Obtenir de meilleurs soins

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont des maladies chroniques, ce qui signifie que les patients continueront de vivre avec elles jusqu’à ce que la communauté scientifique découvre les traitements curatifs nécessaires. Afin de garantir le bien être des patients vivant avec une maladie chronique, il faut notamment faire évoluer et améliorer le secteur des soins aux patients.

Grâce au soutien de Crohn et Colite Canada, fourni sous forme de subventions, les chercheurs ci dessous travaillent de manière diligente à des projets de recherche qui visent la découverte et la mise en œuvre de nouvelles manières de garantir que les patients ont accès aux meilleurs soins possibles.

2018 RÉCIPIENDAIRES

Dr. Maria Ines Pinto-Sanchez
Dre Maria Ines Pinto-Sanchez | Université McMaster
Montant : 50 000 $
La date : 2018-2019
Recherche : Une formule orale en complément des corticostéroïdes anti-inflammatoires pour le traitement de la maladie de Crohn
L’alimentation entérale exclusive (AEE) a été utilisée comme alternative aux stéroïdes chez les enfants atteints de la maladie de Crohn, mais moins chez les adultes.

Les recherches de la Dre Maria Ines Pinto-Sanchez évalueront si la nouvelle thérapie nutritionnelle peut aider à réduire l’activité de la maladie et potentiellement aider à diminuer les effets secondaires de la corticothérapie chez les adultes atteints de la maladie de Crohn. Ses recherches seront les premières à évaluer la combinaison de l’AEE et de la corticothérapie.

 
Dr Phillip Karpowicz
Dr Phillip Karpowicz | Université de Windsor
Montant : 50 000 $
La date : 2018-2019
Recherche : Un délai de 24 heures dans l’intestin
Le corps humain fonctionne selon des cycles de 24 h connus sous le nom de rythmes circadiens. Nos cycles sommeil-réveil, les cycles quotidiens des hormones et les cycles de la faim et de la digestion en sont des exemples. C’est également le cas du cycle de la réparation de l’intestin.

Le Dr Phillip Karpowicz cherche à établir un lien entre les rythmes circadiens et la santé de l’intestin pour informer les cliniciens du meilleur moment pour pratiquer des interventions thérapeutiques chez les personnes atteintes d’une MII. Si les chercheurs peuvent identifier à quel stade de la réparation se trouve l’intestin, ils pourront alors mieux informer les cliniciens quant au moment d’administrer des médicaments ou procéder à une chirurgie.

2017 récipiendaires

Dr. Geoff Nguyen
Dr Geoff Nguyen | Université de Toronto
Co chercheurs : Dre Deborah Marshall et Dre Maida Sewitch
Montant : 250 000 $
Période : 2017-2019
Recherche : Mesure des priorités en matière de soins de santé dans le cadre de la gestion des maladies inflammatoires de l’intestin du point de vue du patient
Le taux de MII au Canada figure parmi les plus élevés dans le monde, plus d’un quart de million de personnes étant touchées par ces maladies au pays. Diverses lignes directrices cliniques pour les MII ont été élaborées afin d’améliorer les soins de santé fournis aux patients atteints de MII. Toutefois, les médecins et les patients ne s’entendent souvent pas sur les objectifs de traitement à prioriser. Malheureusement, le point de vue du patient n’est pas toujours bien représenté dans la planification de la prestation des soins de santé.

Dans le cadre de ses travaux, le Dr Nguyen prévoit utiliser une technique d’étude portant le nom d’expérience avec choix discrets dont on se sert depuis longtemps dans les secteurs commerciaux pour déterminer quels aspects des soins de santé sont les plus importants pour les patients. Surtout, cette méthode permet l’échantillonnage d’un très vaste groupe de patients atteints d’une MII de partout au Canada, afin que les points de vue retenus soient représentatifs du pays entier.

Les points de vue des patients seront alors comparés à ceux des médecins pour voir où ils diffèrent réellement. Les résultats obtenus permettront d’améliorer les communications entre les patients et les médecins. Qui plus est, ils aideront les décideurs à prioriser les initiatives en santé reliées aux MII qui, selon les patients, sont les plus importantes.

 
Dr. Reena Khanna
Dre Reena Khanna | University of Western Ontario
Co-chercheur : Dr Guangyong Zou
Montant : 131 552,32 $
Période : 2017-2019
Recherche : Développement d’un nouveau pointage endoscopique pour la maladie de Crohn
Les essais cliniques peuvent procurer des résultats significatifs si les méthodes de mesure les plus pertinentes sur les plans clinique et scientifique sont employées pour évaluer l’activité de la maladie. En conséquence, les activités de recherche visant à évaluer et à optimiser les méthodes de mesure des résultats employées pour la maladie de Crohn revêtent une importance capitale.

Les travaux de la Dre Khanna visent principalement à : élaborer un nouvel indice pour l’évaluation endoscopique de l’activité de la maladie chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn au moyen de méthodes statistiques; évaluer des processus de rechange pour le pointage des ulcères, puisqu’il a été démontré que ces derniers permettaient de prédire une réponse au traitement; comparer la fiabilité des indices endoscopiques actuels (SES-CD et CDEIS) à celle du nouvel indice; et évaluer leur aptitude à détecter les changements dans l’activité de la maladie à la suite du traitement.

La Dre Khanna s’attend à ce qu’un nouvel indice plus fiable et apte à détecter les changements dans l’activité de la maladie en contexte endoscopique à la suite du traitement soit le résultat final des travaux proposés dans cette demande.

 
Dr. Ahola Kohut
Dre Ahola Kohut | Université de Sherbrooke
Co-chercheurs : Dre Anne Griffiths et Dr Kevan Jacobson
Montant : 362 037,52 $
Période : 2017-2020
Sujet de recherche : Programme iPeer2Peer : surveillance en ligne par les pairs pour les adolescents atteints d’une MII
Les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) sont des maladies infantiles qui peuvent causer de la douleur, de la fatigue et des bouleversements émotifs. Il est donc difficile de voir ses amis et de faire les activités qu’on aime. Lorsque les enfants deviennent des adolescents, ils commencent à faire davantage de choix à propos de leur santé. Le fait de participer à la prise de décisions concernant leur santé peut aider les adolescents à passer à une équipe de soins de santé pour adultes.

La surveillance par les pairs au moyen de l’Internet constitue une nouvelle façon d’aider les adolescents atteints d’une MII à apprendre à faire des choix concernant leur santé. Dans le cadre de cette étude, on comparera deux groupes d’adolescents : un composé d’adolescents participant au Programme iPeer2Peer, et l’autre, constitué d’adolescents n’y prenant pas part.

Le Programme iPeer2Peer jumelle un adolescent atteint d’une MII à un jeune adulte jouant le rôle de mentor qui a appris à bien gérer sa MII. L’adolescent et son mentor se parlent par appels vidéo Skype chaque semaine pendant 20 à 30 minutes sur une durée de 3 mois. L’aptitude de l’adolescent à prendre soin de lui même, sa confiance, les symptômes de sa MII, sa qualité de vie et les coûts supplémentaires reliés au fait de vivre avec une MII seront mesurés avant, immédiatement après et au bout de six mois après la tenue du Programme iPeer2Peer. La qualité de vie des mentors sera également mesurée avant et après leur participation au programme.

Ce programme est nouveau et différent, car il utilise l’Internet pour connecter les adolescents et les mentors. Le Programme iPeer2Peer facilite la démarche consistant à prendre soin de soi même lorsque l’on est jeune et atteint d’une MII. Les adolescents y participant peuvent ainsi mieux vivre avec leur MII et le programme permet une réduction des coûts pour le système de santé.

