Découvrir de nouveaux traitements

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse, elle doit choisir une option de traitement. La science progressant à vive allure au quotidien, les chercheurs canadiens demeurent déterminés à découvrir de nouvelles formes de traitement.

Grâce au soutien de Crohn et Colite Canada, fourni sous forme de subventions, les chercheurs ci dessous travaillent à des projets de recherche qui visent la découverte de formes novatrices de traitement à l’intention des patients vivant avec la maladie de Crohn ou la colite.

2019 RÉCIPIENDAIRES

Dr. Harry Brumer

Dre Harry Brumer | Université de Colombie-Britannique 
Recherche : A glyco-caged peptide delivery system to advance IBD treatment
La date : 2019-2021
Montant : 50,000 $

Les peptides pourraient offrir une nouvelle voie thérapeutique pour les MII. Jusqu’ici, on administrait ces peptides par intraveineuse ou directement dans le côlon, ce qui limite leur emploi généralisé en clinique. Nous avons besoin de nouveaux moyens permettant de les administrer dans le tube digestif inférieur afin de tirer le maximum de ces médicaments potentiels.

Le docteur Brumer et son équipe étudient une nouvelle technologie permettant de conditionner ce peptide sous forme de pilule inactive qui pourrait être administrée par voie orale et s’activerait uniquement dans la partie inférieure du tube digestif.  Ces peptides « glyco-encagés » sont activés par des enzymes intestinales spécifiques de certaines bactéries qui libèrent le peptide de sa glyco-cage. Les chercheurs mettront cette idée à l’épreuve en synthétisant ce peptide glyco-encagé, en évaluant la quantité de peptide actif libéré de la glyco-cage par les enzymes bactériennes intestinales in vitro, puis en testant la drogue glyco-encagée sur un modèle murin de MII.


 
Dr. Jean Sévigny

Dr Jean Sévigny | Université Laval
Recherche : Recherche sur un nouveau traitement biologique à base de NTPDase8 pour les MII
La date : 2019 - 2020
Montant : 50,000 $

Il est essentiel de cerner les mécanismes responsables de la réaction inflammatoire dans les intestins pour comprendre comment se développent les MII et découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques et stratégies de traitement. Ce laboratoire de recherche étudie certains nucléotides extracellulaires qui sont produits par des cellules amplifiant l’inflammation et qui pourraient constituer un mécanisme inflammatoire important dans les intestins.

Les chercheurs ont constaté que le fait de bloquer ces nucléotides pour les empêcher d’envoyer des signaux à la surface des intestins permet de prévenir la colite dans un modèle de souris. Ils ont également découvert qu’une enzyme présente au même endroit, la NTPDase8, est capable de détruire ces nucléotides et de prévenir l’inflammation intestinale.

Dans le cadre de ce nouveau projet, l’équipe cherche à mettre au point une forme soluble de NTPDase8 pouvant être administrée afin de prévenir l’activation des récepteurs des nucléotides dans les intestins et de protéger ceux-ci contre l’inflammation. Les chercheurs tenteront d’examiner le potentiel thérapeutique de cette enzyme pour les MII.


 
Dr. Laura Sly

Dre Laura Sly | Université de Colombie-Britannique
Recherche : Cibler l’inflammation intestinale causée par un déficit en protéine SHIP 
La date : 2019-2022
Montant : 375,000 $

Les produits biologiques sont une nouvelle classe de médicaments qui se sont révélés efficaces pour réduire l’inflammation le long des intestins et atténuer les symptômes pénibles et le fardeau correspondant des MII chez un grand nombre de personnes. Toutefois, les produits biologiques sont inefficaces chez jusqu’à 20 % des personnes atteintes d’une MII, et arrêtent de fonctionner après un certain temps dans jusqu’à 40 % des cas. Il est essentiel de trouver de nouvelles options thérapeutiques et de mieux comprendre ce qui provoque cette inflammation.

Cette équipe de recherche a constaté chez la souris que la perte d’une protéine appelée « SHIP » entraîne une inflammation intestinale comparable à la maladie de Crohn. Les chercheurs ont également observé que dans un sous-groupe de personnes atteintes de la maladie de Crohn, les taux de protéine SHIP étaient inférieurs à 10 % de la valeur jugée normale. Des collègues de la faculté de médecine SUNY Upstate Medical University ont découvert que les personnes atteintes de la maladie de Crohn ayant de faibles taux de SHIP ont tendance à présenter une maladie sévère qui ne répond pas bien aux traitements.

La protéine SHIP sert normalement à bloquer l’inflammation dans les modèles cellulaires et animaux. Dans le cadre de ce projet, les chercheurs traiteront des cellules qui manquent de protéine SHIP à l’aide d’un nouvel inhibiteur destiné à bloquer la voie inflammatoire activée dans ces cellules. Ce processus sera entrepris dans des modèles cellulaires, sur des souris en déficit de protéine SHIP et dans des cellules sanguines provenant de personnes atteintes de la maladie de Crohn présentant une faible activité de protéine SHIP.

