Considérations relatives aux MII pendant la grossesse

Que faire si vous avez des poussées pendant la grossesse?

Un tiers des femmes qui étaient en rémission avant la grossesse connaissent une poussée pendant la grossesse. Ces poussées surviennent souvent en raison de l’arrêt des médicaments, c’est pourquoi si votre traitement est stable, il ne faut pas arrêter de prendre vos médicaments. 

Si vous connaissez une poussée alors que vous prenez vos médicaments, consultez votre gastroentérologue pour qu'il puisse vérifier si vous avez une infection. Comme les femmes atteintes de MII présentent des risques accrus d'infection à Clostridium difficile (C. difficile), vous devrez effectuer une analyse de selles et, si le résultat est positif, prendre des antibiotiques pour éliminer l'infection. Si les tests révèlent que vous n'avez pas d’infection à C. difficile, vous pourriez avoir besoin de modifier votre traitement contre la MII. 


retour au sommet

Procédures médicales pendant la grossesse

Il faut généralement éviter les radiographies pendant la grossesse en raison du risque d'irradiation. Toutefois, elles sont parfois nécessaires en cas d'urgence. Dans un tel cas, des radiographies peuvent être effectuées, et le risque de rayonnement est en réalité très faible avec les nouvelles technologies. 

L'IRM est considérée sans danger après le premier trimestre. Cependant, vous devez informer le technicien si vous êtes enceinte, car il préférera peut-être éviter d’utiliser un produit de contraste (gadolinium) - produit chimique parfois administré par intraveineuse lors d’une IRM. 

Il est généralement déconseillé d’effectuer des endoscopies (long tube muni d'une petite caméra à l'extrémité qui est placé dans votre système digestif pour diagnostiquer ou évaluer l'état de votre MII) de routine pendant la grossesse. Cependant, en cas de problème, une endoscopie peut être effectuée sans que la préparation de l'intestin n’affecte le fœtus. De plus, un sédatif sécuritaire serait utilisé. 

Ne retardez pas votre coloscopie si vous en avez besoin. Une mère en bonne santé, c'est un bébé en bonne santé. 

retour au sommet

Médicaments contre les MII pendant la grossesse

Les femmes atteintes de la maladie de Crohn ou de la colite s’inquiètent parfois des effets des médicaments contre les MII sur le développement du fœtus. Toutefois, la plupart des médicaments contre les MII sont inoffensifs pendant la grossesse, et il est plus important d'essayer de rester en rémission. 

Certaines femmes ayant un réservoir iléal (en J, en S ou en W) peuvent développer une infection qui nécessite des antibiotiques. Les médecins s'abstiennent généralement de prescrire la ciprofloxacine pendant la grossesse en raison des effets possibles de cet antibiotique sur le fœtus. 

Produits biologiques et produits biosimilaires

Les biothérapies, y compris les produits biologiques et les biosimilaires, sont l'une des catégories de médicaments contre les MII qui préoccupent le plus les gens. Cependant, les produits biologiques ont été jugés inoffensifs pendant la grossesse. 

Il n’est pas nécessaire d’interrompre les produits biologiques ou biosimilaires pendant la grossesse, et ils peuvent être poursuivis en toute sécurité jusqu'au dernier trimestre.

Les produits biologiques sont de grosses molécules, trop grosses pour franchir la barrière placentaire en quantité importante au cours du premier trimestre, et ils ne provoquent donc pas de malformations congénitales. Ils traversent facilement la barrière placentaire au cours des deuxième et troisième trimestres, mais rien ne prouve qu'il faille arrêter les produits biologiques pendant cette période. 

Il n'y a pas de risque important d'infection grave avec les produits biologiques pendant la grossesse. 

Certaines femmes craignent de faire vacciner leur bébé si elles ont pris des produits biologiques pendant leur grossesse. Les bébés exposés aux produits biologiques peuvent recevoir tous les vaccins non vivants (coqueluche, polio). Pour les vaccins vivants, comme le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et le rotavirus, le délai avant leur administration doit être établi au cas par cas avec votre fournisseur de soins. 

Méthotrexate et tofacitinib

Ces deux médicaments présentent des risques pendant la grossesse. Parlez à votre gastroentérologue au moins trois mois avant une grossesse pour savoir comment arrêter progressivement ces médicaments et les remplacer par d'autres médicaments. Vous devriez également consulter un obstétricien-gynécologue pour grossesses à haut risque dès que possible. 

Immunosuppresseurs (azathioprine ou mercaptopurine)

Ces médicaments sont considérés comme étant inoffensifs pendant la grossesse, ainsi que pendant l'allaitement. 

Corticostéroïdes (prednisone)

Le plus souvent, les médicaments de cette classe sont utilisés comme produits de secours si la MII n’est pas bien contrôlée, et non comme un traitement d'entretien (à long terme). Pendant la grossesse, les corticostéroïdes peuvent accroître le risque de troubles de la pression artérielle (pré-éclampsie) ou de diabète gestationnel, qui constituent des préoccupations majeures quant au fœtus. 

Si vous prenez habituellement des corticostéroïdes, demandez à votre gastroentérologue quels autres médicaments vous pouvez utiliser pour rester en rémission.

Acide 5-aminosalicylique (5-ASA)

Cette classe de médicaments est généralement très sûre. De plus, lorsqu'il est utilisé comme suppositoire, le 5-ASA n’entre pas dans la circulation sanguine et ne présente aucun danger pendant la grossesse. Si vous choisissez d'allaiter, ce produit est également inoffensif pendant l'allaitement. 

Il y a toutefois une exception : il existe un type de 5-AAS qui contient un ingrédient appelé phtalate de dibutyle (DBP), lequel présente certains risques de malformations congénitales. Si vous êtes à l'étape de la préconception et que vous prenez un médicament contenant du DBP, votre médecin pourra vous faire changer de produit. Cependant, si vous êtes déjà enceinte au cours du premier trimestre et que votre MII est bien contrôlée avec un médicament contenant du DBP, le fait de changer de médicament pourrait entraîner une poussée de MII qui peut être nocive pendant la grossesse. La décision de changer de médicament dépend de la patiente et de l'opinion de l’équipe de soins de cette dernière. 

Traitements par voie rectale (suppositoires ou lavements)

Ces traitements consistent à insérer les médicaments dans le rectum. Rien n’indique qu'ils puissent causer des naissances prématurées. Le rectum est souvent la région la plus difficile à traiter lorsque vous souffrez d'une MII, donc si on vous prescrit un suppositoire, vous aurez de l’aide supplémentaire si cet endroit est enflammé. 

 


retour au sommet


Dans cette section

Retour à Parcours de la MII