Un régime alimentaire Méditerranéen peut-il réduire la colite?

Dre Deanna Gibson et son équipe
Plusieurs patients atteints de la maladie de Crohn ou de la colite croient que leur régime alimentaire a une incidence sur leurs symptômes. Toutefois, on manque de directives en matière d’alimentation fondées sur des données probantes. À cette fin, Crohn et Colite Canada soutient depuis longtemps les travaux de la Dre Deanna Gibson. Cette chercheure et professeure agrégée de biologie à l’Université de la Colombie-Britannique cherche sans relâche à découvrir la manière dont différents régimes alimentaires ont un impact sur les symptômes des MII.

Bien que peu de travaux de recherche aient permis de déterminer qu’un facteur lié au régime alimentaire d’une personne avait un effet protecteur ou dommageable par rapport aux MII, la Dre Gibson a découvert que certains types de gras pouvaient en avoir un. Dans le cadre de ses activités de recherche, la Dre Gibson a ciblé des gras dommageables qui contribuent à l’inflammation intestinale, ce qui cause des poussées actives. Ses travaux ont permis d’établir que les régimes alimentaires occidentaux typiques à teneur élevée en oméga-6 jouaient un rôle important.

Forte de ces nouvelles connaissances, la Dre Gibson a commencé à recommander un régime alimentaire méditerranéen aux personnes vivant avec la colite ulcéreuse. Bien que la teneur élevée en matières grasses des régimes alimentaires méditerranéens soit bien connue, la Dre Gibson explique que les types de gras présents dans ces régimes favorisent l’inflammation protectrice, c’est-à-dire qu’ils ne contribuent pas aux poussées actives.

La compréhension des effets des matières grasses dans le contexte des MII présente une grande importance, car la restriction des matières grasses chez un patient atteint d’une MII peut nuire à sa santé et à son état nutritionnel. C’est pourquoi les travaux de la Dre Gibson revêtent une si grande importance. Crohn et Colite Canada est d’avis que de nouvelles approches en matière d’alimentation pour la prévention et la gestion des MII doivent être adoptées d’urgence, afin que les professionnels de la santé puissent fournir à leurs patients des conseils éclairés en la matière. Nous sommes fiers de continuer à appuyer les études cliniques de la Dre Gibson, alors qu’elle produit les éléments probants nécessaires à l’appui des recommandations allant dans le sens des régimes alimentaires dont il est question ici.

Vous désirez en apprendre davantage à propos des projets de recherche novateurs menés ici même au Canada? Cliquez ici pour lire notre Rapport de recherche 2017 2018.

De bas en haut : Professeure Deanna L. Gibson, Ph.D.; Candice Quin, doctorante; Blake Birnie, étudiant en médecine; Natasha Haskey, étudiante au doctorat; Sandeep Gill, étudiante à la maîtrise en sciences; April Mahovlic, B.Sc. spécialisé; Jacqueline Barnett, étudiante à la maîtrise en sciences; Mehrbod Estaki, doctorant; Anton Callaway, Ph.D., associé en recherché

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.