Fertilité et grossesse

Fonder une famille

Votre conjoint ou vous-même êtes atteint de la maladie de Crohn(MC) ou de colite ulcéreuse(CU) et vous voudriez fonder une famille. Bien des questions se posent. Pouvez-vous avoir des enfants? Quelles sont les conséquences sur la santé d’une personne atteinte de MC ou de CU? Devez-vous continuer à prendre vos médicaments pendant la grossesse? Vos enfants auront-ils la MC ou la CU?

Ces questions et bien d’autres peuvent vous venir à l’esprit quand vous évaluez les conséquences sur votre vie et votre santé. En fait, il n’y a pas deux cas identiques. Les facteurs que votre conjoint et vous devez examiner lorsque vous envisagez de fonder une famille n’appartiennent qu’à vous.

Pouvez-vous devenir enceinte?

Vous avez peut-être entendu dire qu’il est plus difficile de devenir enceinte lorsqu’on a la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, mais est-ce vrai?

Oui et non. Les études démontrent que si la maladie n’est pas active, si vous êtes en santé et si vous vous nourrissez bien, vous pouvez devenir enceinte comme toute autre femme. Cependant, si vous subissez une poussée de MII, vous pourriez avoir de la difficulté à devenir enceinte durant cette période. De plus, chez les femmes qui ont subi une anastomose iléoanale avec poche (AIAP), la fertilité peut être réduite, probablement en raison des cicatrices internes autour des trompes de Fallope (veuillez consulter notre brochure À la fine pointe : Chirurgie et maladie inflammatoire de l’intestin pour en savoir davantage sur l’intervention chirurgicale).

Les études révèlent également que les interventions destinées à l’ablation d’une partie du côlon N’ont PAS d’effet sur le taux de fertilité. Cependant, les femmes qui ont subi une iléostomie à la suite d’une résection intestinale pourraient être moins fertiles.

Devriez-vous devenir enceinte?

Malgré les résultats encourageants sur la fertilité des femmes atteintes de MC ou de CU, les études actuelles révèlent que le taux de conception est plus bas que dans la population en général. Les femmes atteintes de MC ou de CU peuvent devenir enceintes, mais certaines choisissent de ne pas le faire. Pourquoi? D’après les sondages, il existe deux possibilités : certaines craignent des conséquences nuisibles sur leur santé pendant et après la grossesse tandis que d’autres ont peur pour leur enfant.

Ces inquiétudes sont-elles fondées? Tout d’abord, précisons que si vous voulez devenir enceinte, la période de rémission de la maladie est la plus propice. Si la maladie est active lorsque vous devenez enceinte, il est fort possible qu’elle le reste pendant toute la grossesse. Dans ce cas, il existe un risque accru de fausse couche, d’accouchement prématuré, de mort fœtale ou d’hypotrophie (faible poids à la naissance).

Cependant, si vous devenez enceinte pendant la période de rémission de la maladie, les études démontrent que vous pourriez avoir une grossesse normale, comme toute autre femme. L’important, c’est de devenir enceinte pendant que votre santé est bonne et que la maladie est sous contrôle. Cela fera toute une différence pour vous et votre bébé.

Concevoir un enfant

Chez l’homme, le nombre de spermatozoïdes tend à diminuer pendant une poussée de MC ou de CU. Cependant, une fois en période de rémission et s’il n’y a pas dénutrition, ce nombre reviendra à la normale. Au moins trois mois avant la procréation, les hommes devraient cesser de prendre de la sulfasalazine, car elle cause une diminution du nombre de spermatozoïdes. Ils devraient remplacer ce médicament par les 5-ASA. 

Vos enfants auront-ils la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse?

À l’heure actuelle, les liens entre la génétique, l’environnement, les microbes et les MII font l’objet de recherche. Les études démontrent un risque légèrement accru pour les enfants d’avoir une maladie de Crohn ou une colite ulcéreuse lorsque les parents ou l’un d’eux en est atteint. Cependant, la possibilité de ne pas contracter de MC ou de CU est plus grande que l’inverse.

Et les médicaments dans tout ça?

1. Fertilité

D’après les recherches, les médicaments, à part la sulfasalazine et le méthotrexate, N’influent PAS la fertilité féminine ou masculine. Comme nous l’avons précisé, la sulfasalazine peut réduire le nombre de spermatozoïdes, mais celui-ci reviendra à la normale trois mois environ après l’arrêt de la prise de ce médicament. Le méthotrexate est déconseillé, car en plus de réduire le nombre de spermatozoïdes chez l’homme, il cause des avortements spontanés et des malformations congénitales.

2. Durant la grossesse

Nous tenons à souligner qu’un bon contrôle de la MC ou de la CU est essentiel si vous voulez une grossesse et un bébé en santé. Vos médicaments contribuent à la prise en charge de la maladie. Si vous décidez d’arrêter de les prendre parce que vous êtes enceinte et si vous connaissez une poussée de la maladie, les risques pour votre bébé seront beaucoup plus grands que ceux qui sont associés aux médicaments. Malabsorption, malnutrition, inflammation, diarrhée et déshydratation peuvent nuire au développement du fœtus. Veuillez lire notre brochure Santé sur ordonnance – La médication et les maladies inflammatoires de l’intestin pour en savoir davantage sur les effets secondaires des médicaments.)

Voici les résultats des recherches en cours sur les médicaments et la grossesse. Nous tenons à souligner que tous les médicaments ont des effets secondaires, mais qu’il faut les évaluer en tenant compte de leurs avantages également.

Aminosalicylates

Très peu de risques sont associés aux aminosalicylates. En fait, il y a moins de risques pour le bébé à les prendre qu’à ne pas les prendre lorsqu’ils sont nécessaires. Les médecins peuvent prescrire ces médicaments après la naissance du bébé, même si vous allaitez.

Antibiotiques

Les opinions varient quant à l’innocuité des antibiotiques durant la grossesse. Vous ne devriez pas prendre de métronidazole pendant cette période. En fait, les médecins recommanderont une interruption médicale de grossesse si, lorsque devenue enceinte, vous preniez ce médicament.

Quant aux autres antibiotiques, telles la ciprofloxine et la tétracycline, les résultats varient en ce qui concerne leurs effets sur le fœtus. D’après certaines études, il existe des risques de malformation congénitale. D’autres recommandent d’éviter les antibiotiques durant la grossesse. Là encore, il est essentiel d’évaluer la nécessité de prendre ce médicament par rapport aux risques pour le fœtus.

Antidiarrhéiques

Le lopéramide et le diphénoxylate sont deux antispasmodiques servant à soulager la diarrhée. Il existe peu d’information sur leurs effets sur le fœtus et sur l’enfant nourri au lait maternel. Il serait préférable d’en parler d’abord avec votre médecin ou votre pharmacien si vous devez en prendre pendant la grossesse ou l’allaitement.

Agents biologiques

Les agents biologiques tels l’infliximab et l’adalimumab semblent sans danger durant la grossesse et l’allaitement. Pendant la grossesse, on n’a pas constaté d’augmentation significative de malformations congénitales, d’avortements spontanés ou autres problèmes associés à cette catégorie de médicaments. Cependant, comparativement à certains autres médicaments servant à traiter la MC ou CU, les études portant sur ces médicaments auprès des femmes enceintes atteintes de MII sont limitées.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont sans danger pour le fœtus sauf en début de grossesse, puisqu’il est préférable, dans la mesure du possible, de ne pas prendre ce médicament durant cette période. Il existe un faible risque de malformation congénitale (fente palatine), de naissance prématurée ou de faible poids à la naissance, mais il est jugé acceptable si l’on tient compte du fait qu’une femme doit prendre la dose la plus faible possible pour contrôler la MC ou CU. Durant l’allaitement, le bébé doit être suivi par un pédiatre.

Immunosuppresseurs

À une certaine époque, les médecins ne recommandaient pas aux femmes de prendre des immunosuppresseurs pendant la grossesse. Cependant, la recherche actuelle démontre que les bébés des femmes qui avaient poursuivi la prise d’immunosuppresseurs pendant la grossesse se portaient mieux que ceux dont les mères avaient arrêté d’en prendre et avaient connu par la suite une récidive de MC ou CU. D’après les données, ou il n’y a pas d’augmentation des malformations congénitales ou il y a une augmentation minime mais non significative lorsque les mères continuent à prendre des immunosuppresseurs.

Vous êtes enceinte? Félicitations!

Nombre de femmes atteintes de MC ou de CU connaissent une grossesse et un accouchement normaux. Il y a parfois un risque d’accouchement prématuré ou de faible poids à la naissance, surtout si la mère a connu une rechute de la maladie pendant la grossesse. Cependant, il y a bien plus de femmes qui vivent une belle grossesse, qu’elles mènent à terme, que de femmes qui éprouvent des problèmes.

