Avant et pendant la grossesse

Voici quelques considérations importantes à prendre en compte avant et pendant votre grossesse.

Constituer une équipe soignante

Il est conseillé de commencer à former votre équipe de soins avant de devenir enceinte. Cette équipe doit comprendre votre médecin de famille, votre gastroentérologue, un chirurgien, s’il y en a un dans votre clinique, ainsi qu’un obstétricien-gynécologue spécialisé dans les grossesses à haut risque, que vous consultez régulièrement. 

S'il n'y a pas d’obstétricien-gynécologue spécialisé dans votre région, vous devriez voir un obstétricien-gynécologue ordinaire régulièrement, mais en consulter un spécialisé dans les grossesses à haut risque au moins une fois pendant votre grossesse.

Votre gastroentérologue et votre obstétricien-gynécologue vous indiqueront à quelle fréquence vous devez les consulter avant et pendant votre grossesse. Ils vous aiguilleront vers un obstétricien-gynécologue spécialisé dans les grossesses à haut risque si nécessaire et s’il y en a un dans votre région.


retour au sommet

Assurez-vous que votre MII est en rémission

Quand les MII sont actives, il est plus difficile de mener une grossesse à terme parce que l'inflammation et la douleur peuvent vous empêcher de manger suffisamment ou entraîner des carences nutritionnelles. Cette alimentation insuffisante peut augmenter le risque de fausse couche ou de perte de grossesse précoce. 

Une maladie active pendant la grossesse est également associée à un plus grand risque de complications, comme les naissances prématurées et l'insuffisance pondérale à la naissance. Ainsi, les naissances prématurées sont trois fois plus fréquentes chez les femmes atteintes d'une maladie modérément à très active que chez celles qui présentent une MII inactive. Les MII actives peuvent entraîner une augmentation de la pression artérielle et une pré-éclampsie. 

En résumé, si votre maladie est en rémission au moment de la conception, vous êtes plus susceptible de rester en rémission tout au long de la grossesse et d'obtenir un résultat plus favorable. 


retour au sommet

Vérifiez vos médicaments contre la MII

Il y a deux médicaments que vous ne devez pas continuer à prendre pendant la grossesse : le méthotrexate et le tofacitinib. Si vous prenez ces médicaments, parlez à votre gastroentérologue au moins trois mois avant de devenir enceinte pour savoir comment les arrêter progressivement et trouver d’autres produits pour les remplacer. Vous devriez également consulter un obstétricien-gynécologue spécialisé dans les grossesses à haut risque dès que possible.

Si vous prenez des corticostéroïdes, parlez-en à votre gastroentérologue, car il faudra peut-être aussi les arrêter progressivement et les remplacer par d'autres médicaments. 

Tous les autres médicaments utilisés contre l'inflammation liée aux MII sont considérés sans danger pendant la grossesse. Vous trouverez plus d’information dans notre section sur les médicaments contre les MII pendant la grossesse.


retour au sommet

Évaluez votre état de santé général

Votre âge et vos antécédents obstétricaux sont importants pour votre grossesse. Les femmes de plus de 35 ans ou qui ont eu des complications lors de grossesses antérieures doivent prendre des précautions particulières. Si c’est votre cas, consultez votre obstétricien-gynécologue. 

Si vous souffrez d'autres affections comorbides, comme le diabète, assurez-vous de parler à vos autres spécialistes pour vous assurer de les contrôler avant et pendant votre grossesse. De plus, vérifiez que tous les médicaments que vous prenez pour traiter ces maladies sont inoffensifs et que vous pourrez les prendre tout au long de la grossesse. 


retour au sommet

Arrêter de fumer

Le tabagisme peut aggraver votre MII, surtout si vous souffrez de la maladie de Crohn, ce qui augmente le besoin de recourir aux stéroïdes, aux immunosuppresseurs et aux interventions chirurgicales.


retour au sommet

Mangez sainement

Une bonne nutrition est très importante avant et pendant la grossesse. Choisissez des aliments appartenant aux quatre groupes alimentaires. Les nutriments importants pendant la grossesse sont notamment l'acide folique, le calcium, le fer, les protéines, l'iode, la vitamine C, la vitamine B12 et la vitamine D.
 
Si vous suivez un régime particulier en raison de complications de votre MII, par exemple une sténose (rétrécissement de l'intestin), consultez un nutritionniste ou un diététiste pour vous assurer de maintenir une alimentation saine pendant votre grossesse.


retour au sommet

Prenez des suppléments

Commencez à prendre des vitamines prénatales avant votre grossesse et continuez jusqu'à quatre à six semaines après l'accouchement. Si vous choisissez d'allaiter, continuez à prendre ces vitamines jusqu’à ce que vous arrêtiez l'allaitement. 

Les besoins en acide folique sont les mêmes que pour les autres femmes (0,4 mg/jour). Pour votre apport en acide folique, utilisez une multivitamine qui contient également de la vitamine B12 (2,6 µg/jour). Il est également important de prendre de la vitamine D et du fer. 

Si vous prenez de la sulfasalazine pour traiter votre MII, il est conseillé d'augmenter votre dose d'acide folique à 2 g par jour. 


retour au sommet

Exercice et activité physique

L'exercice physique avant et pendant la grossesse est tout aussi sûr chez les femmes atteintes de MII que chez les autres. Il peut être très utile de faire de l’exercice quand vous êtes enceinte. Parlez à votre obstétricien-gynécologue et à votre gastroentérologue si vous avez des préoccupations ou des complications particulières qui pourraient vous empêcher de faire de l'exercice. 

Vous pouvez faire des activités physiques tout au long de votre grossesse, mais vous devez prendre des précautions si vous n’étiez pas active auparavant, si vous souffrez de diabète ou si vous faites de l’embonpoint.  Parlez-en à votre équipe de soins avant de commencer à faire de l'exercice, surtout dans ces cas précis. 

Essayez d'accumuler 150 minutes d'exercice modéré chaque semaine, en les répartissant tout au long de la semaine. Incorporez différents exercices aérobiques et de résistance et ajoutez-y du yoga ou des étirements en douceur. Pensez également à faire des exercices de Kegel tous les jours pour renforcer vos muscles pelviens. 


retour au sommet


Dans cette section

Retour à Parcours de la MII