagnostic de colite ulcéreuse il y a trois ans, Jenna met son franc-parler à profit au sein de la collectivité, déployant constamment des efforts pour inciter les autres à prendre part à la conversation. Son super alter ego, @ColitiGirl sur Twitter, est l’un des nombreux moyens qu’elle déploie pour communiquer avec d’autres personnes atteintes de MII. Jenna n’a jamais permis à sa maladie inflammatoire de nuire à ses objectifs, qu’il s’agisse de participer à l’organisation de marches matinales « Gutsy Walks » à l’Université Queen’s ou d’occuper des postes de gestion au sein de la Telephone Aid Line Kingston et d’InvisAbilities.

    Jenna chemine toujours avec sa fidèle compagne Sally la stomie – elle nomme ainsi l’iléostomie qu’elle a subie après l’ablation du gros intestin – pour réaliser son rêve de devenir travailleuse sociale. Jenna et Sally bénéficient maintenant de stabilité. Elles parviennent à équilibrer un programme de conditionnement physique et un régime sans gluten et à profiter de loisirs relaxants pour s’éviter le syndrome d’épuisement si courant chez les étudiants atteints de MII. Cette recherche de l’équilibre a permis à Jenna de contribuer à deux articles universitaires, d’exercer les fonctions d’adjointe de recherche au laboratoire de psychologie du développement de l’Université Queen’s et de terminer ses études de premier cycle en psychologie avec mention honorable. 
  • Shelby Beals  - Université Memorial de Terre-Neuve                                  
    shelby-beals.jpgShelby est une étudiante studieuse qui vient d’entamer sa première année d’université. À 11 ans, elle a reçu le diagnostic de la maladie de Crohn. Depuis, elle a tout fait en son pouvoir pour repousser les limites que les gens se font de sa maladie. Parmi ses nombreuses activités, Shelby est capitaine d’équipes sportives, fait partie du conseil étudiant, a obtenu la position et le rang les plus élevés au sein du Mouvement des cadets du Canada, et trouve encore du temps pour travailler au Centre de soins de santé IWK aussi souvent que possible. Venir en aide aux personnes qui souffrent des complications de MII est ce qui rend Shelby heureuse. Elle prend ainsi part à diverses initiatives de collecte de fonds, à des activités de bénévolat, au camp pour les jeunes vivant avec une MII et à des programmes de recherche dans les hôpitaux. Son objectif est d’obtenir son baccalauréat ès sciences avec spécialisation en biologie et de devenir infirmière praticienne afin de continuer à aider les autres de la même façon que les professionnels de la santé l’ont aidée.
    Carly Lindsay - Université Queen's
    carly-lindsay.jpgCarly, actuellement étudiante en deuxième année, connaît des « problèmes » de santé depuis 10 ans. C’est ainsi qu’elle et son infirmière surnomment son iléostomie. Alors que Carly séjournait depuis près de sept semaines à l’hôpital, après avoir ingéré une quantité impressionnante de médicaments et reçu de nombreuses transfusions sanguines, elle et sa famille ont dû prendre la difficile décision de lui faire subir une chirurgie pour retirer la totalité de son gros intestin. Elle n’avait alors que neuf ans. 

    Depuis son diagnostic, Carly a rencontré de nombreuses personnes qui vivent avec des sentiments d’isolement et d’incertitude. Consciente de ces émotions, Carly a décidé de devenir mentor pour d’autres personnes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), particulièrement les enfants. Une fois qu’elle aura obtenu son baccalauréat ès sciences infirmières de l’Université Queen’s, elle espère continuer à avoir un impact positif sur la vie des gens qui souffrent d’une MII et poursuivre ses études en gastroentérologie et en stomothérapie. Peu importe les obstacles qui se dressent sur son chemin, Carly garde une attitude positive et profite pleinement de la vie. Ayant accumulé plus de 1 500 heures de travail communautaire (seulement 40 heures sont nécessaires pour obtenir un diplôme secondaire), participé à divers événements de la FCMII et gravi le Mont Everest avec l’Intestinal Disease Education & Awareness (IDEAS) pour soutenir la recherche sur les MII, Carly est une véritable inspiration pour ceux qui l’entourent.
    Krystal Maher - Université Dalhousie
    krystal-maher.jpgKrystal est en deuxième année de spécialisation en neurosciences à l’Université Dalhousie à Halifax et souffre de la maladie de Crohn depuis l’âge de huit ans. Krystal a longuement séjourné à l’hôpital, essayé toutes sortes de médicaments et s’est nourrie à l’aide de sondes d’alimentation avant de devoir se résoudre à subir une importante et inévitable chirurgie. À neuf ans, Krystal a subi une colectomie totale, suivie d’une iléostomie. 