Voici d’autres idées que nous voulons partager avec vous pour vous aider à optimiser la santé de votre enfant ainsi que la vôtre.

Régime alimentaire

Suivez un régime alimentaire sain durant la grossesse. Votre bébé dépend de vous, alors veillez à vous nourrir convenablement. Vous devriez aussi demander à votre médecin s’il y aurait lieu de prendre des suppléments d’acide folique, cette vitamine faisant souvent défaut chez les femmes atteintes de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse. L’acide folique joue un rôle important dans le développement du fœtus. Veuillez lire notre brochure Pour une alimentation réfléchie – Diète, alimentation et maladies inflammatoires de l’intestin. Vous y trouverez de l’information sur le régime alimentaire, la nutrition et les suppléments vitaminiques.

Les symptômes de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse et le fœtus

Les symptômes de la MC ou de la CU que vous pourriez éprouver durant la grossesse, notamment les nausées, la diarrhée, les flatulences et les crampes, n’affectent pas le fœtus. La MC ou la CU n’a pas d’effet nuisible sur votre bébé à moins qu’elle vous empêche de vous nourrir convenablement et d’absorber les nutriments dont vous avez besoin.

Tabagisme

Que vous ayez ou non la MC ou la CU, le tabagisme avant, pendant ou après la grossesse, est déconseillé. Il est associé à une insuffisance de poids à la naissance et peut-être à l’apparition ou à l’aggravation de la maladie de Crohn.

Examens et tests en vue de poser un diagnostic

La plupart des tests et examens visant à permettre de poser un diagnostic sont sans danger pendant la grossesse : endoscopie, biopsie, échographie, IRM. Cependant, vous NE devriez PAS subir un tomodensitogramme ni une radiographie pendant la grossesse à moins d’urgence médicale. Cette restriction s’applique à toutes les femmes, qu’elles aient la MC ou la CU ou non.

L’accouchement

Votre bébé annonce son arrivée! Voyons les options qui s’offrent à vous lors de l’accouchement.

Accouchement par voie basse, épisiotomie et césarienne

Chez les femmes atteintes de MC ou de CU, le taux d’accouchements par voie basse est le même que chez les femmes en général. Votre obstétricien peut décider de pratiquer une épisiotomie à l’accouchement pour éviter une déchirure du périnée. Cette pratique revêt une importance particulière dans le cas des femmes atteintes de MC ou de CU étant donné que l’inflammation peut empêcher la guérison d’une déchirure près des sphincters de l’anus ou du rectum. Une césarienne peut être recommandée s’il y a beaucoup d’inflammation chronique ou de fistules, afin d’éviter de causer d’autres lésions périnéales. 

Après l’accouchement

Allaitement

Les médecins recommandent l’allaitement étant donné ses bienfaits pour la mère et l’enfant. Cependant, si la maladie est active, la lactation peut être diminuée. Discutez-en avec votre médecin, car certains médicaments tels les stéroïdes, les immunosuppresseurs, les antidiarrhéiques, la sulfasalazine et les 5-ASA passent dans le lait maternel. Mais ne vous alarmez pas. Les risques pour votre bébé varient selon le médicament et le dosage. Parlez-en à votre médecin.

Les grossesses à venir

Il n’y a pas deux grossesses identiques. Si vous avez éprouvé beaucoup de difficultés pendant votre première grossesse à cause de la MC ou de la CU, rien n’indique qu’il en sera de même à la suivante. Fondez votre décision sur d’autres points (mode de vie, santé, etc.) et non pas sur la rechute ou la rémission de la MII pendant la grossesse précédente. 

Contraception

Les femmes atteintes de la MC ou de la CU peuvent utiliser le mode de contraception recommandé par leur médecin. Des recherches indiquent que certains anovulants aggravent les symptômes de la maladie, alors que d’autres affirment le contraire. Il semble y avoir un questionnement sur l’absorption et l’efficacité des contraceptifs oraux chez les femmes stomisées. Si vous avez connu une reprise des symptômes de la maladie, votre gastroentérologue peut vouloir vérifier si les contraceptifs oraux ne seraient pas en cause et il vous demandera d’arrêter de les prendre.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 150 VIT AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.