Découvrir de nouveaux traitements

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse, elle doit choisir une option de traitement. La science progressant à vive allure au quotidien, les chercheurs canadiens demeurent déterminés à découvrir de nouvelles formes de traitement.

Grâce au soutien de Crohn et Colite Canada, fourni sous forme de subventions, les chercheurs ci dessous travaillent à des projets de recherche qui visent la découverte de formes novatrices de traitement à l’intention des patients vivant avec la maladie de Crohn ou la colite.

2018 RÉCIPIENDAIRES

Dr. Christine Lee
Dre Christine Lee | Vancouver Island Health Authority
Montant : 375 000 $
La date : 2018-2021
Recherche : La sécurité et l’efficacité de la greffe fécale lyophilisée administrée à domicile pour traiter la colite ulcéreuse
Les données disponibles montrent que la colite ulcéreuse pourrait être une réponse au déséquilibre des bactéries présentes dans les intestins. La greffe fécale aussi connue sous le nom de « transplantation fécale », est une procédure très demandée. Il a été démontré qu’elle aidait des patients à trouver une rémission. La proposition de la docteure Christine Lee vise à aider plus de patients à connaître une rémission et améliorer leur qualité de vie par le biais de la greffe fécale.

La Dre Lee étudiera comment la procédure est administrée en clinique et à domicile, et évaluera sa sécurité et son efficacité. La solide série de données sera soumise à Santé Canada pour que cette procédure soit accessible à plus de personnes.

 
Dr Fernand Pierre Gendron
Dr Fernand-Pierre Gendron | Université de Sherbrooke
Montant : 375 000 $
La date : 2018-2021
Recherche : Développement d’une nouvelle famille de molécules modifiant les MII
Le docteur Fernand-Pierre Gendron et son équipe se pencheront sur le potentiel thérapeutique des molécules connues sous le nom d’analogues UDP (molécules imitant l’uridine diphosphate) pour traiter les MII. Le Dr Gendron, en partenariat avec la docteure Bilha Fishcer de l’Université Bar-Ilan en Israël, espère développer des molécules pouvant stopper l’inflammation et favoriser la guérison de l’intestin. S’il réussit, cette molécule permettra de garder les personnes atteintes d’une MII en rémission.

 
Dr. Derek McKay
Dr Derek McKay | Université de Calgary
Montant : 375 000 $
La date : 2018-2021
Recherche : Les macrophages pro-réparateurs pour traiter les MII
Le système immunitaire abrite des cellules de défense connues sous le nom de macrophages. Les études existantes basées sur des modèles animaux montrent que le traitement des macrophages avec la molécule activatrice du système immunitaire IL4 réduit et favorise la guérison des MII.

Le Dr Derek McKay fait passer cette étude au niveau supérieur en explorant la possibilité de répliquer ces résultats dans des cellules humaines. L’étude du docteur McKay jette les bases du développement d’une thérapie personnalisée qui utilise les propres cellules du patient pour combattre les symptômes des MII et favoriser la guérison.

2017 récipiendaires

Dr. Pere Santamaria
Dr Pere Santamaria | Université de Calgary
Co chercheur : Dr Derek McKay
Montant : 375 000 $
Période : 2017-2020
Sujet de recherche : Utilisation des nanomédicaments pour le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin
Depuis longtemps, on vise l’atténuation des réponses immunitaires complexes comme celles menant aux maladies inflammatoires de l’intestin (MII) sans compromettre l’aptitude du système immunitaire à assurer la protection nécessaire contre les infections et le cancer. Toutefois, il s’agit d’un objectif ambitieux.

Le projet du Dr Santamaria est fondé sur la découverte d’un nouveau paradigme dans le traitement des maladies auto immunes (causées par les globules blancs du système immunitaire), plus précisément l’élaboration d’un « nanomédicament » (un nouveau type de médicament composé de très petites particules) qui peut enrayer plusieurs maladies auto immunes chez les souris en accroissant les globules blancs « régulateurs » propres à la maladie.

Ces globules blancs régulateurs freinent l’attaque auto immune responsable de la maladie en supprimant le globule blanc du système immunitaire qui orchestre les réponses immunitaires causant la maladie (les soi disant « cellules présentatrices d’antigènes »). Comme les globules blancs régulateurs dont l’accroissement est occasionné par les nanomédicaments mis au point ciblent de manière sélective les cellules présentatrices d’antigènes qui orchestrent une maladie particulière, ils ne peuvent causer un effondrement généralisé du système immunitaire.

Les MII chez les humains découlent d’un dérèglement de la réponse immunitaire aux bactéries intestinales. Le Dr Santamaria a découvert que les globules blancs régulateurs ciblant les protéines exprimées par les bactéries intestinales peuvent rétablir l’équilibre voulu et protéger les souris contre la colite.

2016 récipiendaires

Dr. Stuart Turvey
Dr Stuart Turvey | Université de la Colombie-Britannique
Montant : 375 000 $
La date: 2016-2019
Recherche : Le développement d’anti-inflammatoires en nanomédicine pour traiter les maladies inflammatoires de l’intestin
Le Dr Turvey attache des nanoparticules d’or à des peptides afin de réduire l’inflammation. Il a obtenu jusqu’à présent des résultats encourageants avec ce traitement, qui a amélioré la santé de souris atteintes d’une MII. Il compte effectuer des études à plus grande échelle dans le but de confirmer les bénéfices de ce traitement, ce qui pourrait éventuellement contribuer au développement de nouveaux nanomédicaments pour traiter les personnes aux prises avec une MII.

 
Dr. Bruce Vallance
Dr Bruce Vallance | Université de la Colombie-Britannique
Cochercheur : Dre Leigh Knodler
Montant : 375 000 $
La date : 2016-2019
Recherche : Les inflammasomes et l‘épithélium intestinal : défenses de première ligne contre les MII
Le Dr Vallance étudie le rôle des cellules immunitaires protégeant le tissu de l’intestin contre les bactéries étrangères. Il tente de trouver des moyens d’améliorer la capacité de ces cellules à réduire l’inflammation et ainsi favoriser la guérison de l’intestin chez les personnes atteintes d’une MII.

 
Dr. Theodore Steiner
Dr Theodore Steiner | Université de la Colombie-Britannique
Cochercheur : Dre Megan Levings
Montant : 375 000 $
La date: 2016-2019
Recherche : Mise au point d’une immunothérapie basée sur les cellules régulatrices T pour le traitement des MII
Le Dr Steiner tente d’accroître la capacité des globules blancs (cellules régulatrices T) à réduire l’inflammation. Son équipe et lui prélèveront ces cellules sur des volontaires afin d’améliorer le fonctionnement permettant de trouver la meilleure méthode pour intensifier le développement de traitements disponibles pour les patients aux prises avec une MII.

2015 récipiendaires

Dr. Jean Eric Ghia
Dr Jean-Eric Ghia | Université du Manitoba
Cochercheurs : Dr Charles Bernstein et Dr Abdelilah Soussi-Gounni
Montant : 374 935 $
La date: 2015-2018
À l’aide de biopsies de patients atteints de MII et de modèles animaux, le Dr Ghia étudiera le rôle de la sémaphorine, une protéine sécrétée impliquée dans la MPOC et l’arthrite, dans la régulation de l’inflammation intestinale.

 
Dr Michael Surette
Dr Michael Surette | Université McMaster
Cochercheurs : Dr Paul Moayeddi, Dr Walter Reinsch, and Dre Christine Lee
Montant : 324 000 $
La date : 2015-2018
Le Dr Surette essaie de déterminer les mécanismes par lesquels la transplantation fécale fonctionne en identifiant tous les micro-organismes (bactéries, champignons et virus) présents chez les patients CU avant et après le traitement. L'objectif est de rendre la transplantation fécale plus efficace et accessible avec moins de risques potentiels.

 
Dr. Eytan Wine
Dr Eytan Wine | Université de l'Alberta
Cochercheurs : Dr Leo Dieleman, Dr Jens Walter, and Dr Gane Wong
Montant : 45 000 $
La date: 2015-2018
Le Dr Wine utilisera de nouvelles technologies pour localiser et «piéger» les bactéries reconnues par le système immunitaire des patients et susceptibles d’entraîner des maladies. Les résultats de cette recherche fourniront de nouveaux marqueurs pouvant être utilisés pour aider à diagnostiquer les enfants (et plus tard les adultes) atteints d'une MII et éventuellement à trouver de nouveaux traitements.

Récipiendaires passés des subventions

Pour en savoir plus sur les projets de recherche terminés que nous avons soutenus, cliquez ici.

 

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.

Autres secteurs d’intérêt