Ensemble, ces études permettront d’évaluer la capacité du nouveau traitement à traiter l’inflammation attribuable à la maladie de Crohn chez les personnes présentant de faibles taux de protéine SHIP, ce groupe ne disposant actuellement d’aucun traitement efficace.


 
Dr. Carolina Tropini

Dre Carolina Tropini | Université de Colombie-Britannique 
Recherche : Contrôle microbien du milieu intestinal dans les MII
La date : 2019 - 2022
Montant : 375,000 $

La santé intestinale est étroitement liée à notre microbiote, un ensemble unique constitué de milliards de microbes qui produisent des composés absorbés dans notre sang, nous apportent des nutriments et ont des effets sur notre santé. Les interactions entre humain et microbes régulent étroitement les propriétés physiques des intestins, comme la concentration en sel, l’acidité et la température.

Cependant, en présence de MII, cet environnement et la fonction du microbiote sont radicalement modifiés. Il s’agit d’un élément crucial des MII, et pourtant nous en savons peu sur les effets de cette altération du milieu sur le microbiote intestinal et la progression de la maladie. Dans le cadre de ce projet, les chercheurs vont employer de nouvelles méthodes expérimentales et de calcul afin d’étudier les liens entre le microbiote intestinal, le milieu intestinal et l’immunité dans le cadre de modèles expérimentaux de MII et dans des tissus humains atteints de MII. Ils détermineront les caractéristiques du milieu intestinal et du microbiote pouvant contribuer à prédire l’état pathologique.

Ces travaux permettront d’analyser des bactéries isolées et d’étudier comment elles réagissent à leur environnement et de quelle manière elles le modifient dans le but de restaurer des intestins sains. L’équipe cherche à créer des algorithmes permettant de prédire l’état pathologique et l’efficacité des médicaments, ainsi que des traitements de MII basés sur le microbiote.


 
Dr. Bruce Vallance

Dr Bruce Vallance | Children's and Women's Health Centre de Colombie-Britannique
Recherche : Découvrir l’action des bactéries dangereuses endommageant les intestins et mettre au point des traitements pour les éliminer 
La date : 2019-2022
Montant : 375,000 $

L’apparition de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse serait attribuable à des changements touchant les bactéries intestinales qui activent le système immunitaire, lequel attaquerait alors ces bactéries ainsi que les tissus intestinaux, entraînant ainsi une inflammation chronique. Après avoir identifié une bactérie dangereuse dans les intestins de nombreuses personnes atteintes de colite ulcéreuse, les chercheurs ont constaté que ces mauvaises bactéries s’attachent aux parois intestinales et y rejettent un poison qui endommage les intestins.

Le projet permettra de faire progresser ces travaux sur de nombreux plans au moyen de modèles cellulaires et animaux. Les chercheurs viseront à comprendre l’action nocive du poison bactérien sur les cellules intestinales et ce qui déclenche l’inflammation. Ils testeront l’efficacité d’un nouveau médicament destiné à empêcher ces bactéries de se fixer sur les intestins et ils étudieront les facteurs intestinaux qui rendent certaines personnes susceptibles à cette infection.

Dans son ensemble, le projet aidera à définir le rôle des mauvaises bactéries dans l’inflammation des intestins et permettra de déterminer de nouvelles cibles thérapeutiques afin d’éliminer les bactéries chez différents patients. Il permettra également de déterminer les facteurs intestinaux qui augmentent le risque d’être porteur de ces bactéries.


 
Dr. Stephen Vanner

Dr Stephen Vanner | Université Queen’s 
Recherche : Mise à l’essai de nouveaux médicaments soulageant les douleurs abdominales liées aux MII qui limitent ou préviennent les effets secondaires
La date : 2019 - 2022
Montant : 375,000 $

Les douleurs abdominales constituent l’un des plus grands besoins à combler pour les patients atteints de MII. Les analgésiques à base d’opioïdes sont les médicaments les plus efficaces sur le marché, mais leurs effets secondaires préoccupants en limitent l’utilisation.

L’étude portera sur de nouveaux analgésiques puissants, mais dont les effets secondaires sont minimes. Ces médicaments sont le fruit d’innovations en matière de développement pharmaceutique et de nouvelles connaissances au sujet de la fixation des substances actives sur les neurones sensoriels présents dans les intestins qui détectent la douleur. Dans ces neurones se trouvent des récepteurs appelés « récepteurs couplés aux protéines G » (RCPG) qui sont liés à des mécanismes empêchant les signaux de douleur d’atteindre le cerveau.

Les chercheurs définiront deux stratégies à base d’opioïdes qui pourraient révolutionner le secteur. La première stratégie consiste à utiliser des opioïdes qui ciblent les endosomes (des organites situés dans la cellule) et bloquent les signaux de douleur de façon durable. L’équipe utilisera des médicaments particuliers qui se fixent sur les récepteurs opioïdes classiques des neurones, mais qui ne stimulent que sélectivement les voies intracellulaires qui conduisent à ces endosomes. Les chercheurs utiliseront également des nanoparticules opioïdes innovantes qui libèrent la drogue directement sur les endosomes, en particulier durant les crises inflammatoires.

