Choisir une destination

Il y a quelques points à garder à l’esprit lorsque vous choisissez votre destination de voyage. 

Style de voyage

Le type de voyage que vous entreprenez peut avoir une incidence sur les effets et la gestion de votre MII.
 
La randonnée pédestre ou le camping est un style de voyage très différent de celui qui consiste à se rendre dans des endroits dotés d’installations faciles d’accès.
 
Un programme chargé peut être plus stressant et provoquer plus de symptômes qu’un programme léger. 
 
Dans votre cas, les visites guidées organisées peuvent demander moins de recherche et de planification et entraîner moins de stress potentiel que les vacances improvisées. Grâce aux visites organisées, vous n’avez pas à vous soucier des détails comme l’hébergement, le transport et l’organisation des activités. Elles présentent aussi l’avantage d’avoir accès à un guide touristique qui connaît bien la destination. Des renseignements comme l’emplacement des toilettes, les magasins de détail et les pharmacies, les ingrédients alimentaires, les sensibilités culturelles et les conseils d’initiés peuvent s’avérer utiles.
 
Si vous visitez un pays en développement, consultez un médecin pour déterminer si vous êtes susceptible de contracter certaines infections.


retour au sommet

Disponibilité des toilettes

Restez à l’affût de toilettes publiques universelles, notamment celles des chaînes bien connues comme McDonald’s ou Starbucks.

Lorsque vous montez à bord d’un autobus ou d’un train, repérez les toilettes publiques. Sont-elles uniquement situées dans la gare ou y a-t-il des installations accessibles à bord?

Familiarisez-vous avec les coutumes de la destination. Certaines destinations exigent un petit paiement pour utiliser les toilettes, vous voudrez donc garder des pièces sur vous. Certaines destinations ont uniquement des toilettes sans siège.

Utilisez toujours les toilettes avant de quitter votre hôtel ou votre restaurant, et faites des haltes lorsque vous passez devant des toilettes en voiture.

Évitez de manger certains aliments pendant votre voyage si vous savez qu’ils déclenchent des sensations urgentes d’aller aux toilettes.

Informez vos partenaires de voyage et vos nouveaux amis de votre état de santé pour les aviser de vos besoins et ainsi obtenir de l’aide dans les situations stressantes.
Téléchargez l’application de localisation ALLEZ ICI de Crohn et Colite Canada pour vous aider à trouver des toilettes à proximité partout au Canada.

Les applications de recherche de toilettes suivantes peuvent vous aider à localiser les toilettes publiques au cours de vos voyages à l’étranger :


retour au sommet

Transports

Déterminez à l’avance si votre moyen de transport est équipé de toilettes. L’autobus est-il doté de toilettes? Les arrêts sont-ils fréquents?
 
Si vous voyagez en train, vous pouvez généralement demander de l’aide à l’avance pour faire porter vos bagages et trouver le quai. Bien que certains trains offrent des repas spéciaux, n’oubliez pas d’apporter vos propres collations. Dans la mesure du possible, demandez un siège situé du côté de l’allée près des toilettes.
 
Si vous voyagez en voiture, planifiez votre itinéraire pour veiller à passer près des aires de repos. Si vous avez le choix de prendre une route panoramique, isolée ou autoroutière qui comporte des aires de repos fréquentes, optez pour la route la plus sûre bien qu’elle puisse être plus longue ou moins intéressante. Ne laissez pas de médicaments dans la boîte à gants ou dans le coffre, car les conditions météorologiques pourraient altérer leur température.


retour au sommet

Hébergement

Faites vos recherches pour trouver un logement doté d’installations qui répondent à vos besoins : salle de bain privée, réfrigérateur pour garder vos médicaments au frais, service de buanderie, etc. Vous voudrez peut-être emporter un détergent à lessive de format voyage pour faire la lessive dans la baignoire au besoin.
 
Lorsque vous utilisez le réfrigérateur d’un hôtel, assurez-vous de le régler à la bonne température en fonction de vos besoins : assez froide, mais pas trop froide au point de congeler le médicament. Dans certains pays, il est courant de couper l’alimentation électrique lorsque vous quittez votre chambre; vous voudrez ainsi vérifier que le réfrigérateur fonctionne même pendant votre absence.


retour au sommet

Nourriture et boissons

Au cours de votre voyage, il peut être très tentant de se faire plaisir! Faites de votre mieux pour vous en tenir à ce que vous mangez chez vous. Si la cuisine locale est très différente de celle à laquelle vous êtes habitué, parlez-en à votre médecin ou à votre diététiste avant votre départ.

Habituellement lorsque vous voyagez, vous mangez plus souvent à l’extérieur; essayez ainsi de trouver des aliments semblables à ceux que vous mangez chez vous et essayez de ne pas trop vous faire plaisir. Vous pouvez également vous adresser aux serveurs des restaurants que vous visitez pour qu’ils vous aident à répondre à vos besoins alimentaires. En général, les aliments qui sont épicés et qui vous sont étrangers ne devraient pas aggraver votre MII.


retour au sommet

Barrière de la langue

Si vous voyagez dans un pays dont vous ne parlez pas la langue, entraînez-vous à dire des phrases importantes comme « où sont les toilettes » et « j’ai besoin d’un médecin » avant de partir en voyage, ou écrivez-les. Il existe de nombreuses applications de traduction que vous pouvez télécharger sur votre téléphone intelligent.


retour au sommet

Vaccinations

Consultez votre médecin ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage pour savoir quels vaccins vous devriez recevoir avant d’aller à une destination précise. Vous voudrez vous assurer que vos vaccins systématiques sont à jour et savoir si des vaccins supplémentaires sont recommandés ou requis.
 
L’agence américaine Centres for Disease Control and Prevention (centres pour le contrôle et la prévention des maladies) vous permet de choisir une destination et de consulter la liste des vaccins et des médicaments, les avis de santé aux voyageurs, et des conseils pour assurer votre santé et votre sécurité. Les recommandations courantes en matière de vaccination visent notamment l’hépatite A et B, la typhoïde, la rage et dans les régions à risque élevé, le paludisme, la fièvre jaune, l’encéphalite japonaise, la poliomyélite et la méningite. 
 
Donnez-vous huit semaines ou plus avant votre départ pour consulter un médecin, car certains vaccins doivent être administrés sur une longue période.
 
Les détails de vos plans de voyage peuvent avoir une incidence ou non sur la nécessité de vous faire vacciner. Par exemple, certaines maladies sont plus courantes si vous séjournez dans une région rurale, si vous passez beaucoup de temps à l’extérieur ou avec des animaux, ou si vous œuvrez comme travailleur humanitaire ou dans un milieu médical. Certaines périodes de l’année, votre âge et votre état de santé préexistant influent tous sur la façon dont vous pouvez planifier vos vaccinations exigées avant le voyage.
 
En plus de votre liste de médicaments et de la posologie, apportez votre carnet de vaccinations. Dans certains cas, vous devrez peut-être le présenter.


retour au sommet

Médicaments contre les MII et vaccins vivants

Certains médicaments traitant les MII, connus sous le nom de médicaments immunosuppresseurs et pouvant affaiblir votre système immunitaire, peuvent vous empêcher de recevoir certains vaccins dits « vivants ».
 
Les vaccins vivants contiennent une quantité réduite de bactéries vivantes et sont administrés pour inciter nos anticorps à agir. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli ne peuvent pas recevoir de vaccins vivants. C’est pourquoi il est important de demander l’avis d’un professionnel de la santé bien à l’avance. 
 
Par exemple, la fièvre jaune exige un vaccin vivant. Si vous voyagez vers une destination où un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé, vous ne pourrez peut-être pas entrer dans le pays si vous n’avez pas le certificat avec vous. Vous pouvez demander à votre médecin une lettre d’exemption que certains pays pourraient ne pas accepter, ou attendre un certain temps (c’est-à-dire trois à six mois) après l’arrêt d'un médicament en particulier avant de recevoir le vaccin. Vous risquez de contracter la maladie (transmise par les moustiques) sans la vaccination, ce qui peut entraîner une maladie grave. Avant de commencer à prendre un nouveau médicament, parlez à votre médecin de vos projets de voyage.
 
Si vous voyagez dans un pays où le paludisme est un risque (également transmis par les moustiques), on vous conseillera peut-être de prendre des comprimés avant vos vacances et de continuer à en prendre après vos vacances. Ces comprimés antipaludiques peuvent avoir des effets secondaires qui bouleversent les symptômes de votre MII, et peuvent interagir avec d’autres médicaments traitant les MII. Consultez votre médecin pour savoir quels comprimés antipaludiques vous conviennent le mieux.
 
Outre la fièvre jaune et le paludisme, il existe d’autres maladies transmises par les moustiques, notamment le virus Zika et la dengue, que ni les vaccins ni les médicaments ne peuvent prévenir. Portez des vêtements amples de couleur claire qui vous couvrent entièrement la peau et utilisez un insectifuge contenant le principe actif DEET (diéthyltoluamide) pour aider à prévenir les piqûres de moustiques. À l’intérieur, assurez-vous qu’une moustiquaire grillagée couvre les portes et les fenêtres.


retour au sommet

Vérifiez la loi

Vérifiez auprès de l’ambassade du Canada située dans le pays que vous visitez si vos médicaments sont légalement autorisés.


retour au sommet


Dans cette section

Retour à Parcours de la MII