Chirurgie

Près de 47 % des patients qui souffrent de la maladie de Crohn et 16 % de ceux qui sont atteints de colite ulcéreuse devront subir une chirurgie à un moment ou à un autre de leur vie. La chirurgie ne doit pas être considérée comme le dernier recours dans le traitement d’une MII, ni comme l’échec de votre thérapie. En réalité, la chirurgie constitue une autre forme de traitement dans la prise en charge d’une maladie de Crohn et d’une colite ulcéreuse. Pour en savoir plus, lisez notre brochure « À la fine pointe : les interventions chirurgicales et les maladies inflammatoires de l’intestin ».

Chirurgie pour la colite ulcéreuse

La résection complète du côlon et du rectum « guérit » de manière définitive la colite ulcéreuse. Étant donné qu’on a procédé à l’ablation du rectum et du passage des selles, votre chirurgien aura peut-être eu recours à une iléostomie (iléon abouché à la paroi abdominale) avec une poche externe (appelée accessoire pour stomie) attachée à la peau de l’abdomen pour permettre l’élimination des selles. Dans certains cas, les chirurgiens peuvent convertir une iléostomie en anastomose iléo-anale (IPAA). Pour les patients admissibles, cette chirurgie offre un degré élevé de réussite parce que cette technique comprend la création d’un réservoir avec la fin du grêle venant s’anastomoser au résidu rectal près de l’anus plutôt que dans une poche pour stomie.

Chirurgie pour la maladie de Crohn

Comme la maladie de Crohn (MC) peut affecter n’importe quelle région du tractus intestinal, il existe bon nombre d’interventions chirurgicales. En cas d’abcès, de fistules ou d’occlusion, une résection (ablation d’une partie ou de tout l’intestin) peut être indiquée pour améliorer la symptomatologie. Dans certains cas, on peut procéder à une stricturoplastie colique pour élargir un segment de l’intestin qui a rétréci. À l’instar de la colite ulcéreuse, il est aussi possible de procéder à une colectomie et à une iléostomie. Outre ces interventions, les patients souffrant de MC peuvent devoir subir d’autres chirurgies à cause des complications liées à leur MII. Il existe également des procédures pour opérer les fistules afin de réduire la douleur et la purulence.

Chirurgie par laparoscopie

La chirurgie par laparoscopie est une intervention qui implique l’utilisation d’un mince tube optique muni d’une caméra et d’instruments spéciaux qui permettent une chirurgie « peu invasive » dans l’abdomen. Elle est souvent privilégiée par les jeunes car elle laisse de petites cicatrices, contrairement à la chirurgie ouverte. De plus, elle cause moins de douleurs post-opératoires et le rétablissement est plus rapide.

Cependant, certains patients atteints de MC ou de CU ne sont pas de bons candidats pour ce type d’intervention à cause de la quantité de tissus cicatriciels à l’intérieur de leur abdomen ou parce que la maladie est tellement étendue qu’il faut pouvoir compter sur un champ de vision plus grand que ce que peut dévoiler le laparoscope.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 150 VIT AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.