Leur deuxième stratégie repose sur un opioïde sensible au pH conçu pour réagir uniquement avec les récepteurs opioïdes situés dans les neurones des tissus enflammés, comme les tissus intestinaux qui sont alors acides et dont le pH est plus bas. En principe, ces médicaments ne devraient avoir aucun effet sur les tissus non enflammés, ce qui permettrait de minimiser les effets secondaires.


 
Dr. Elana Verdu

Dre Elena Verdu | Université McMaster 
Recherche : Recherche sur le déséquilibre protéolytique dans les bactéries en vue d’établir de nouvelles cibles thérapeutiques pour la colite 
La date: 2019 - 2022
Montant : 375,000 $

L’équipe de recherche a constaté que certaines bactéries présentes dans les selles de patients atteints de colite ulcéreuse avaient une activité protéolytique élevée. Leur présence dans les selles de certaines personnes à risque de MII est associée à l’apparition de la maladie.

Les chercheurs vont étudier attentivement ce phénomène à l’aide d’échantillons de selles de patients présentant une colite ulcéreuse, de patients à risque de MII ayant fait l’objet d’un suivi pendant plusieurs années avant l’apparition de la colite ulcéreuse et de patients à risque de MII n’ayant pas développé de colite ulcéreuse. Parmi ces derniers, l’équipe cherche à identifier les bactéries qui pourraient inhiber naturellement l’activité protéolytique des bactéries qui causent la colite ulcéreuse. (Cette étude sera effectuée sur des modèles de souris à l’aide de bactéries isolées dans les intestins de patients atteints de colite ulcéreuse et de sujets sains servant de témoins.)

Malgré l’intérêt grandissant concernant les moyens d’influencer le microbiome intestinal dans les MII, nous manquons de cibles bactériennes et de données mécanistes. Ce projet porte sur des enzymes particulières qui causent l’inflammation et la colite, ce qui sera utile pour concevoir des traitements de la colite ulcéreuse basés sur le microbiome, comme des probiotiques destinés à stopper l’activité protéolytique ou des stratégies de greffe de matières fécales plus efficaces.

Les résultats permettront d’identifier de nouveaux marqueurs bactériens et de nouvelles cibles thérapeutiques pour éclairer la prévention et la détection précoce de la colite ulcéreuse.


 
Dr. Robert Young

Dre Robert Young | Université Simon Fraser 
Recherche : De nouvelles « prodrogues » agonistes d’EP4 afin de réduire les symptômes, de réparer la muqueuse intestinale en toute sécurité et de la protéger
La date : 2019 - 2022
Montant : 375,000 $

Dans les cas de colite ulcéreuse et de maladie de Crohn, l’inflammation détruit la muqueuse intestinale, ce qui permet aux bactéries de pénétrer dans le système et peut entraîner des problèmes de santé ainsi qu’un risque accru de perforations pouvant apparaître avec le temps et mettant en danger le pronostic vital. De nombreux médicaments traitent l’inflammation, mais non sa cause, ce qui peut en réalité limiter la capacité du corps à réparer la muqueuse intestinale. Il faudrait trouver un médicament qui stimule cette réparation au lieu de la restreindre et qui protège la paroi intestinale chez les personnes atteintes de colite ulcéreuse et de la maladie de Crohn.

Les prostaglandines sont des hormones qui agissent dans les intestins sur certaines molécules servant de récepteurs, en particulier l’EP4, afin de protéger la muqueuse. Les agonistes d’EP4 sont des médicaments prometteurs qui montrent des signes d’efficacité dans les premières études menées chez les animaux et l’être humain, mais qui peuvent également provoquer des effets secondaires comme de l’hypotension, des maux de têtes et des diarrhées.

L’équipe de recherche a mis au point de nouvelles « prodrogues » agonistes d’EP4, à savoir des molécules inactives qui vont libérer la substance active à des endroits précis. Dans le cadre de cette étude, ils vont concevoir de telles prodrogues de manière à ce qu’elles restent dans les intestins après leur consommation au lieu de passer dans le sang. Les enzymes intestinales pourront ainsi convertir les prodrogues en agonistes d’EP4 actifs à l’endroit précis où ils sont nécessaires de façon à stimuler l’intestin pour qu’il se répare lui-même. En cas d’absorption de substance active, celle-ci est conçue pour être éliminée rapidement par le foie. Les chercheurs commenceront par examiner et surveiller l’efficacité de la prodrogue chez la souris.

Ce type de traitement est très recherché et présente un fort potentiel de soulagement des symptômes des MII et de protection des patients.

Récipiendaires passés des subventions

Pour en savoir plus sur les projets de recherche que nous avons soutenus dans les années 2015 à 2018, cliquez ici.
Pour en savoir plus sur les projets de recherche que nous avons soutenus dans 2014, cliquez ici.

 

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt