Facteurs de risque physiques dans la douleur

De nombreux facteurs peuvent provoquer ou aggraver la douleur liée aux MII.

Inflammation

Lorsque vous souffrez d’une MII, une rechute clinique engendrant une inflammation du tractus gastro-intestinal est la cause la plus fréquente de douleur. Au cours de l’inflammation, des produits chimiques, appelés médiateurs inflammatoires, sont libérés, lesquels jouent un rôle important dans le processus inflammatoire et peuvent rendre les neurones du tube digestif très sensibles à la douleur.


retour au sommet

Sensibilisation centrale du système nerveux central (SNC)

Parfois, même lorsque l’inflammation a disparu, votre SNC demeure très sensible aux signaux de douleur. C’est ce qu’on appelle la sensibilisation centrale du SNC, laquelle peut contribuer à votre douleur.


retour au sommet

Comorbidité

La présence d’autres maladies, comme l’arthrite inflammatoire, peut accroître le risque de souffrir d’une douleur chronique. Ce risque accru peut survenir directement en raison de l’augmentation des signaux de douleur envoyés au SNC. Le risque peut aussi survenir indirectement lorsque le stress s’accumule à cause de différentes conditions, ce qui augmente la douleur.


retour au sommet

Douleur d'origine médicamenteuse

Parfois les médicaments que vous prenez peuvent causer de la douleur. Par exemple : 

  • les aminosalicylates, dont la mésalamine, peuvent entraîner des douleurs abdominales;

  • les produits biologiques peuvent causer des douleurs articulaires;

  • le fer entérique (remplacement du fer par voie orale), couramment utilisé pour traiter l’anémie, peut causer des douleurs abdominales.

Bien que les opioïdes soient utilisés chez certains patients pour traiter la douleur, leur utilisation chronique a été liée à des complications de l’activité et de la gravité de la maladie de Crohn, à un risque accru d’interventions chirurgicales et à une mauvaise utilisation des opioïdes. De plus, l’usage d’opioïdes peut entraîner l’apparition du syndrome de l’intestin narcotique, ce qui provoque des douleurs abdominales chroniques ou fréquentes.


retour au sommet

Motilité intestinale

La motilité est le mouvement des aliments dans les intestins. Les problèmes de motilité de l’intestin grêle peuvent ralentir les contractions, pce qui peut entraîner une inflammation et de la douleur. De plus, le stress peut parfois altérer la motilité et causer de la douleur.


retour au sommet

Déséquilibre du microbiote

Le microbiote est la communauté des microorganismes vivant dans votre intestin. Les patients atteints de MII ont tendance à voir la population, la diversité et la stabilité de leur microbiote chuter. Ce déséquilibre mène à l’inflammation et à la douleur.


retour au sommet

Prolifération bactérienne de l’intestin grêle

La prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) se produit lorsque l’intestin grêle contient trop de bactéries. Elle est due à une diminution de la sécrétion d’acides gastriques et à des problèmes de circulation alimentaire dans vos intestins (motilité). La SIBO peut occasionner des douleurs abdominales.


retour au sommet

Problèmes de sommeil

Les troubles du sommeil sont présents dans 67 % à 88 % des cas de douleur chronique. Au moins la moitié des personnes souffrant d’insomnie souffrent de douleurs chroniques. Le développement de la douleur tend à aller de pair avec le développement de troubles du sommeil.


retour au sommet

Interventions chirurgicales

Environ 20 % des patients atteints de colite ulcéreuse et jusqu'à 80 % des patients atteints de la maladie de Crohn devront subir une intervention chirurgicale au cours de leur vie. Une intervention chirurgicale peut déclencher de la douleur pendant une période limitée. Si des tissus cicatriciels se forment après l’intervention chirurgicale (adhérences), ils peuvent déclencher des douleurs plus durables.


retour au sommet

Hypersensibilité viscérale

L’hypersensibilité viscérale est une sensibilité accrue des organes internes découlant d’une inflammation persistante. Elle provoque des douleurs intensifiées dans les organes internes, ce qui peut entraîner un seuil de douleur inférieur à celui des autres personnes. 


retour au sommet

La génétique

La génétique pourrait aussi être un facteur. Parfois, la douleur peut être « héréditaire », mais il s’agit d’un domaine d’étude difficile.


retour au sommet


Dans cette section

Retour à Parcours de la MII