Complications

Jusqu'à présent, nous avons discuté des problèmes qui découlent de l'inflammation dans les intestins. Outre ces derniers, les personnes souffrant de MC ou de CU peuvent aussi éprouver des symptômes en dehors de leur système digestif ou manifestations extra-intestinales. Elles affectent entre autres les yeux, la bouche, le sang, les articulations, les os, la peau et le foie.

Les symptômes extra-intestinaux n’apparaissent pas d’emblée avec une poussée active de la maladie. Parfois ces derniers se manifestent lorsque le patient est en rémission; mais il arrive aussi que les symptômes extra-intestinaux soient en latence alors que la maladie est en phase active. De plus, il n’est pas dit qu’une personne atteinte de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse  soit automatiquement confrontée à ces problèmes; certains patients ne présenteront jamais ces manifestations.

Anomalies sanguines

Parmi les personnes atteintes de MC ou de UC, certaines courent un risque accru de développer des caillots de sang. Pour diverses raisons, ces dernières ont une prédisposition à former des caillots dans les veines, tout particulièrement en période d’inactivité. Pendant les longues périodes d’alitement, il est essentiel de faire des flexions des pieds et de bouger les jambes pour éviter la formation de caillots dans les mollets. De plus, on recommande de se lever du lit et de marcher un peu malgré l’envie irrésistible de rester bien enfoui sous les draps. 

Inflammation des yeux

Il arrive parfois que les personnes atteintes  éprouvent des problèmes oculaires. L’inflammation peut affecter différentes parties de l’œil, et se manifester par des symptômes bénins comme de la rougeur, une sensation de brûlure et des larmoiements voire des symptômes plus sévères, comme une vision trouble, des maux de tête et des douleurs oculaires. Dès l’apparition de l’un ou l’autre de ces symptômes, il vaut mieux consulter votre médecin.

Inflammation articulaire

 Lorsque les articulations deviennent enflammées et douloureuses à cause de la maladie, le terme médical pour décrire ce problème est « arthropathie entéropathique ».  « Entéro » signifie « intestinal »; « entéropathique »  signifie maladie causée par les, ou liée aux, intestins
Arthropathie » fait référence à une maladie articulaire.

Tout comme dans le cas d’une arthropathie non-entéropathique, l’inflammation des articulations se manifestent par une rougeur, une sensation de chaleur, de la douleur, de l’enflure et une raideur des articulations. Cela ressemble à de l’arthrite n’est-ce pas? En fait, plusieurs patients décrivent leurs symptômes comme s’il s’agissait d’arthrite. Si ce n’était de leur maladie de Crohn ou de leur colite ulcéreuse, leur médecin aurait établi le diagnostic comme tel.  

La grande différence entre l’arthrite et l’arthropathie entéropathique, c’est que cette dernière est non destructive, que l’enflure et la douleur sont généralement temporaires et ne causent aucun dommage permanent aux articulations une fois la poussée terminée.  Fait étrange, l’arthralgie (douleur articulaire) se manifeste même en l’absence de poussée active et se manifeste d’ailleurs sous diverses formes.

L’AE touche souvent les grandes articulations comme les hanches et les genoux, mais peut aussi s’attaquer aux articulations plus petites des doigts et des orteils.

Problèmes hépatiques

Près de 5 % des individus atteints de la MC ou de la CU développent une cholangite sclérosante primitive. Cette inflammation est plus fréquente chez les sujets souffrant de colite ulcéreuse que de maladie de Crohn. Cette grave maladie du foie est attribuable à l’inflammation des petits vaisseaux qui transportent la bile du foie vers l’intestin grêle. Si la maladie progresse, elle peut endommager le foie et potentiellement mener à une insuffisance hépatique. Vous êtes atteint d’une de ces maladies, vous développez une fièvre et votre peau prend une couleur jaunâtre (jaunisse)? Consultez votre médecin sans tarder.

Ostéoporose

L’ostéoporose, ou fragilisation des os, est causée par une réduction progressive des minéraux tels que le calcium contenu dans les os. Cette fragilisation des os peut être attribuable à la malnutrition, une malabsorption des nutriments de l’intestin grêle ou la prise de médicaments qui interfèrent dans l’absorption du calcium et de la vitamine D (comme les stéroïdes). Peu importe la cause, les personnes atteintes de la MC ou de la CU sont plus à risque de développer de l’ostéoporose que le reste de la population en général.

Les individus souffrant d’ostéoporose sont plus vulnérables aux fractures. Il est prudent de se

 

soumettre une fois par année à une scintigraphie pour mesurer la teneur minérale des os pour procéder à un dépistage précoce et entreprendre un traitement le cas échéant.

Problèmes de peau

L’érythème noueux (EN), le pyoderma gangrenosum (PG) et le psoriasis sont des problèmes de peau parfois associés à la maladie de Crohn ou à la colite ulcéreuse.

L’érythème noueux se présente sous forme de nodules (rouges ou mauves) douloureux sur la partie antérieure des jambes. Ces lésions (nodules) accompagnent la maladie intestinale en pleine poussée active pour disparaître en période de rémission.

Les lésions cutanées de type pyoderma gangrenosum apparaissent normalement sur les jambes, mais peuvent aussi se manifester à proximité du site de l’iléostomie. Au départ, elles sont d’un rouge violacé et douloureuses au palper, pour prendre graduellement l’apparence d’une phlyctène. Éventuellement, elles s’ulcèrent et crèvent, pour devenir purulentes. Dans les cas où les lésions sont grandes et « suintantes », elles doivent être recouvertes d’un pansement.

Les individus aux prises avec la maladie de Crohn sont plus susceptibles de développer du psoriasis que d’autres. Le psoriasis est une maladie caractérisée par des plaques prurigineuses et rougeâtres recouvertes de squames. Les lésions se développent au niveau du cuir chevelu, des oreilles, des coudes, des genoux, du nombril, des organes génitaux ou des fesses.

Spondylarthrite ankilosante

La spondylarthrite ankylosante (SA) est une forme sévère d’arthrite plus souvent associée à la colite ulcéreuse (CU) qu’à la maladie de Crohn (MC), bien qu’elle puisse se manifester dans les deux cas.  Elle peut faire son apparition de longues années avant celle des symptômes de la maladie et sembler à prime abord n’avoir aucun lien avec la MC ou la CU. 

Les symptômes de la spondylarthrite ankylosante comme la douleur et la raideur des articulations sacro-iliaques dans le bas du dos (lombalgie) ne coïncident pas avec une poussée active de la MC ou de la CU et ne semblent pas liés à une maladie de l’appareil digestif.

La résection chirurgicale du côlon ne soulage ni ne guérit la SA. Si la maladie gagne la colonne vertébrale, les os peuvent se souder (formation de ponts osseux), causant une rigidité permanente et entravant la mobilité.

Il existe une forme moins sévère d’arthrite de l’articulation sacro-illiaque appelée sacro-iliite. Dans ce cas, la douleur et la raideur se développent dans le bas du dos ainsi que dans les hanches. Elle n’entraîne toutefois pas de fusion osseuse du dos comme ce peut être le cas avec la spondylarthrite ankylosante.

Ulcérations buccales

Les ulcérations buccales (stomatite aphteuse) peuvent aussi toucher les personnes souffrant de MC ou de CU. Lorsqu’elles sont reliées à une de ces maladies, les ulcérations ou aphtes apparaissent souvent en groupe, elles peuvent être de taille importante et douloureuse. Cela dit, elles durent plusieurs semaines et coïncident d’habitude avec une poussée active de la MC ou de la CU.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 150 VIT AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.