2016 récipiendaires

Dr. Geoff Nguyen
Dr Geoffrey Nguyen | Université de Toronto
Quantité : 125 000 $
Date : 2016-2019
Sujet de recherche : Étude des interventions qui ont une incidence sur l’observation de la médication durant la grossesse en vue de l’amélioration des résultats globaux
Les femmes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) risquent 2 fois plus de subir des complications reliées à leur grossesse; on parle surtout d’accouchements prématurés et de l’arrivée de nouveau nés présentant un trop faible poids, lesquelles situations accroissent considérablement le risque de mortalité infantile.

L’interruption de la prise des médicaments contre les MII durant la grossesse augmente le risque de maladie active, qui peut avoir une incidence défavorable sur l’issue de la grossesse et les résultats néonataux. Toutefois, malgré le fait que la plupart des médicaments contre les MII soient sûrs, jusqu’à 40 % des femmes atteintes d’une MII cessent de prendre leurs médicaments durant leur grossesse, principalement parce qu’elles craignent que ces derniers ne nuisent à leur fœtus.

Nous étudierons une intervention qui comprendra : (1) des entrevues officielles et personnalisées de motivation et de conseil avec une infirmière ou un infirmier se spécialisant en MII; (2) des documents éducatifs vidéo interactifs; (3) des visites mensuelles régulières de suivi par télémédecine avec une infirmière ou un infirmier se spécialisant en MII.  Les femmes atteintes d’une MII qui sont à leur premier mois de grossesse et qui sont suivies à la clinique d’obstétrique à haut risque de l’Hôpital Mount Sinai, aux cliniques de gastroentérologie participantes des établissements hospitaliers universitaires de Toronto ou à l’Université de Calgary seront recrutées dans l’étude COACH-IBD (Counseling to Optimize Adherence in expectant mothers with Inflammatory Bowel Disease, ou Conseils visant à optimiser l’observation du traitement chez les femmes enceintes souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin). Nous recruterons, sur une période de 2 ans, 150 femmes qui seront réparties au hasard selon un ratio 2:1 dans le groupe d’intervention ou le groupe des soins de référence. Le suivi sera effectué jusqu’au moment de l’accouchement.

Nous émettons l’hypothèse qu’il y aura amélioration du résultat principal, soit l’observation du traitement mesurée de manière objective et signalée par les participantes. Les résultats principaux comprendront le nombre de poussées actives de la maladie; le recours aux stéroïdes durant la grossesse; les naissances vivantes; les naissances prématurées; les bébés présentant un trop faible poids à la naissance; la confiance des patients à l’égard des médecins; et la satisfaction des patients.

 
Dr. Laura Targownik
Dre Laura Targownik | Université du Manitoba
Cochercheurs : Dr Eric Benchimol, Dr Geoff Nguyen, Dre Lisa Lix, Dr Sanjay Murthy, Dr Kevan Jacobson, Dr Gregory Rosenfeld, Dre Cynthia Seow, Dr Gilaad Kaplan, Dre Jennifer Jones, Dr Juan Nicholas Pena-Sanchez, Dr Charles Bernstein, Dr Harminder Singh, Dr Alain Bitton, Dre Maria Vutcovici, et Dr Murray Krahn
Montant : 350 740 $
La date : 2016-2019
Recherche : Établir un lien entre les bases de données sur l’utilisation des soins de santé provinciaux fondées sur les populations en vue de l’évaluation des résultats associés aux médicaments utilisés pour traiter les MII
La Dre Targownik examine les dossiers de santé provinciaux des Canadiens afin de savoir quelles utilisations ces derniers font des médicaments servant à traiter les MII. Cette démarche aidera les professionnels de la santé à déterminer si l’usage précoce d’un traitement biologique et/ou d’une association médicamenteuse peut être bénéfique pour les patients

Récipiendaires passés des subventions

Pour en savoir plus sur les projets de recherche terminés que nous avons soutenus, cliquez ici.

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt