Êtes-vous à risque?

Le Canada compte un des taux de maladie de Crohn et de colite ulcéreuse – les deux principales formes de maladies inflammatoires de l’intestin (MII) - les plus élevés du monde. Depuis le 20e siècle, le nombre de diagnostics de colite ulcéreuse et de maladie de Crohn a augmenté considérablement au Canada. Les MII sont plus courantes dans les pays industrialisés, les zones urbaines et les régions tempérées.

En 2018, on croit que plus de 270 000 Canadiens vivent avec une MII. D’ici 2030, ce chiffre devrait atteindre les 403 000 (soit 1 personne sur 100).

La maladie de Crohn et la colite peuvent être diagnostiquées à tout âge, mais elles apparaissent plus fréquemment avant l’âge de 30 ans. Le nombre de cas de maladie de Crohn chez les enfants de moins de 10 ans au Canada a presque doublé depuis 1995. Les MII touchent de manière égale les personnes des deux sexes.

La maladie de Crohn et la colite peuvent toucher les gens de toutes les races et de tous les groupes ethniques. Toutefois, il a été établi que la population juive ashkénaze (Européens) et certaines populations d’immigrants sud asiatiques comptaient davantage de cas de maladies inflammatoires de l’intestin.

Les causes des MII sont très complexes. On croit qu’elles sont attribuables à une tendance (prédisposition) génétique et à un déclencheur présent dans l’environnement qui se combinent pour provoquer l’inflammation intestinale. L’activation inappropriée et intempestive de la réaction immunitaire entraînerait un trouble chronique (permanent) qui se manifeste sous la forme d’une maladie de Crohn ou d’une colite ulcéreuse.

La compréhension des facteurs biologiques sous tendant les MII est essentielle à l’élaboration de nouvelles stratégies visant à améliorer la qualité de vie des personnes aux prises avec la maladie. Cela consiste notamment à améliorer les approches en matière de traitement, à explorer des avenues possibles pour enrayer la maladie et à cibler des démarches en matière de prévention. 

Vous trouverez ci dessous plus d’information à propos des facteurs d’ordre génétique, microbiotique et environnemental qui pourraient contribuer à l’apparition des MII. 

GÉNÉTIQUE

L’impact de la génétique sur les MII est reconnu depuis longtemps. Des études antérieures portant sur des jumeaux montrent que des jumeaux identiques sont davantage susceptibles d’avoir tous deux la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse que des jumeaux non identiques. 

Des analyses génétiques portant sur de vastes régions du génome humain ont permis d’identifier plus de 200 mutations génétiques associées à l’apparition de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse.

Dans plusieurs cas, ces mutations génétiques sont également liées à d’autres maladies auto immunes dont le diabète de type 1, la maladie cœliaque, l’arthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et le psoriasis. 

Le fait d’identifier les protéines produites par ces marqueurs génétiques brosse un tableau précis du lien déterminant entre la réponse immunitaire de l’intestin et les 100 billions de microbes qui y vivent. 

MICROBIOME 

Il est possible que des changements survenant dans le microbiome intestinal déclenchent des réponses immunitaires qui causent une inflammation anormale. Comme les personnes atteintes d’une MII font habituellement l’objet d’une attention particulière après que la maladie se soit manifestée, on ne sait pas trop encore si les changements dans le microbiome et les réponses immunitaires constituent une cause ou un effet de la maladie. 

Il a été suggéré que les antibiotiques, lesquels peuvent altérer le microbiome intestinal même longtemps après que le patient ait cessé de les prendre, étaient susceptibles de causer l’apparition des MII. 

Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre les causes exactes des changements dans le microbiome et les changements qui semblent les plus en cause dans le déclenchement de la maladie, afin qu’il soit possible de mettre au point des traitements efficaces pour prévenir ou guérir les MII. 

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX 

De nombreuses études de recherche ont permis de cibler des facteurs environnementaux qui jouent un rôle déterminant dans le déclenchement de l’apparition des MII. Ces déterminants environnementaux comprennent tant des facteurs de risque que des facteurs de protection qui sont décrits de manière plus détaillée ci-dessous.

Figure-3-6-FRENCH.JPG


Référence de l’image. Impact des maladies inflammatoires de l’intestin au Canada. 2018

Hypothèse de l’hygiène

Certains ont avancé que le système immunitaire des enfants grandissant dans des environnements relativement stériles – sans exposition adéquate aux microbes – n’était pas bien préparé à traiter les microorganismes. Il se développe alors chez ces enfants une réponse immunitaire anormale qui attaque leurs organes ultérieurement dans leur vie lorsqu’ils sont exposés à des microorganismes nuisibles. 