    Comme elle habite la petite ville de Sydney, en Ontario, elle a eu de la difficulté à trouver quelqu’un qui pouvait l’aider à comprendre ce qu’elle vivait. En plus de son sentiment d’isolement, elle a également fait l’objet d’intimidation permanente de la part de ses camarades de classe. Elle a heureusement découvert Camp Canada, un camp organisé pour les enfants qui souffrent de MII. Cette activité lui a donné la confiance et le courage nécessaires pour parler de sa maladie et sensibiliser les autres. Aujourd’hui, Krystal joue un rôle incroyablement actif dans la sensibilisation des personnes de sa collectivité en participant à des événements de collecte de fonds avec la FCMII et en encadrant des enfants souffrant d’une MII à l’hôpital Izaak Walton Killam. Elle a également créé une communauté en ligne (http://reddit.com/r/ostomy) où les gens peuvent poser des questions en lien avec la stomie et recevoir de l’aide. Krystal inspire les membres de sa famille et ses amis. Elle n’a jamais laissé rien ni personne l’empêcher d’atteindre ses objectifs.
    John McCann - Université Western Ontario
    john-mccann.jpgVivant depuis près de trois décennies avec la maladie de Crohn, John dit de lui-même qu’il est un vétéran des MII. Il a mis au point diverses stratégies pour atteindre ses objectifs personnels et universitaires. Cela ne s’est toutefois pas fait sans heurt. La maladie de Crohn a eu des effets dévastateurs sur le corps et l’esprit de John. Au cours des années, les symptômes invalidants l’ont retardé dans ses études et l’ont obligé à beaucoup s’absenter de son travail. Malgré les défis, John a toujours été capable de retrouver sa santé, de persévérer et d’atteindre ses objectifs, notamment en obtenant trois diplômes universitaires. En plus de suivre ses cours, John s’est grandement impliqué auprès de la FCMII, en participant à des événements et initiatives dans sa région. Bien qu’il ait été un fantastique enseignant spécialisé, ses terribles expériences personnelles et familiales en matière de santé l’ont poussé à changer de carrière. Il a récemment décidé de devenir un infirmier autorisé afin de pouvoir redonner aux autres, après avoir tant reçu. John entreprendra son baccalauréat en sciences infirmières à l’Université Western Ontario de London en Ontario.
    Clinton Shard - Université Capilano
    clinton-shard.jpgClinton est un étudiant de deuxième année en administration à l’Université Capilano. Il a reçu un diagnostic de la maladie de Crohn à l’âge de 12 ans et a depuis appris à relever les nombreux défis que présente cette maladie chronique. En raison de la gravité de sa maladie, il a manqué l’école à de nombreuses reprises et a passé plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à l’hôpital. Mais peu importe le temps que Clinton manquait à l’école, il était toujours déterminé à rattraper ses cours et à maintenir sa moyenne de A, afin de réaliser son objectif d’aller à l’université. 

    À 16 ans, Clinton a non seulement voulu se prouver ce dont il était capable, mais également montrer à tous ceux qui souffrent d’une MII que tout est possible. Il s’est joint à l’Intestinal Disease Education and Awareness Society (IDEAS) et a atteint le sommet du mont Kilimandjaro, la plus haute montagne isolée du monde. Clinton est maintenant un ambassadeur pour les MII, et cherche à réduire les préjugés associés aux maladies du système digestif en sensibilisant sa collectivité et la population mondiale. Clinton parle de ses expériences personnelles pour aider les autres personnes souffrant d’une MII et démontre chaque jour que sa MII ne l’empêche pas de profiter de la vie.
    Phillipe Tremblay - Université de Sherbrooke
    phillipe-tremblay.jpgPhilippe est un étudiant de deuxième année qui travaille sur sa maîtrise en génie de l'Université de Sherbrooke. Il désire continuer à vivre une vie saine et active et refuse de laisser la maladie de Crohn contrôler sa vie. Diagnostiquée en 2004, la maladie Philippe l'a forcé à passer par trois crises graves et les changements de médicaments, ainsi qu'une intervention chirurgicale au cours des premières années de son diagnostic. La maladie l'a obligé à annuler un voyage unique, qui l’aurait mené en Afrique. Malgré cela, Philippe a décidé d'entrer dans le programme de génie de premier cycle en 2007, un défi majeur pour lui. Il a géré avec succès une lourde charge de travail et obtenu des notes élevées, ce qui l'a amené à commencer sa maîtrise en Ingénierie Hydraulique, une véritable passion pour Philippe. Afin de maintenir une bonne qualité de vie, Philippe est devenu plus actif physiquement, ce qui l'a aidé à gérer ses symptômes. Il a découvert le vélo tout terrain, qui lui a permis de repousser ses limites, et il pratique ce sport avec un ami souffrant de fibromyalgie, une autre maladie débilitante.
    Christopher Whelan - Université Mount Royal
    chris-whelan.jpgChristopher est un étudiant de quatrième année du programme de baccalauréat ès arts en justice pénale de l’Université Mount Royal. Il souhaite entrer au service de la Gendarmerie royale du Canada et refuse de laisser sa colite prendre le contrôle de sa vie. Christopher a reçu le diagnostic de sa maladie à 14 ans, ce qui a chamboulé tous les aspects importants de sa vie, comme ses études, ses relations avec les autres et ses activités parascolaires. Au cours de ses deux premières années à l’université, il souffrait constamment en raison de douleurs intestinales et de poussées actives, et il doit toujours composer avec des symptômes douloureux. Grâce à un nouveau programme d’exercices et de nutrition et à de nouveaux médicaments, Christopher arrive mieux à maîtriser sa MII, et ce, malgré la progression de sa maladie. La colite de Christopher occupe une place bien réelle et importante dans son quotidien, mais il refuse qu’elle s’immisce entre lui et ses objectifs.

    En plus de poursuivre ses études, Christopher participe à divers événements de collecte de fonds, par exemple en aidant à recueillir plus de 28 000 $ pour la FCMII afin de soutenir la recherche pour les MII. Christopher n’a jamais demandé d’être traité différemment des autres et il n’est pas du genre à se laisser décourager. C’est un excellent modèle d’identification et un exemple à suivre pour tous ceux qui l’entourent.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 150 VIT AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.