Les travaux de recherche qui appuient cette hypothèse démontrent que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont moins susceptibles de se manifester chez les personnes qui : vivent avec des animaux de compagnie dans leur enfance; grandissent dans une ferme ou en milieu rural; ont une grande famille; ou boivent du lait non pasteurisé. 

Des études récentes ont également démontré que la prédisposition aux MII pouvait être attribuable à des expositions précoces modifiant la composition du microbiome intestinal, y compris la perte de microorganismes utiles pouvant être bénéfiques au système immunitaire. Les MII sont davantage susceptibles de se développer chez les personnes qui ont été exposées à des antibiotiques au cours de leur première année de vie et aussi chez les personnes qui n’ont pas été allaitées. Les antibiotiques et l’allaitement ont une incidence importante sur la diversité du microbiome chez les enfants. 

Les personnes ayant un historique de gastroentérite infectieuse sont davantage susceptibles de recevoir un diagnostic de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse, plus spécialement dans les cas de MII se déclenchant durant l’enfance.

Alimentation 

Les facteurs alimentaires peuvent avoir une incidence importante sur le microbiome intestinal. Les résultats de certaines études portent à penser qu’un régime alimentaire occidental, soit un régime à plus forte teneur en gras et en sucres raffinés et à plus faible teneur en fibres alimentaires, change le microbiome de notre intestin. 

Les aliments transformés et les omniprésents repas minutes du régime alimentaire occidental peuvent également être des facteurs favorisant l’apparition des MII. L’association entre la consommation de malbouffe et les MII peut être directe, par l’exposition à des aliments gras et à des additifs alimentaires, ou indirecte, en raison de facteurs liés au mode de vie comme une activité physique insuffisante. 

Autres facteurs environnementaux

Plusieurs autres facteurs environnementaux peuvent avoir une incidence sur le développement des MII chez les Canadiens, notamment ce qui suit : 

  • Le tabagisme augmente le risque de développer la maladie de Crohn chez les adultes. Toutefois, les adultes qui arrêtent de fumer présentent un risque accru de colite ulcéreuse. 
  • Les contraceptifs oraux augmentent le risque de maladie de Crohn chez les femmes qui fument. 
  • Les médicaments anti inflammatoires non stéroïdiens déclenchent également les MII.
  • Une appendicite diagnostiquée avant l’âge de dix ans protège contre la colite ulcéreuse. 
  • Un manque de vitamine D attribuable à une exposition réduite au soleil peut augmenter le risque de développer une MII. La vitamine D intervient dans la régulation du système immunitaire et une carence de cette vitamine a été associée à un risque accru de MII.
  • La pollution atmosphérique peut accroître le risque de développer la maladie de Crohn chez les enfants et les jeunes adultes, car elle altère le microbiome intestinal.

De nombreux projets de recherche financés par Crohn et Colite Canada se penchent sur les causes de ces maladies – visitez la page Recherche pour en savoir davantage.

AVEZ VOUS RÉCEMMENT REÇU UN DIAGNOSTIC DE MALADIE DE CROHN OU DE COLITE?

Si vous avez récemment reçu un diagnostic de maladie de Crohn ou de colite, visitez notre page sur les Personnes nouvellement diagnostiquées pour plus d’information et de ressources. 

RENFORCEZ VOS CONNAISSANCES SUR LA VIE AVEC LA MALADIE DE CROHN OU LA COLITE

Visitez la section Vivre avec la maladie de Crohn ou la colite de notre site Web pour en apprendre davantage sur l’alimentation et la nutrition chez les personnes atteintes d’une MII, les options de traitement, la gestion des symptômes et d’autres sujets essentiels.  

TROUVEZ UNE COMMUNAUTÉ PRÈS DE VOUS

Votre section locale de Crohn et Colite Canada est une source solide d’information et de soutien. Grâce à nos programmes éducatifs, à nos présentations et à nos discussions, les gens peuvent trouver des ressources qui les aideront à composer avec leur maladie de Crohn ou leur colite et à rencontrer d’autres personnes atteintes de ces maladies.

Visitez notre page Trouvez ma communauté pour repérer la section la plus près de chez vous. Il est dans votre intérêt supérieur de devenir actif et informé!

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt